Getty Images

Marquez toujours l'homme à battre, Lorenzo chez Honda : A quoi s'attendre en 2019 ?

Marquez toujours  l'homme à battre, Lorenzo chez Honda : A quoi s'attendre en 2019 ?
Par Eurosport

Le 29/11/2018 à 21:20Mis à jour Le 29/11/2018 à 21:21

Marc Marquez favori malgré Jorge Lorenzo pour nouvel équipier chez Honda, Andrea Dovizioso toujours en quête de titre, Johann Zarco chez KTM et un deuxième Français dans la catégorie reine, Fabio Quartararo... Que peut réserver la saison 2019 de MotoGP ?

Eurosport Player: Regardez la saison 2018 en direct

Voir sur Eurosport

Marquez favori mais face à des défis

Quintuple champion du monde à seulement 25 ans, Marc Marquez semble lancé - sauf blessure grave - vers les records des Italiens Valentino Rossi (7) et Giacomo Agostini (8). L'Espagnol devra tout de même modifier sa préparation cet hiver après son opération prévue à l'épaule gauche, qu'il " a dû (se) luxer environ neuf fois" cette année. Il lui faudra surtout l'an prochain s'accommoder d'un nouvel équipier, le triple champion du monde espagnol Jorge Lorenzo, qui pourrait lui faire plus d'ombre que son prédécesseur Dani Pedrosa, à en juger par son adaptation rapide lors des deux premières séances d'essais hivernaux.

Marc Marquez (Honda HRC) après sa pole position lors du Grand Prix d'Australie 2018

Marc Marquez (Honda HRC) après sa pole position lors du Grand Prix d'Australie 2018Getty Images

Qui pour le contester ?

Lorenzo, qui a mis une saison et demie à gagner avec Ducati, y arrivera-t-il plus vite avec Honda ? Si c'est le cas, on attend beaucoup de sa rivalité avec Marquez. L'Italien Andrea Dovizioso, vice-champion du monde 2017 et 2018, peut-il enfin se hisser sur la première marche et devenir le deuxième pilote, après l'Australien Casey Stoner en 2007, à être sacré en MotoGP sur une Ducati ? On attend plus, aussi, de Yamaha, qui sort de deux saisons compliquées par des mauvais choix de développement. "Nous progressons et espérons être pleinement compétitifs l'an prochain, annonce le patron Lin Jarvis. Nous devons prendre les bonnes décisions dans les deux-trois prochains mois. Nous n'avons pas droit à l'erreur cette année." Si les derniers GP de 2018 et les premiers essais sont une quelconque indication, on pourrait voir Maverick Vinales prendre l'ascendant sur Rossi. L'Espagnol entend en tout cas "tout changer" en 2019, à commencer par son numéro: il passe du 25 au 12.

Maverick Vinales - Grand Prix de Valence 2018

Maverick Vinales - Grand Prix de Valence 2018Getty Images

Qui pour créer la surprise ?

Ils sont trois candidats pressés à une première victoire en MotoGP l'an prochain: l'Italien Danilo Petrucci, promu pilote officiel Ducati, l'Espagnol Alex Rins, dont les quatre podiums en fin de saison montrent qu'il a pris la mesure d'une Suzuki en nette progression, et le Français Johann Zarco, pour l'heure encore mal à l'aise sur sa KTM. La marque autrichienne, débarquée dans la catégorie reine en 2017, est encore loin des avant-postes mais elle peut compter sur les moyens considérables de son sponsor-titre, le géant des boissons énergétiques Red Bull. Dernier constructeur engagé, Aprilia apparaît toujours en retrait, malgré le recrutement de l'Italien Andrea Iannone.

Johann Zarco (Yamaha Tech3) lors du Grand Prix du Japon 2018

Johann Zarco (Yamaha Tech3) lors du Grand Prix du Japon 2018Getty Images

Quatre rookies dont un Tricolore

Quatre pilotes feront leur débuts en MotoGP l'an prochain: l'Italien Francesco Bagnaia (Ducati Pramac), champion du monde Moto2, son dauphin portugais Miguel Oliveira (KTM Tech3), l'Espagnol Joan Mir (Suzuki) et le Français Fabio Quartararo. Ce dernier court pour la nouvelle équipe satellite de Yamaha, SRT, qui prend le relais de Tech3, partie chez KTM après vingt ans de collaboration.

Fabio Quartararo (Speed Up Racing) lors du Grand Prix d'Autriche 2018

Fabio Quartararo (Speed Up Racing) lors du Grand Prix d'Autriche 2018Getty Images

Quoi de neuf dans les catégories inférieures ?

La Moto2 connaît son premier changement de motoriste, Triumph supplantant Honda, et l'équilibre des forces entre "teams" pourrait s'en trouver modifié. En Moto3, les visages changent, avec l'arrivée notamment du Turc Can Öncü (Red Bull KTM Ajo), devenu à l'issue de son premier Grand prix à Valence mi-novembre le plus jeune vainqueur de l'Histoire, à 15 ans et 115 jours. L'Italien Romano Fenati (Team O), suspendu cette saison pour avoir actionné le levier de frein d'un adversaire pendant le GP de Saint-Marin, se voit lui offrir un "nouveau départ". Les qualifications dans les catégories inférieures changent pour se rapprocher de celles en deux parties du MotoGP. Se classer parmi les 14 plus rapides des essais libres permettra d'accéder directement à la Q2, lors de laquelle se joue la pole position. Les quatre plus véloces de la Q1 y participeront également.

Place à la moto électrique !

Une nouvelle série 100% électrique intègre en 2019 le calendrier du MotoGP: la Coupe du monde MotoE. Cinq rendez-vous sont au programme de cette saison inaugurale, lors des GP d'Espagne, de France, d'Allemagne, d'Autriche et de Saint-Marin. Parmi les pilotes engagés, on retrouve l'Espagnol Sete Gibernau, le Britannique Bradley Smith ou encore les Français Randy de Puniet, Mike Di Meglio et Kenny Foray.

Sete Gibernau

Sete GibernauImago

Avec AFP

0
0