Fabio Quartararo est en mission à domicile. Auteur d'une magnifique pole position au Mans, samedi sur le circuit Bugatti, le Français a pris une très belle option pour la victoire, faisant fi des problèmes de températures qui mettent le paddock face à de nouvelles problématiques. Cette position de pointe est idéale pour le Niçois : s'il ne se rate pas dimanche, il va pouvoir enfoncer le clou en tête du classement du Championnat du monde à cinq manches de la fin de cette courte saison 2020. Quartararo a soufflé la pole à Jack Miller sur le fil, après un dernier essai parfait qui a permis de devancer l'Australien de 0"222. Une confirmation que sa Yamaha va tenir le rythme dimanche.

Bien lui en a pris d'être rapide et d'avoir repris son bien au voleur australien : Jack Miller (Pramac-Racing) donc, Danilo Petrucci (Ducati) et Cal Cruchtlow (LCR Honda Castrol) constitueront un beau matelas de sécurité lors de la course. A condition que tout ce beau monde reste en ordre après le départ, ce qui très loin d'être une assurance. Les trois hommes ont laissé les irréguliers Maverick Viñales et Andrea Dovizioso en 5e et 6e positions à moins d'une demi-seconde, en deuxième ligne.

Grand Prix de France
"J’aurais pu jouer la gagne" : Zarco, petit regret mais grosse satisfaction
11/10/2020 À 14:20

Mir dans le dur

Au sujet de sa dernière tentative, le Français l'a reconnu, il l'a réalisé en s'enlevant toute pression. "Je savais que j'avais fait un bon premier run et j'ai réussi à faire un très beau tour", a-t-il précisé. "Maintenant, je n'ai plus qu'à penser à la course. (...) Je suis super content de notre rythme et surtout de cette pole position."

Encore mieux pour Quartararo : Joan Mir, 2e du général à huit unités derrière seulement, s'est raté en Q1 et ne partira que 14e, soit sa pire séance de qualifications de la saison. Malgré le lot d'incertitudes que comporte une course, "El Diablo" est maître de son destin. Mais ce titre de champion du monde qu'il désire tant passe aussi par gagner en-dehors des circuits espagnols. Quoi de mieux que de le faire à la maison ?

Les autres on regardera à la fin du week-end où ils sont

Cette première pole en France, Quartararo l'a évidemment savourée. Il y a d'abord le côté symbolique, celui de partir devant lors de son Grand Prix national. Il y a aussi la performance sportive en elle-même : le pilote SRT n'avait plus mis sa Yamaha en pole depuis les deux premiers GP de la saison à Jerez. Cette neuvième pole en carrière vient aussi confirmer son retour aux affaires le samedi, déjà aperçu en Catalogne. "Ca fait du bien",a-t-il reconnu au micro de Canal + juste après la séance. "J'ai eu du mal, vraiment. C'était très difficile. Les conditions sont extrêmes. Il ne fait pas si froid que ça, mais on a du mal à chauffer les pneus. Donc, j'ai pris mon temps pour bien les chauffer et ça s'est super bien passé. J'ai donné le tout pour le tout."

Concernant la pression de s'imposer à domicile, Quartararo en a fait un objectif, mais sans se mettre une chape de plomb sur la tête. Les ratés à domicile, il connaît. "Cela ne me donne ni une motivation supplémentaire, ni plus de pression. J'ai eu de mauvaises expériences en la matière et à chaque fois que vous avez ce genre de sentiment, d'habitude vous chutez. Je veux profiter de la course demain, je sais que cela ne sera pas facile car il y aura les Ducati autour de moi et je ne vais pas penser que cela fait 66 ans qu'un Français n'a pas mené le championnat du monde moto (Pierre Monneret en 1954, ndlr)", a-t-il souligné.

Le titre mondial est forcément dans un coin de sa tête. Et le pilote Petronas Yamaha SRT se méfie. Voir Joan Mir partir de très loin n'est pas forcément gage d'une course facile pour lui. "Est-ce que tout va bien ? Je ne sais pas, on a deux Ducati à côté de nous, et donc ça va être très difficile. Mais il faut se mettre dans la tête qu'on est en pole position, les autres on regardera à la fin du week-end où ils sont", a-t-il ajouté. Très à l'aise au circuit Bugatti, sa Yamaha l'a aussi rassuré. Et cela lui suffit. "Le plus important est d'avoir fait un très bon rythme en FP3 et FP4, réussir à partir de la première ligne et de la pole position. On a super bien travaillé depuis vendredi, je pense qu'on peut faire une très belle course."

https://imgresizer.eurosport.com/unsafe/0x0/filters:format(jpeg):focal(2110x534:2112x532)/origin-imgresizer.eurosport.com/2020/10/10/2911534.jpg
Grand Prix de France
Une déception mais une bonne opération pour Quartararo
11/10/2020 À 11:59
Grand Prix de France
Parti en pole, Quartararo a chuté à la 11e place : Suivez la course EN DIRECT
11/10/2020 À 11:37