Une image surréaliste. Dimanche, lors du grand Prix de Moto2 à Misano, l'Italien Romano Fenati (Kalex Marinelli) a actionné le levier de frein de son compatriote Stefano Manzi (Suter Forward). Le tout en pleine ligne droite et à 200 km/h. Du jamais-vu. Alors que l'image de la scène continue à tourner en boucle sur les réseaux sociaux, Fenati, lui, a entre-temps été suspendu deux courses et viré par son équipe Marinelli Snipers Team, qui dénonce un "comportement anti-sportif, dangereux et dommageable". De son côté, le pilote s'est fendu d'un communiqué d'excuses ce lundi.
"Je demande pardon au monde sportif", écrit tout d'abord l'Italien. "Ce matin, avec le recul, j'aurais voulu que ce soit un mauvais rêve. Je pense et repense à ces moments, j'ai réalisé un geste inqualifiable, je n'ai pas été un homme. Un homme aurait terminé la course, puis serait allé voir la direction de course pour obtenir gain de cause pour certains épisodes précédents", explique Fenati, faisant ainsi référence à un précédent accrochage avec Manzi.
Grand Prix de Saint-Marin
"Irresponsable" et "dangereux" : Fenati licencié par son écurie après son geste fou
10/09/2018 À 12:07
Mon intention n'était pas de lui faire du mal
"Je n'aurais pas dû réagir aux provocations (...) Je veux m'excuser avec tous ceux qui croyaient en moi. J'ai toujours été un pilote correct. L'an passé, j'étais l'un des seuls pilotes à ne recevoir aucune pénalité", poursuit-il, avant d'admettre que son caractère est parfois "impulsif". "Mon intention n'était pas de lui faire du mal, juste de lui faire comprendre que ce qu'il faisait était dangereux et que moi aussi je pouvais faire des fautes comme il m'en avait fait !", estime le pilote transalpin, qui ne veut toutefois pas se "justifier" et qui parle de geste "inqualifiable".
"Maintenant, je vais avoir du temps pour réfléchir et me remettre les idées en place. Je demande pardon à tout le monde", conclut-il.