En Autriche, Marc Marquez (Honda HRC) avait perdu la victoire dans le dernier virage. Au Grand Prix de Grande-Bretagne, le quintuple champion du monde s'est incliné sur la ligne, cette fois-ci battu par Alex Rins (Suzuki Team). Le duel entre les deux Espagnols a duré toute la course puisque les Yamaha n'ont pu tenir le rythme. Fabio Quartararo (Yamaha Petronas SRT) a chuté d'entrée et a fauché Andrea Dovizioso (Ducati Team). Ce qui permet à Marquez de se consoler : le Catalan a porté à 68 points son avance au championnat du monde.
Grand Prix de Grande-Bretagne
Une catastrophe et une pénalité : Zarco, de mal en pis
25/08/2019 À 20:16
Pour lui, c'est une maigre consolation. Le leader du Mondial avait mal vécu le thriller de Spielberg, il se mordra les doigts après l'épilogue anglais. Dominateur sur l'ensemble de l'épreuve après un départ parfait, quelque peu chahuté à mi-course par son jeune compatriote, Marquez a fini par rouler contre-nature. Dans le dernier tour, il s'est contenté de fermer les portes à la corde. Rins en a profité. Dans l'ultime virage, le vainqueur du Grand Prix des Amériques a profité de la meilleure trajectoire. Et s'est imposé pour… 13 millièmes.

Déception pour Quartararo

Le Barcelonais était effectivement le plus fort à Silverstone, malgré quelques erreurs. Dès le premier virage, il a failli perdre l'arrière de sa GSX-RR et la frayeur a entraîné un freinage réflexe de Quartararo, sur l'angle. Le pilote tricolore, qui faisait partie des favoris pour la gagne, a lui perdu le contrôle, entraînant Andrea Dovizioso (Ducati Team) dans sa chute. Le Niçois s'est relevé sans gros bobos, mais l'Italien a peiné pour se relever, et souffrirait d'une commotion cérébrale et de contusions au dos, selon les déclarations de Davide Tardozzi à DAZN.
Pas vraiment libéré par l'annonce de la rupture de sa collaboration avec KTM, Johann Zarco n'a pas arrangé sa situation. A la recherche d'une porte de sortie, le Français a percuté Miguel Oliveira (KTM Tech3) alors qu'il tentait de dépasser l'un des candidats à son guidon pour 2020. Ce qui devrait encore irriter le constructeur autrichien.

Alex Rins (Suzuki Team) lors de sa victoire au Grand Prix de Grande-Bretagne 2019

Crédit: Getty Images

Grand Prix de Grande-Bretagne
Quartararo, la frayeur qui a tout gâché
25/08/2019 À 16:26
Grand Prix de Grande-Bretagne
Vainqueur pour 13 millièmes, Rins a réussi ce que personne n'avait fait depuis 2006
25/08/2019 À 13:37