Getty Images

MOTOGP - On refait le Grand Prix : Marquez (Honda) orgueilleux, Rossi (Yamaha) malheureux

On refait le Grand Prix : Marquez orgueilleux, Rossi malheureux

Le 04/11/2018 à 15:09Mis à jour Le 18/11/2018 à 18:23

GRAND PRIX DE MALAISIE - A Sepang, Marc Marquez (Honda HRC) a gagné par fierté. Valentino Rossi (Yamaha Factory), lui, est passé par tous les états. Johann Zarco (Yamaha Factory) a perdu une bataille dans le dernier tour mais il est en passe de gagner la guerre. Voici tout ce qu'il faut retenir de l'avant-dernière manche de la saison.

Eurosport Player: Regardez la saison 2018 en direct

Voir sur Eurosport

La note : 4/5

Il était difficile d'imaginer une épreuve étouffante, le titre étant joué depuis des lustres et les enjeux étant devenus secondaires. Mais l'échappée de Valentino Rossi (Yamaha Factory) en tête, couplée au retour explosif de Marc Marquez (Honda HRC) a vite donné une dimension particulière à l'avant-dernière manche du Mondial. La chute de l'Italien a un peu gâché le final tant attendu, trois ans après le "Sepang Clash". Dommage.

Vidéo - Marquez a filé, Zarco a lutté, Rossi a chuté : le résumé

02:12

Le vainqueur : Marc Marquez (Honda HRC)

Cinq titres de champion du monde MotoGP rendraient n'importe quel pilote orgueilleux. La fierté de Marquez en a pris un coup, samedi, lorsqu'il a été rétrogradé de six positions sur la grille de départ par la direction de course. L'Espagnol aurait difficilement accepté un succès de Rossi. Il a donc pris des risques que peu d'autres auraient pu assumer.

Comme au Japon avec Andrea Dovizioso (Ducati Team), le n°1 mondial a fait ce qu'il fallait pour semer le doute dans l'esprit de celui qui le devançait. D'une pierre deux coups : il a fait craquer Rossi, symbole de Yamaha, pour offrir la triple couronne à Honda.

Le mot du vainqueur : "Les derniers tours auraient été sympas"

Vidéo - Marquez sur la chute de Rossi : "Les derniers tours auraient été sympas"

01:18

Le grand battu : Valentino Rossi (Yamaha Factory)

A quatre tours près, il vivait "le plus beau jour de sa vie". Un succès aurait donné de l'écho à la première victoire de son demi-frère, Luca Marini, et au titre de la nouvelle vitrine de son académie, Francesco Bagnaia, en catégorie Moto2. Gagner lui aurait surtout permis de réaffirmer son statut auprès de son employeur, alors que son coéquipier, Maverick Viñales, vainqueur la semaine dernière en Australie, ne cesse de réclamer le pouvoir décisionnaire pour le développement de la M1.

Vidéo - Livrée et cuir changés en quelques instants : Bagnaia, champion et transformiste

02:01

Finalement, le rêve a viré au cauchemar lorsqu'il a perdu la trajectoire au virage n°1 du 17e tour. La superstar a fait une croix sur le statut de vice-champion du monde qu'il aurait récupéré, avant la dernière manche de la saison, en cas de victoire. Pire, il est désormais talonné par son voisin de box.

Vidéo - Sous la menace de Marquez, Rossi a tout perdu

01:42

La déclaration :

Un journaliste a fait remarquer à Rossi que Marquez avait bénéficié de plusieurs sources de motivation pour la course : la pénalité reçue la veille en qualification, une mauvaise série à Sepang et la présence de son plus grand rival devant lui. L'Italien a répondu avec beaucoup d'humour et une pointe d'ironie.

" Surtout la dernière [source de motivation, NDLR]. Je suis content d'être une motivation pour Marc. C'est une grande satisfaction."

Le moment gâché

Frustré d'avoir chuté et manqué la victoire, Rossi a tout de même tenu à remercier ses supporters, en nombre à Sepang. Il n'a pas apprécié qu'un commissaire de piste interrompe ce moment pour prendre un selfie. Il avait pourtant, comme tous les autres, l'interdiction de toucher les pilotes. Le geste du septuple champion du monde était évitable. Il est aussi compréhensible.

Vidéo - Quand Rossi rembarre un commissaire venu faire un selfie avec lui

00:21

Le tweet : "Je n'ai jamais vu Rossi aussi consistant"

Forfait depuis quatre manches, Jorge Lorenzo (Ducati Team) a démontré ces dernières semaines qu'il est aussi un brillant consultant. Ce dimanche, il a particulièrement apprécié la performance de son ancien coéquipier.

