Toutes les séries ont une fin, et Marc Marquez l'a expérimenté samedi en ne prenant que la sixième place de la séance de qualification du Grand Prix d'Argentine, où il était le maître du temps sur un tour chrono depuis qu'il y pilote en élite (2014).
C'est vraiment, la pluie a créé des circonstances particulières et le n°93 du HRC aurait pu challenger Jack Miller (Ducati Pramac). Il ne l'a pas fait et a expliqué pourquoi après la séance.
"Ce fut une journée assez compliqué aujourd'hui mais positive dans l'ensemble", a déclaré le quadruple champion du monde. "La qualification n'a pas tourné en notre faveur mais nous ne sommes pas si loin du compte. J'ai un peu galéré avec mon premier train de pneus 'pluie' et, j'ignore pourquoi parce qu'en essais libres 3 et 4 j'avais eu un très bon feeling."

La pole, mais pas à tout prix

"J'ai décidé d'essayer les slicks mais c'était trop risqué. Dès la sortie des stands, j'ai réalisé que si je touchais la partie mouillée de la piste le risque de chute était grand", a-t-il poursuivi. "En passant dans les virages n°7 et 8, j'ai commencé à penser que la pole position est importante mais que la course c'est demain. Je suis donc rentré."
"C'est dommage de ne pas être en 1re ligne mais je suis content car nous avons bien travaillé ce week-end. Vendredi, sur le sec, nous étions compétitifs et nous avons été rapides toute la journée aussi sur le mouillé. Je préfère les conditions sèches pour la course mais nous aussi prêts à courir sous la pluie", a-t-il conclu.
https://i.eurosport.com/2018/04/07/2308700.jpg