Eurosport

Disparition de Pierre Monneret

Disparition de Pierre Monneret
Par Eurosport

Le 01/03/2010 à 21:24Mis à jour

Pierre Monneret est décédé, à l'âge de 79 ans. Il avait été le premier Français à remporter un GP en 500cm3, en 1954. Il était le fils de Georges Monneret et le demi-frère de Philippe Monneret, consultant moto d'Eurosport.

Eurosport Player: Regardez la saison 2018 en direct

Voir sur Eurosport

Le temps d'une carrière trop courte, Pierre Monneret avait fait rayonner la moto tricolore en devenant le premier Français à inscrire son nom au palmarès de la 500cm3, la plus prestigieuse des catégories de la vitesse, au Grand Prix de France 1954. Pierre Monneret s'en est allé à l'âge de 79 ans, a-t-on appris lundi. Il était le fils de Georges Monneret, auteur de 499 victoires et 183 records du monde, et le demi-frère de Philippe Monneret, lauréat des 24 heures du Mans 1991, avant de devenir consultant des GP pour Eurosport et le spécialiste moto d'Auto-Moto, à TF1.

"Pierre m'avait fait découvrir la moto à six ans et il était sûrement le meilleur de nous trois", nous a confié avec émotion Philippe Monneret, auquel les rédactions d'Eurosport et de TF1 pensent en ces moments de grande épreuve. "Il était doué, mais il avait stoppé la compétition à l'âge de 25 ans pour reprendre l'entreprise familiale, dans une activité qui n'avait rien à voir avec la moto (ndlr : fabrication de tubes en carton). C'est dommage car il aurait pu faire une grande carrière. Il avait gagné le GP de France dans deux catégories différentes le même jour, en 350cm3 puis en 500cm3, en 1954, en réalisant un exploit devenu impossible aujourd'hui : s'imposer avec deux motos officielles ; une AJS 350cm et une Gilera 500cm3", se souvient le complice de Rémy Tissier. Avant de raviver une anecdote : "Avec mon père, leur trajectoire se sont croisées. Ils ont couru plusieurs fois l'un contre l'autre et ont même été classés ex-aequo à une époque où le chronométrage n'était pas assez précis pour départager deux concurrents." Pierre et George Monneret avaient aussi partagé un même guidon pour battre des records, en 1951 : celui des 40 000 kilomètres -l'équivalent du tour de la Terre- en 24 jours, 21 heures et 43 minutes ou encore celui de la plus grande distance couverte en 24 heures, en poussant le compteur à 2991 kilomètres.

Plus qu'un éclaireur de la moto hexagonale, Pierre Monneret, 4e du championnat du monde 500 cm3 en 1956, était surtout un esthète. "C'était un styliste qui s'exprimait avec beaucoup de technique. En cela, il s'inspirait de Geoff Duke (champion du monde 500cm 1951, 53, 54, 55 et 350cm 3 en 1951 et 52)", se remémore notre ami. Avec nostalgie, il se souvient aussi de "quelqu'un de très gentil" qui lui avait raconté les belles histoires de machines -jusqu'avant guerre- d'un père passionné de vitesse, disparu en 1983. La fratrie avait été réunie lors de la dernière visite de Pierre Monneret sur un circuit du Mondial, au Mans, en 2007. La photo appartient maintenant à la légende.

0
0