C'est une nouvelle démonstration de force d'Andrea Dovizioso (Ducati Team) et une course dont on se souviendra longtemps. Ce dimanche, à Motegi, l'Italien a encore montré les muscles pour donner la leçon à Marc Marquez (Honda HRC) dans le dernier tour d'un Grand Prix du Japon à suspense. Sur les terres des constructeurs nippons, le pilote Ducati s'est relancé dans la course au titre, réduisant l'écart à 11 petits points sur son meilleur ennemi, à trois manches du terme.

Dovizioso en furie, Marquez en folie : la nouvelle merveille de la saison

En Autriche, "Dovi" réussissait le plus bel exploit de sa carrière, résistant au champion du monde en titre dans le dernier virage. Deux mois plus tard, presque jour pour jour, le Forlimpopoleso a démontré qu'il ne s'agissait ni d'un coup isolé, ni d'une performance anecdotique. Sur le Twin Ring et dans des conditions exécrables, le leader de Borgo Panigale a constamment tenu le rythme imprimé par Marquez. Mais le champion du monde en titre, spectaculaire comme de coutume, n'était visiblement pas le plus à l'aise.
Grand Prix de France
Pénalisé de trois places, Zarco s'élancera 9e
14/05/2022 À 18:21

Zarco et Viñales lâchés, Rossi au tapis : Grand Prix à oublier pour Yamaha

L'Espagnol l'avait démontré sur la fiche des temps, où ses chronos irréguliers ont permis à Dovizioso de rester dans sa roue. Il a ensuite failli, au pire des moments, à quelques virages du drapeau à damier, lorsqu'il est passé tout près de s'envoyer en l'air en perdant l'arrière de sa machine. Pour son dauphin au championnat, l'occasion était trop belle. Quelques mètres plus loin, le pilote de 31 ans s'est engouffré à l'intérieur, au n°11, songeant déjà à la dernière courbe, où le surdoué de Cervera oublie constamment toutes notions de risque. Comme à Spielberg, MM93 s'est inflitré, dans un trou où même une souris n'aurait pas tenté le coup. Comme à Spielberg, il a dû s'incliner à l'accélération.
Pourtant mémorable, la 15e manche du Mondial ne restera probablement pas dans les mémoires des "Yamaha Boys". Poleman, Johann Zarco (Yamaha Tech3) a été débordé en début de course et a fini par dégringoler jusqu'au 8e rang. Au championnat, le Français est désormais menacé par Jorge Lorenzo (Ducati Team), sixième à Motegi, et Danilo Petrucci (Ducati Pramac), qui y a décroché un quatrième podium saisonnier. Mais le Cannois a tout de même devancé le pilote officiel de la marque aux diapasons, Maverick Viñales (Yamaha Factory), toujours en délicatesse dans un tel contexte et désormais lâché dans la course au titre, à 41 points du leader. Valentino Rossi, lui, a chuté. Pire, la firme japonaise a même été dépassée par Ducati au classement constructeur. Le vent a peut-être définitivement tourné.
Grand Prix de France
Ducati en force, Quartararo et Zarco en embuscade
14/05/2022 À 12:56
Grand Prix de l'Algarve
Quartararo, champion alarmiste : "Je pense qu'on a énormément de points faibles"
07/11/2021 À 18:39