Deux courses d'exclusion pour Romano Fenati, c'est une sanction bien trop légère selon Cal Crutchlow, qui a appelé dimanche, à l'arrivée de la course de MotoGP, à des peines plus dissuasives pour le genre d'acte antisportif dont s'est rendu coupable le pilote du team Marinelli en Moto2.
Au 23e tour du Grand Prix de Saint-Marin de la catégorie intermédiaire, l'Italien avait actionné à 200 km/h le levier de frein de la moto de son compatriote Stefano Manzi, en guise de réponse à un contact. Il avait été stoppé au drapeau noir.
"Je pense qu'il ne devait plus jamais courir à moto, a estimé le pilote du team Honda LCR, troisième à Misano. Il aurait dû rentrer à son garage et son équipe l'en sortir immédiatement à coups de pied dans le derrière."

Manzi également sanctionné

"Il y a peut-être eu un contact avant (entre Fenati et Manzi) mais il y a tout le temps contact. C'est la course, a poursuivi le Britannique. On ne peut pas faire ça à un autre pilote. On risque assez nos vies comme ça, et si quelqu'un saisit ton levier de frein en pleine ligne droite, il mérite d'être mis dehors sur le champ."
Stefano Manzi a reçu une pénalité de six places sur la grille de départ du prochain Grand Prix, le 23 septembre à Aragon, pour sa responsabilité dans la collision qui avait provoqué la violente réaction de Romano Fenati.