La catégorie Moto3 est parfois injuste. Elle l'a été tout au long du week-end pour Jorge Martin (Del Conca Gresini - Honda), dont le nerf de la main gauche a été pincé, à la clinique mobile, alors qu'il se remettait encore d'une fracture subie au mois d'août. Elle l'a été, aussi, pour Marco Bezzecchi (Redox PruestelGP - KTM), favori du Grand Prix de Thaïlande mais fauché dans le dernier virage par Enea Bastianini (Leopard Racing - Honda).
Son rival pour le titre diminué, l'Italien avait une occasion en or de combler les 13 points qui le séparaient de la tête du championnat. Il avait parfaitement réussi le boulot, samedi, en décrochant la pole position. Il l'a aussi bien fait, en course, bataillant pour la victoire tout au long de la course et très proche d'un podium à quelques mètres de la ligne d'arrivée. Mais son compatriote, optimiste au dépassement, a perdu l'avant et l'a embarqué dans sa chute.

Finalement, Martin a fait le break

Le désastre a profité à Fabio Di Giannantonio (Del Conca Gresini - Honda), vainqueur de son deuxième Grand Prix en carrière et revenu dans la course au titre, à 29 points du leader. Il a aussi été favorable à Lorenzo Dalla Porta (Leopard Racing - Honda), deuxième, et Dennis Foggia (Sky Racing Team VR46 - KTM), sur le podium alors qu'il s'était élancé depuis la 25e position sur la grille.
Il a surtout été salvateur pour Martin, finalement quatrième alors qu'il a souffert toute la course malgré un gant spécialement conçu pour lui donner assez de force, pour utiliser l'embrayage. Avant la course, le Madrilène craignait pour son statut de leader du Mondial. Il va finalement quitter Buriram avec 26 points et un break d'avance sur Bezzecchi. Inespéré.