Eurosport

Marc Marquez (Honda) gagne à Assen et creuse l'écart au championnat

Marquez au bout du chef d'oeuvre

Le 01/07/2018 à 14:37Mis à jour Le 01/07/2018 à 16:42

GRAND PRIX DES PAYS-BAS - Marc Marquez s'est imposé sur le circuit d'Assen dimanche au terme d'une course longtemps indécise. L'Espagnol de Honda a été la tête d'un triplé espagnol devant Alex Rins (Suzuki) et Maverick Viñales (Yamaha). Tassé en fin de course et finalement cinquième, Valentino Rossi laisse filer Marquez au championnat, avec 41 points de retard. Johann Zarco termine 8e.

C'est une nouvelle course pour l'histoire, comme on n'en n'avait plus eu depuis le Grand Prix d'Australie la saison dernière. Au terme d'une épreuve sensationnelle, aux innombrables dépassements, Marc Marquez (Honda HRC) a décroché une victoire mémorable, ce dimanche, à Assen. Le double champion du monde en titre a dessiné sa victoire à trois tours du terme, après avoir lutté avec sept autres pilotes. Alex Rins (Suzuki Team), plus surprenant que jamais, s'est offert la deuxième place en toute fin de course devant Maverick Viñales (Yamaha Factory). Johann Zarco (Yamaha Tech3), huitième, n'a jamais pu se mêler à cette bagarre.

Vidéo - Dépassements, contacts et suspense : c'était la course de l'année !

02:36

Samedi, après une qualification à couteaux tirés, Valentino Rossi (Yamaha Factory) avait lamenté la réduction des écarts, sur le souvenir d'une époque plus "romantique". Il faudrait lui réclamer plus de précisions sur cette notion pour lancer le débat. Mais ce dimanche, à Assen, la huitième manche du Mondial n'a manqué de rien. Et surtout pas de spectacle.

Marquez a lutté avec les Ducati et s'est frotté aux Yamaha

Vainqueur des deux derniers Grands Prix, Jorge Lorenzo (Ducati Team) a d'emblée fait basculer cette course dans l'extraordinaire. Dixième sur la grille, le Majorquin a réussi un départ sensationnel pour se retrouver aux commandes, dès le premier tour. Chahuté par Marquez, talonné et même percuté par Rossi, "Por Fuera" a longtemps cru à un triplé inédit, menant 12 des 14 premiers tours.

Comme si ses vieux démons avaient soudainement resurgi, le triple champion du monde a fini par lâcher prise. Mais cette fois, sa dégringolade a bien plus été provoquée par les autres que par lui-même. Les Yamaha requinqués par un réservoir allégé, Maverick Viñales et Valentino Rossi ont peu à peu effacé les Ducati du groupe de tête.

L'Espagnol de la firme aux diapasons, qui n'avait plus été dans le coup depuis le Grand Prix des Amériques, a même fini par prendre les commandes dans le 16e tour. Même pas affaibli par sa lutte avec les GP18, Marquez n'a laissé aucune marge à son compatriote. Surtout quand le prodige de Roses a tenté de lui faire l'extérieur. Les deux Catalans ont perdu la trajectoire et ouvert le chemin à Dovizioso puis Rossi.

Zarco n'a jamais été dans le coup

Mais l'un a compensé cette erreur plus vite que l'autre. Et inutile de vous préciser lequel. La dernière fois qu'une course avait été aussi disputée, à Phillip Island, Marquez avait fini par s'échapper dans les derniers tours. Aux Pays-Bas, bis repetita. Le quadruple champion du monde a refait son retard avant de filer. Et Viñales n'a jamais pu prendre sa roue. "Mack" a tout de même fait l'effort pour retrouver la deuxième place. Mais il ne s'attendait certainement pas à une ultime attaque de Rins, qui a fini pour lui ravir.

Dovizioso, Rossi, Crutchlow et Lorenzo ont dû se contenter des miettes, dans cet ordre. Et derrière eux, Zarco n'a jamais pu s'installer durablement dans le wagon. La veille, en qualification, il avait été piégé en menant le petit train.

0
0