Getty Images

Zarco à l'heure du dilemme

Zarco à l'heure du dilemme

Le 14/10/2019 à 11:54Mis à jour Le 15/10/2019 à 09:02

GRAND PRIX DU JAPON - Après l'épreuve nippone, Johann Zarco pourrait accepter de remplacer Takaaki Nakagami (Honda LCR), sur le point d'être opéré. En acceptant cette pige, il pourrait s'offrir un rebond inespéré. Ou assombrir encore un peu plus son avenir, alors que Yamaha souhaite qu'il devienne son pilote d'essais.

Il y a tout juste deux mois, Johann Zarco a fait le choix le plus difficile de sa carrière. Il doit désormais faire face à un dilemme cornélien. Quelques semaines après avoir annoncé la fin de sa collaboration avec KTM, le pilote français pourrait enfourcher la Honda de l'équipe satellite LCR, en fin de saison, pour y remplacer Takaaki Nakagami. Ces dernières semaines, il a aussi discuté avec Yamaha pour en devenir le pilote d'essais.

Une pige en attendant la décision de Lorenzo

Les deux missions sont totalement incompatibles : accepter l'une reviendrait forcément à rejeter l'autre. "Ces deux marques étant rivales depuis longtemps, je dois faire un choix", a confié le Cannois à nos confrères de Moto Journal, au moment de confirmer qu'il avait bien reçu un coup de fil de Lucio Cecchinello. C'est là toute la difficulté. Sa décision sera irrémédiablement vécue comme un affront par le constructeur rejeté. A court, moyen et long terme, elle aura forcément des conséquences sur la suite de sa carrière.

S'il décide effectivement de suppléer Nakagami, qui devrait mettre un terme à saison après son Grand Prix national, au Japon, prévu ce dimanche, pour se faire opérer de l'épaule, Zarco aura trois épreuves (Australie, Malaisie, Valence) pour démontrer qu'il est capable d'être performant sur une autre machine que la M1 avec laquelle il s'est révélé, en 2017 et 2018. En y parvenant, il deviendrait le favori pour succéder à Jorge Lorenzo, si le triple champion du monde espagnol venait à anticiper la fin de sa collaboration avec la HRC, infructueuse jusqu'ici.

Ces derniers jours, le Majorquin a plutôt diffusé l'idée qu'il ne "souhaitait pas abandonner" sans que l'on sache s'il a d'abord cherché à gagner du temps, pour se rassurer en piste ou pour mûrir sa réflexion. Autrement dit, Zarco n'aura absolument aucune certitude au terme de sa pige de trois courses, qu'importe ses résultats. Au pire, il sera remercié et renvoyé chez lui sans le moindre lien contractuel avec le championnat du monde pour la saison 2020. Au mieux, il deviendra le nouveau coéquipier du champion du monde Marc Marquez.

Yamaha ne lui offre aucune certitude… mais beaucoup de temps

Il est très difficile d'établir un rapport de probabilité entre ces deux options, sachant qu'il en existe une troisième. Officiellement, Nakagami n'a toujours pas l'assurance de conserver son guidon en 2020, même si les négociations auraient bien avancé à Buriram, d'après Motorsport.com. En optant pour un rôle de pilote d'essais chez Yamaha, le pilote de 29 ans n'aurait qu'une seule certitude : celle d'être définitivement ignoré par Honda.

Alberto Puig au Grand Prix d'Espagne 2019

Alberto Puig au Grand Prix d'Espagne 2019Getty Images

La firme ailée et le patron de l'équipe officielle, Alberto Puig, avaient déjà eu besoin de temps pour digérer l'imbroglio qui avait conduit Zarco chez KTM malgré une proposition du constructeur japonais. Ils encaisseraient difficilement un second refus, surtout s'il profite finalement au rival. Avec Yamaha, le Français ne s'offrirait que du temps. Et un peu de confort. Son talent n'a certainement pas été dissous en quelques mois. Son travail devrait être régulièrement mis en avant si la M1, dont la marge de progression est immense, parvient à compenser une partie du retard qu'elle a accumulé sur les prototypes Ducati et Honda.

Le double champion du monde Moto2 pourrait aussi démontrer qu'il est encore compétitif en tant que pilote invité, la saison prochaine. Rester en piste en 2020, même par intermittence, lui permettrait d'intégrer le jeu de chaises musicales attendu en fin de saison prochaine, où la plupart des contrats actuellement en vigueur arriveront à expiration. Les opportunités pourraient alors être plus nombreuses qu'elles ne l'ont été ces dernières semaines. Même si c'est un autre Français, Fabio Quartararo, qui devrait affoler le marché.

Johann Zarco (KTM) dans son box lors du Grand Prix de Grande-Bretagne 2019

Johann Zarco (KTM) dans son box lors du Grand Prix de Grande-Bretagne 2019Getty Images

0
0