Toutes les stars tricolores sont au rendez-vous. Maintenu malgré l'état d'urgence décrété suite aux attentats du 13 novembre à Paris, faisant 129 morts, le championnat de France petit bassin va réserver au public un plateau de grande qualité. Les nageurs y marqueront leur soutien et leur solidarité en portant un bonnet noir estampillé de la devise de Paris, "Fluctuat nec mergitur."
"Personne n'a envie d'oublier, il ne faut surtout pas oublier. C'est important pour nous de montrer qu'on est aussi en deuil même si on fait notre métier", a dit Manaudou, reconnaissant qu'il aura "un peu la tête ailleurs" comme d'autres nageurs.
"Ca m'étonnerait que ce soit totalement sorti de ma tête pendant mes courses mais ça devrait aller", a souligné Camille Lacourt, qui a eu besoin de quelques jours pour digérer le choc.
Championnat de France petit bassin
Deux titres de plus pour Bonnet et Stravius
18/11/2018 À 21:59
Sous une surveillance accrue, les Bleus vont donc nager en petit bassin, c'est-à-dire sur une longueur de 25 mètres, lors d'une année dont le point d'orgue sera les jeux Olympiques de Rio l'été prochain, disputés en grand bassin (50 mètres).
Mais alors pourquoi nager en petit bassin l'année olympique où tout se prépare en grand bassin ? "Le corps, lui, ne le sait pas", rétorque Romain Barnier, entraîneur en chef des Bleus. "Il se met à fond et il fait des choses", a ajouté le technicien.
"Ca permet de travailler les parties techniques, à chaque fois c'est un 'start' (départ), c'est des virages, des parties qu'on retrouve pour le grand bassin". Le coach reconnait que ce n'est pas "la priorité de l'année" mais après ce passage à Angers, les nageurs "basculeront directement sur le grand bassin."
Avec une étape-couperet dans quatre mois, les Championnats de France en grand bassin à Montpellier (29 mars-3 avril), qui délivreront deux billets par course pour les Jeux de Rio.

Le 100m promet beaucoup

Angers pourrait donc être pimenté alors que chacun voudra d'ores et déjà marquer son territoire. Et cela vaudra surtout pour le 100m nage libre, la distance-reine que vont se disputer âprement les deux nouveaux prétendants Florent Manaudou et Jérémy Stravius. Avec également Yannick Agnel, Fabien Gilot, William Meynard et Mehdy Metella.
"On n'en est pas là encore. On ne va pas faire les sélections lors des Championnats de France petit bain, on laissera la belle pression pour le jour J", préfère dire Barnier, qui a néanmoins apprécié "l'effet stimulant", des récentes performances de Stravius et Agnel.
Champion du monde 2011 sur 100 m dos, Stravius a signé le meilleur chrono de sa carrière sur 100 m libre en grand bassin lors de l'étape de coupe du monde à Dubaï (48.34).
Agnel, champion olympique 2012 sur 200 m libre, a fait un bon retour après sept mois d'absence avec une 4e place à Doha sur 100 m (49.33).
Florent Manaudou, le super champion français qui a remporté trois médailles d'or aux Mondiaux 2015 (grand bassin), aime le jeu et pourrait bien répondre à ses deux principaux rivaux. Le Marseillais n'a plus nagé le 100 m libre en championnat depuis presque un an et sa médaille d'argent aux Mondiaux 2014 en petit bassin à Doha (45.81).
La finale du 100m se disputera vendredi.

Le programme :

Jeudi: séries à partir de 8h30, finales à partir de 17h50
Vendredi: séries à partir de 8h30, finales à partir de 17h50
Samedi: séries à partir de 8h30, finales à partir de 18h00
Dimanche: séries à partir de 8h30, finales à partir de 17h50
Championnat de France petit bassin
Malgré son titre, Manaudou n'est pas dans les temps pour Rio, et ça l'agace
19/11/2015 À 22:07
Championnat de France petit bassin
Florent Manaudou sacré et accroché sur 50 m nage libre
19/11/2015 À 19:09