"En dehors de sa chute, je n'ai jamais vu Rossi aussi consistant. Il a effectué plus de dix tours dans le même chrono, au dixième près, sur la piste la plus chaude et la plus longue. Il m'a impressionné. Et certains disaient, après le Grand Prix d'Australie, qu'il commençait à ressentir le poids des ans…"

La bonne opération : Johann Zarco (Yamaha Tech3)

Zarco a vite compris qu'il n'aurait pas le rythme suffisant pour titiller Rossi et contenir Marquez, sans l'aide de la pluie. Le Français n'a pu résister à la fin de course en boulet de canon d'Alex Rins (Suzuki Team) mais il a réussi son coup.

Vidéo - Zarco : "Rester derrière Rossi m'a permis de sauver le podium"

01:30

Le revoici en tête du classement des pilotes satellites, un petit point devant Cal Crutchlow (Honda LCR), absent en Malaisie et qui ne participera pas à la dernière manche du Mondial, et cinq devant Danilo Petrucci, en difficulté depuis la fin de l'été. A Valence, le futur pilote KTM disputera la cinquième place du championnat à l'Espagnol, son meilleur ennemi.

Vidéo - Rins : "J'ai vu Zarco et je me suis dit : 'il ne peut pas me battre'!"

00:56

L'autre vainqueur : Hafizh Syahrin (Yamaha Tech3)

Syahrin est l'une des vitrines du MotoGP en Asie. Longtemps, depuis le début du week-end, il a laissé croire qu'il n'avait pas les épaules pour supporter la pression et la présence de 103.984 spectateurs en tribunes.

Dernier sur la grille après une qualification désastreuse, en larmes juste avant le départ, le Malaisien a finalement été transcendé par le public. Dixième à l'arrivée, après avoir grillé une grappe de pilotes au premier virage, le local a été l'autre héros du week-end.

La stat : 6

Sixième podium en catégorie reine pour Zarco. Raymond Roche (9) et Christian Sarron (18) sont les seuls Français à en compter plus.

La vidéo de rattrapage : Marquez rencontre celui dont il est l'égal, Doohan

Marquez a décroché cette saison son cinquième titre avec Honda. Comme l'avait fait Mick Doohan avant lui. Les deux hommes se sont rencontrés en Australie et ont évoqué leur style, leur vision de la course et leurs ressemblances.

Vidéo - Marquez rencontre Doohan : "J'essaie d'être comme toi"

03:26

La vidéo immanquable : Le résumé en caméra embarquée

Avec Zarco, devant Iannone ou derrière Rossi, Marquez a vécu quelques moments chauds.

Vidéo - Avec Zarco, devant Iannone ou derrière Rossi, Marquez a vécu quelques moments chauds

01:48

Le point au Mondial Pilotes

Marquez a désormais plus de 100 points d'avance sur son dauphin au championnat.

1- Marc Marquez (Honda HRC) ; 321 points, 2- Andrea Dovizioso (Ducati Team) ; 220 pts, 3- Valentino Rossi (Yamaha Factory) ; 195 pts, 4- Maverick Viñales (Yamaha Factory) ; 193 pts, 5- Alex Rins (Suzuki Team) ; 149 pts.

Le point au Mondial Equipes

Avec son neuvième succès saisonnier, Marquez a offert le titre à son équipe…

1- Honda HRC ; 427 points, 2- Yamaha Factory ; 388 pts, 3- Ducati Team ; 363 pts, 4- Suzuki Team ; 282 pts, 5- Ducati Pramac ; 235 pts.

Marc Marquez (Honda HRC), vainqueur du Grand Prix de Malaisie 2018

Marc Marquez (Honda HRC), vainqueur du Grand Prix de Malaisie 2018Getty Images

Le point au Mondial Constructeurs

…et la couronne "constructeurs" à Honda.

1- Honda ; 364 points, 2- Ducati ; 310 pts, 3- Yamaha ; 272 pts, 4- Suzuki ; 213 pts, 5- KTM ; 56 pts.

Le dernier rendez-vous : Grand Prix de Valence

Il aura lieu les 16, 17 et 18 novembre, sur le circuit Ricardo Tormo.

Marc Marquez (Honda HRC) sur le podium du Grand Prix de Malaisie 2018

Marc Marquez (Honda HRC) sur le podium du Grand Prix de Malaisie 2018Eurosport

0
0