Getty Images

Lorenzo, la gaffe au pire des moments

Lorenzo, la gaffe au pire des moments

Le 16/06/2019 à 17:59Mis à jour Le 16/06/2019 à 18:12

GRAND PRIX DE CATALOGNE – Coupable d’une erreur qui a mis trois candidats au titre au tapis, Jorge Lorenzo (Honda HRC) n’a pas arrangé son cas. Ni auprès des pilotes impliqués, ni aux yeux de son employeur.

Samedi, Jorge Lorenzo (Honda HRC) avait agacé Marc Marquez. Lors de la troisième séance d’essais libres, le Majorquin s’était aventuré sur la trajectoire du champion du monde en titre qui, dans une réaction politique, ne s’était pas gêné pour réclamer une sanction à son encontre. L’officiel n°99 y avait échappé mais il n’a pas arrangé son cas, ce dimanche, au Grand Prix de Catalogne.

Au deuxième tour, le pilote de Palma a manqué son freinage au virage n°10 et harponné la Ducati d’Andrea Dovizioso. Dans l’incident, sa machine a percuté la M1 de Valentino Rossi (Yamaha Factory). Et le prototype de l’Italien a emmené celui de Maverick Viñales. Les quatre hommes ont dû abandonner.

"Je suis vraiment désolé car j’ai fait une erreur, a confié le triple champion du monde au micro officiel, après sa chute. Ils n’ont pas été fautifs. Ce virage est serré et il n’y a pas beaucoup d’options après un freinage tardif comme le mien". Lorenzo ne s’est pas trop cherché d’excuse. Après la catastrophe, il a tenté de se faire pardonner chez Yamaha puis chez Ducati, ses deux anciens employeurs.

" Une erreur de débutant… d’un triple champion du monde !"

Pour le constructeur de Bologne, le préjudice est considérable. Dovizioso, principal rival de Marquez, va quitter la Catalogne avec un débours de 37 points sur l’Espagnol. "Il n’a pas fait une grande erreur de pilotage mais ses conséquences ont été très graves. Et puis, faire cela dans le deuxième tour, dans une courbe où il est si facile de se tromper…", a glissé à DAZN l’Italien, soumettant une idée synthétisée par Viñales, un peu plus tôt : "Il a fait une erreur de débutant alors qu’il est triple champion du monde !"

Lorenzo a grillé un joker

Touché à la cheville "restée coincée entre deux motos", comme il l’a expliqué lui-même, Valentino Rossi a été plus indulgent. "Ce sont des choses qui arrivent en course, a concédé l’Italien dans des propos rapportés par DAZN. Il y a déjà eu des incidents comme celui-ci dans le passé, il y en aura dans le futur. La direction de course décidera, je n’ai rien à dire."

Jorge Lorenzo

Jorge LorenzoGetty Images

Qu’il soit puni ou non, Lorenzo s’est de toute façon sanctionné lui-même, alors qu’il semblait enfin suffisamment confortable sur sa RCV pour batailler aux avant-postes. Il y a deux semaines, il s’était rendu au Japon pour améliorer sa position de pilotage et accélérer son adaptation à la machine nippone. Conforter son statut, alors que certaines rumeurs évoquent déjà une rupture à l’amiable en fin de saison, était un enjeu sous-jacent. Au mieux, il dispose encore d’un sursis. Au pire, il a encore fragilisé sa situation.

0
0