La note : 4/5

On n'était pas au niveau de la foire d'empoigne d'Assen, car finalement Andrea Dovizioso (Ducati Team) a fait toute la course en tête excepté l'intermède de trois tours assuré par Valentino Rossi (Yamaha Factory). Mais les attaques tout azimut de Jorge Lorenzo (Ducati Team) ont hissé cette course en bonne place dans l'histoire de Brno.

Le vainqueur : Andrea Dovizioso (Ducati Team)

Arrivé à Brno toujours sans pole position depuis Sepang 2016 et une seule course menée (Assen) cette année après sa victoire inaugurale à Losail, l'Italien s'est retrouvé en un week-end mené tambour battant. En montrant - c'est rassurant pour son employeur - qu'il avait toujours un mental d'acier. Assumant le leadership, jamais il n'a donné le sentiment d'être déstabilisé par le numéro de son coéquipier Jorge Lorenzo dans son dos, à sa droite, à sa gauche.
En prime, il bondit sur le podium du championnat ce qui a, disons-le franchement, plus d'allure qu'un Maverick Viñales (Yamaha Factory) champion du grignotage. Au niveau comptable, il revient à 19 points de Valentino Rossi (Yamaha Factory), ce qui le situe plus au niveau où il doit être.

L'attaquant : Jorge Lorenzo (Ducati Team)

L'Espagnol a roulé en tête pour la sixième fois en dix Grands Prix, et seul Marc Marquez a été plus vu devant cette année (8). Sa manœuvre de voltigeur dans l'avant-dernier tour, entre Marc Marquez (Honda HRC) et Andrea Dovizioso (Ducati Team), a été un grand moment et en a dit long sur sa grinta.
Il avait pris l'habitude de porter les espoirs de la marque italienne et s'accommodait visiblement mal de la concurrence de "Dovi". Il a tout fait pour signer le deuxième doublé Ducati en 2018, dans le même ordre qu'au Mugello. Et après un week-end un peu tendu en coulisses avec Dovi, il a offert une marque de respect au vainqueur dans le parc fermé. Un beau geste que lui a rendu son voisin de box.

Le calculateur : Marc Marquez (Honda HRC)

Non, on ne va pas l'appeler "l'épicier". Avec cinq victoires au compteur, l'Espagnol a jugé inutile de faire des folies au milieu des Ducati en furie. Le Mugello et Brno sont désormais les seuls circuits où il n'a pas mené cette saison mais la moisson est bonne : ses 16 points lui permettent d'éloigner Valentino Rossi à 49 longueurs.

Le grand perdant : Maverick Viñales (Yamaha Factory)

Le langage corporel a encore parlé dans le box n°25 ce week-end, et sa mésentente notoire avec son chef d'équipe technique, Ramon Forcada, l'aura conduit à sa perte. Partir douzième est le risque de s'exposer à la cohue d'un départ. Il l'a expérimenté au milieu de Stefan Bradl (Honda HRC) et Bradley Smith (KTM Factory), parmi lesquels il n'aurait jamais dû se retrouver. Orgueil débordant, impasse totale et avenir sombre.
S'il perd juste une place au Mondial (4e avec 109 points), il n'est pas au bout de ses peines à ce rythme, avec Jorge Lorenzo (105), Johann Zarco (97) et Danilo Petrucci (94)…

La déclaration : Marc Marquez (Honda HRC)

"Notre objectif du week-end était d'étendre notre avance au championnat. C'était ma 100e course en MotoGP, et j'ai utilisé cette experience. Si cela avait été ma deuxième ou troisième course dans la catégorie, j'aurais probablement essayé de gagner, et soit j'y serais arrivé soit je serais tombé. Mais c'était la 100e et j'ai fait preuve de sagesse."

La stat : 1

Doublé inattendu de Ducati : la firme de Borgo Panigale n'avait plus placé un de ses pilotes sur le podium tchèque depuis 2010.

La vidéo immanquable : La course de l'intérieur

Le point au Mondial Pilotes

1-Marc Marquez (Honda HRC) 181 points, 2-Valentino Rossi (Yamaha Factory) 132 pts, 3-Andrea Dovizioso (Ducati Team) 113 pts, 4-Maverick Viñales (Yamaha Factory) 109 pts, 5-Jorge Lorenzo (Ducati Team) 105 pts

Le prochain rendez-vous : Grand Prix d'Autriche

Il aura lieu les 10, 11 et 12 août sur le circuit de Spielberg.