Getty Images

Moto2 - Victoire de Bagnaia (Sky VR46 - Kalex), Quartararo (Lightech - Speed Up) deuxième

Quartararo, quel panache !

Le 01/07/2018 à 12:56Mis à jour Le 01/07/2018 à 13:58

GRAND PRIX DES PAYS-BAS - Fabio Quartararo (Lightech - Speed Up) a confirmé. Vainqueur en Catalogne, le Français a fini deuxième à Assen, derrière Francesco Bagnaia (Sky VR46 - Kalex). Il était pourtant parti depuis la dixième place sur la grille après avoir été pénalisé.

On l'avait quitté enthousiasmé par sa victoire en Catalogne, et impatient et de le voir confirmer son nouveau statut, aux Pays-Bas. Car c'est désormais une certitude : Fabio Quartararo (Lightech - Speed Up) n'est plus tout à fait le pilote qu'il était depuis son arrivée en Grand Prix. Ce dimanche, à Assen, le Français l'a de nouveau démontré en décrochant la deuxième place derrière Francesco Bagnaia (Sky VR46 – Kalex), intouchable.

Depuis son arrivée au championnat du monde, alors qu'il n'avait que 15 ans et quelques mois, personne n'a jamais douté du talent du Niçois. Les interrogations portaient beaucoup plus sur son mental et sur ses choix. Mais Quartararo en a dissipé quelques-unes. Définitivement. Il fallait être fort, dans la tête, pour réussir ce qu'il a accompli aujoud'hui : une première victoire en carrière n'est pas toujours facile à digérer et la manche suivante est toujours plus délicate à aborder.

Du talent, de la réflexion et un gros coeur

Surtout qu'il avait tout pour être déstabilisé, samedi soir, après avoir été sanctionné de trois positions sur la grille de départ pour non-respect du drapeau rouge. Mais le pilote tricolore est resté sur son petit nuage. Dixième au départ, douzième après le premier tour, "El Diablo" a roulé avec son habileté, sa tête et un gros coeur, surtout. Il fallait tout cela pour déborder chaque homme du peloton, un à un. Surtout pour se débarrasser des gros bras que sont Mattia Pasini (Italtrans Racing Team - Kalex), Miguel Oliveira (Red Bull KTM Ajo) ou encore Alex Marquez (EG 0,0 Marc VDS). Et la liste n'est pas exhaustive.

Quatrième à cinq tours de la fin, Quartararo a même eu un poil de réussite au moment où Lorenzo Baldassarri (Pons HP40 - Kalex), alors deuxième, a été victime d'une crevaison. Il en faut aussi. Et finalement, seul Bagnaia, qui avait eu tout le loisir de se forger une marge confortable d'avance, lui a résisté. Qu'importe. Il n'avait pas véritablement besoin d'une victoire pour confirmer la bonne impression catalane. Qu'il a convertie en tendance.

0
0