Sur les circuits favorables à Ducati, Marc Marquez (Honda HRC) avait souvent dû s'incliner devant Andrea Dovizioso. Ce n'est désormais plus que du passé. Au bout d'une lutte acharnée et d'une fin de course à suspense, l'Espagnol a maté son rival pour remporter le premier Grand Prix de Thaïlande de l'histoire. Son présent pourrait s'écrire dès la prochaine manche, au Japon, puisqu'il aura une première occasion mathématique de s'offrir un cinquième titre en catégorie reine.
Étonnamment de retour au premier plan à Buriram, Yamaha a complété le Top 5. Maverick Viñales (Yamaha Factory) a pris le meilleur sur son coéquipier Valentino Rossi, un temps leader. Johann Zarco (Yamaha Tech3), lui, a récupéré la cinquième place dans le dernier tour après avoir attaqué Alex Rins (Suzuki Team).

Zarco : "J'ai vu Rins décroché par le premier groupe, j'ai pu lui mettre la pression"

Samedi, Andrea Iannone (Suzuki Team) avait analysé le rythme de chacun et s'était convaincu que la paire de prétendants au titre avait les moyens de coller un demi-tour d'avance au reste du peloton. Les écarts ne lui ont pas véritablement donné raison mais ils n'ont rien dit, non plus, de la supériorité du duo à Buriram.

Rossi a été contrôlé, le duel s'est lancé

Impeccables au départ, les deux hommes n'ont pas bronché lorsqu'ils ont vu Rossi s'emparer de la tête devant l'Espagnol, dès le 5e tour. L'étouffante chaleur thaïlandaise a largement contraint les pilotes à l'économie pneumatique et au contrôle du rythme. Marquez a laissé Dovizioso chasser son compatriote.
Les deux rivaux ont laissé VR46 épuiser sa gomme en tête et ont choisi le moment où Le Docteur a manqué sa sortie de virage, à la 11e boucle, pour l'effacer. Définitivement. "Dovi" en tête, le pilote Honda a observé, longtemps, mais n'a pas attendu le dernier tour pour l'attaquer. A l'expérience, Marquez a appris que son dauphin était plus coriace que les autres.
A quatre tours du drapeau à damiers, le Catalan a tenté une première offensive. Vaine. Il en a expérimenté trois autres en autant de tours. Pour le même résultat. Et finalement, la cinquième a été la bonne, dans un virage à gauche, dans le dernier tour. L'Italien a bien essayé une ultime manœuvre, comme l'avait fait le champion du monde devant lui au Grand Prix d'Autriche 2017. Mais cette fois, c'est Marquez qui a résisté.