C'est un retour sur terre. Brutal. Et particulièrement douloureux. Tout juste cinq jours après avoir regouté, non sans une grande émotion, aux joies du succès au Sachsenring, Marc Marquez (Honda HRC) s'est remémoré des souvenirs bien plus sombres, ce vendredi, lors des essais libres du Grand Prix des Pays-Bas.
Une dizaine de minutes seulement après le début de la deuxième séance de la journée et avant l'arrivée des premières gouttes de pluie, le sextuple champion du monde MotoGP a subi une violente chute, à plus de 110 km/h, entre les virages N.10 et 11. L'arrière de sa machine s'est dérobé, projetant l'Espagnol en l'air.
Grand Prix des Pays-Bas
Quartararo, la tête en vacances, les yeux vers le titre
30/06/2021 À 22:37
Tombé de manière violente dans le bac à graviers, Marquez a d'abord semblé sonné avant de se relever, de lui-même. "Tout me faisait un peu mal, a-t-il confié après coup. Mais j'ai tout testé : le bras d'abord, ensuite la jambe parce que c'est là où je ressentais le plus de douleurs. Mais j'ai vu que ce n'étaient que des bosses. Samedi, je serai contusionné de partout !"
Je me sens chanceux de sortir indemne d'une telle chute
Visiblement opérationnel pour la suite du week-end, le Catalan est encore miraculé. Avant l'impact avec le sol, le pilote de 28 ans a tout fait pour protéger son bras droit, opéré à trois reprises depuis un autre "highside", autrement plus dévastateur, à Jérez il y a près d'un an. "C'est effectivement une chute similaire", a-t-il souligné.
Cette nouvelle grosse frayeur, qui s'ajoute à la liste de pépins cumulés par Marquez et les autres pilotes Honda depuis le début de la saison, a rappelé à quel point le chemin de l'Espagnol vers les sommets risque d'être encore long et périlleux. "Je me sens chanceux de sortir indemne d'une telle chute, a-t-il avoué. Il est très facile de se blesser lorsqu'on vole dans les airs de cette manière."

Marc Marquez (Honda HRC) de retour au box après sa chute aux essais libres du Grand Prix des Pays-Bas, le 25 juin 2021

Crédit: Getty Images

Car pour les pilotes du constructeur japonais, cet événement n'est malheureusement pas isolé. Ces dernières semaines, Pol Espargaro, coéquipier de Marquez, mais aussi son frère Alex et Takaaki Nakagami ont très souvent perdu le contrôle de leurs machines. Les RCV, qui n'ont jamais été réputées pour leur maniabilité, semblent plus imprévisibles que jamais.

Honda a du retard à combler

"Je ne m'attendais pas à tomber ici car c'est l'une des courbes où tous les pilotes bénéficient de l'électronique, a analysé le multiple champion du monde. Elle nous permet d'éviter ce type de chutes, de faire en sorte de ne pas incliner plus la moto ou de faire un mauvais mouvement du corps. Mais là, ça n'a pas été le cas. La roue a commencé à patiner et l'électronique n'y a rien fait."
Privé de son leader durant des mois, Honda a cumulé beaucoup de retard sur le plan de la performance. Et a dû poursuivre le développement de sa machine sans direction claire. Marquez souhaite rattraper le temps perdu. Et l'a fait savoir.
"C'est un point sur lequel je pousse beaucoup les ingénieurs, a assuré l'Espagnol. Il n'y a que les pilotes Honda qui subissent des 'highsides' [ce type de chutes en particulier, NDLR]. Et quand tu en subis, tu perds confiance car tu ne sais pas quand tu vas de nouveau chuter de cette manière. Ça peut faire très mal." Il est effectivement bien placé pour en parler.
Grand Prix des Pays-Bas
Quartararo : "J'avais vraiment mal au bras"
27/06/2021 À 14:24
Grand Prix des Pays-Bas
Quartararo a mis tout le monde d'accord
27/06/2021 À 12:42