S'il avait été épargné par une épidémie qui touche décidément de plus en plus de pilotes, Fabio Quartararo aurait débarqué au Mans en leader du Mondial. Jeudi, aux abords du circuit sarthois, il a été accueilli comme une rock star par près de 300 supporters. Le sourire retrouvé, la cicatrice au bras. Plusieurs jours après sa deuxième opération d'un syndrome des loges qui lui a coûté 22 points à Jérez, le Français va disputer son Grand Prix national en ayant des choses à se prouver.
Le prodige niçois avait illuminé le début de saison. L'épisode andalou lui a rappelé qu'il devait finalement lutter contre lui-même, plus que contre ses rivaux. En Espagne, son physique fut sa concurrence la plus ardue. Mais c'est parce qu'il n'a pas toujours su prendre le dessus sur son état émotionnel que la cinquième levée du championnat, dans la Sarthe, constitue pour lui un défi majeur. Bien plus que de rouler avec un avant-bras qui, il y a moins de deux semaines, fini par s'atrophier.
Grand Prix de France
Des hics, des déclics et un résultat historique : Zarco - Quartararo, toujours plus haut
16/05/2021 À 16:08
"La cicatrice tire juste un peu, a-t-il d'ailleurs expliqué en conférence de presse. Je suis impatient de rouler, je me sens bien et je ne pense pas que ce sera un problème en roulant." Les premiers tours de roue, ce vendredi, lui ont permis d'en avoir le coeur net. En revanche, il lui faudra considérer l'ensemble du week-end pour avoir la certitude que tout s'est remis en ordre, aussi, dans la tête.
J'essaie toujours de voir les choses positives
"El Diablo" avait bouclé le Grand Prix d'Espagne en larmes qui traduisaient autant sa douleur physique que sa frustration d'avoir été contraint de renoncer à une victoire évidente. Une énorme déception. Une de plus. Le tout n'est pas tant de savoir si le Français la surmontera, puisqu'il a toujours été capable de le faire jusqu'ici. Mais le temps dont il aura besoin pour effacer ce coup d'arrêt, lui, est un vrai point d'interrogation.

Le bras de Fabio Quartararo (Yamaha) après son opération du syndrome des loges - Grand Prix de France 2021

Crédit: Imago

Quartararo l'a répété à l'envi ; il a travaillé la gestion de son état émotionnel tout au long de l'hiver, conscient qu'il avait été un problème prédominant dans sa quête de titre la saison dernière. "Je me sens plus fort mentalement, assurait-il après sa victoire au Portugal le mois dernier. Quand j'ai perdu toute chance d'être sacré l'année dernière, j'avais aussi perdu autre chose. Je ne faisais que penser négativement. Mais j'ai totalement changé. J'essaie toujours de voir les choses positives."

Au Mans, Yamaha a plus de certitudes que lui

La conjoncture devrait l'y aider. Au contraire de l'exercice précédent, Yamaha semble enfin avoir résolu les problèmes de fiabilité qui avaient largement affecté la dynamique du pilote tricolore, bien avant que ses noeuds au cerveau ne passent la deuxième couche. "Bien sûr, la manière avec laquelle nous avons bouclé le Grand Prix d'Espagne a été frustrante, a-t-il rappelé. Mais la chose positive est que nous sommes suffisamment rapides pour jouer les podiums et les victoires."
L'épreuve mancelle a tout pour lui livrer les réponses dont il a besoin. Historiquement, le circuit Bugatti a souvent été favorable à Yamaha. Quartararo, lui, n'en garde pas que des bons souvenirs. Il y avait chuté lors de sa toute première saison en Moto3, à 16 ans à peine, après avoir épaté tout son monde lors de ses débuts. En catégorie reine, il n'y a jamais accroché le podium. L'année dernière, il avait dû se contenter du 9e rang, débordé par les Ducatistes et pas aidé par la pluie. Dimanche, le scénario pourrait être le même. Pour quel dénouement ?
Grand Prix de France
Un nouveau double podium : Zarco et Quartararo illuminent Le Mans
16/05/2021 À 12:49
Grand Prix de France
Quartararo, la stratégie du tout ou rien
15/05/2021 À 17:44