La note : 5/5

Si la cuvée 2017 du Mondial était une chaîne de montagnes, le Grand Prix du Japon en serait le plus haut sommet. La nouvelle rivalité entre Andrea Dovizioso (Ducati Team) et Marc Marquez (Honda HRC) s'était révélée à Spielberg, elle s'est peut-être trouvée une place dans l'histoire à Motegi. Et comme les courses MotoGP ne doivent jamais se résumer à une opposition entre deux hommes, Suzuki, Johann Zarco (Yamaha Tech3) et Jorge Lorenzo (Ducati Team) ont aussi fait le spectacle. Une manche indélébile.

Dovizioso en furie, Marquez en folie : la nouvelle merveille de la saison

Grand Prix du Japon
"Je lui ai bien fermé la porte mais il a quand même trouvé le moyen de passer !" : les réactions
15/10/2017 À 08:41

Comment Andrea Dovizioso (Ducati Team) a gagné

En Autriche, "Dovi" avait exposé une capacité de résistance inédite dans sa carrière. En terres nippones, il l'a couplée à une régularité hors normes dans les conditions exécrables qu'offrait le Twin Ring ce dimanche. Après la sixième boucle, le vainqueur n'a établi qu'un seul tour au-delà de la minute 58. Marquez ? Trois. Il fallait au moins cela pour ne pas laisser filer l'Espagnol en tête. Ainsi, le Forlimpopoleso n'a jamais lâché plus d'une seconde à son devancier. La suite est une histoire d'opportunité saisie et de mental d'acier : le surdoué de Cervera a frôlé la chute au virage n°8, avant le dernier sprint, et perdu énormément de motricité pour résister à la superpuissance de la Ducati dans la ligne droite. Et il y a deux mois, le leader de Borgo Panigale a prouvé qu'il savait garder ses nerfs dans le dernier virage.

Le mot du vainqueur

Dovizioso a été attaqué par Marquez dans un trou de souris. Pourtant, l'Italien s'en était prémuni...

Dovizioso : "J'ai bien fermé la porte mais Marquez a quand même trouvé le moyen de passer !"

Le grand battu : Maverick Viñales (Yamaha Factory)

Avec l'eau, la machine du début de saison a bien rouillé. A se morfondre dans ses problèmes d'adhérence, Viñales a peut-être définitivement dit adieu au titre. L'équation consistant à combler 40 points en trois manches semble impossible à résoudre, surtout si les nuages se déplacent au-dessus de Phillip Island et de Sepang lors des deux prochaines semaines. "S'il pleut en Australie, je reste au lit", a-t-il ironisé après la course. Ça en dit long sur l'état d'esprit du box Yamaha.

Maverick Viñales (Yamaha Factory) encore en difficulté au Grand Prix du Japon 2017

Crédit: Getty Images

L'attaquant : Andrea Iannone (Suzuki Team)

Onzième sur la grille, quatrième à l'arrivée : Iannone a quelque peu rassuré Suzuki. Incapable d'intégrer le moindre Top 10 depuis le Grand Prix des Pays-Bas, l'Italien s'est remobilisé pour préparer la saison prochaine. "Le maniaque" s'est payé quelques cadors, de Rossi à Zarco en passant par Lorenzo ou Pedrosa, et plus important encore, son coéquipier Alex Rins. Une belle bouffée d'oxygène au bout d'une saison étouffante.

Le Français : Johann Zarco (Yamaha Tech3)

Zarco ne s'est pas cherché d'excuse. Il en avait pourtant quelques-unes pour justifier une 8e place en forme de contre-performance, alors qu'il avait évoqué une première victoire en catégorie reine en cas de course pluvieuse. D'abord parce que la M1 est capricieuse avec les pneumatiques dans de telles conditions. Ensuite parce que Michelin a décidé de retirer le pneu "tendre" à l'avant, une heure avant le warm-up. Cette gomme, dont l'usure était trop importante sur piste séchante pour garantir la sécurité des pilotes, convenait tout particulièrement au Cannois. Et finalement, les 24 tours ont été bouclés sur l'humidité. Dommage.

Au contact pour dépasser, Zarco a provoqué la colère de Lorenzo

La décla : Valentino Rossi (Yamaha Factory)

Comme samedi, Rossi a chuté, en proie lui aussi à de sérieux problèmes d'adhérence. Les conséquences auraient pu être dramatiques, alors que l'Italien souffre encore d'une double fracture tibia-péroné subie au début du mois de septembre.
Quand je me suis rendu compte que mon pneu arrière n'avait plus aucune adhérence sur le côté gauche, j'étais déjà en l'air. J'ai mal partout mais j'ai de la chance que la jambe ne soit pas touchée.

Le tweet que l'on voudrait revoir toutes les semaines

La stat : 100

Marc Marquez est (déjà) centenaire. A Motegi, le Catalan a décroché son 100e podium en championnat du monde de vitesse, toutes catégories confondues. Seuls huit pilotes le devancent, alors que le champion du monde en titre n'a que 24 ans. Ahurissant.

Le point au Mondial Pilotes

1- Marc Marquez (Honda HRC), 244 points ; 2- Andrea Dovizioso (Ducati Team), 233 pts, 3- Maverick Viñales (Yamaha Factory), 203 pts, 4- Dani Pedrosa (Honda HRC), 170 pts, 5- Valentino Rossi (Yamaha Factory), 168 pts.

Le point au Mondial Equipes

1- Honda HRC, 414 points, 2- Yamaha Factory, 371 pts, 3- Ducati Team, 349 pts, 4- Yamaha Tech3, 209 pts, 5- Ducati Pramac, 167 pts.

Le point au Mondial Constructeurs

1- Honda, 294 points ; 2- Ducati, 273 pts, 3- Yamaha, 265 pts, 4- Suzuki, 77 pts, 5- Aprilia, 64 pts.

Prochaine manche : Grand Prix d'Australie

Il aura lieu les 20, 21 et 22 octobre sur le circuit de Phillip Island.

Andrea Dovizioso (Ducati Team) dans les bras de Marc Marquez (Honda HRC) après le Grand Prix du Japon

Crédit: Getty Images

Grand Prix du Japon
Dovizioso mate encore Marquez au bout d'un nouveau classique
15/10/2017 À 05:56
Grand Prix de France
Pénalisé de trois places, Zarco s'élancera 9e
14/05/2022 À 18:21