Ce n'est pas forcément une surprise. Mais c'est une déception. Florent Manaudou n'a pas réussi à arracher sa qualification pour la finale du 50 m nage libre. Pendant ce temps-là, Maxime Grousset, fraîchement médaillé d'argent du 100 m nage libre mercredi, a lui empoché sa place en finale à la faveur d'un barrage face à Bruno Fratus. Et alors que Mewen Tomac a fini à la cinquième place lors de la finale du 200m dos, Mélanie Henique et Marie Wattel ont elles pris date pour la finale du 50 m papillon.
  • Regardez les championnats de France de cyclisme sur route de jeudi à dimanche en direct sur Eurosport
Pour Florent Manaudou, c'est forcément une petite claque. Le triple médaillé olympique sur sa distance de prédilection (Or à Londres, argent à Rio et Tokyo) n'est certes pas arrivé en Hongrie dans les meilleures conditions, après une saison "de transition". Il était conscient de ne pas avoir les armes pour aller titiller les meilleurs. Mais échouer dès les demi-finales avec le 11e temps (21'"95) est une déception pour un tel champion, habitué aux finales internationales.
Championnats du monde
Reymond décroche l'argent sur le 25 km en eau libre
30/06/2022 À 11:22

Tomac prend ses marques

Manaudou n'était tout simplement assez prêt pour ce rendez-vous. Après un bon départ où il a essayé de prendre les devants, le co-capitaine des Bleus n'a ainsi pas tenu la distance devant la concurrence. Son compatriote, le jeune sprinteur calédonien Maxime Grousset, est lui dans l'attente. Quatrième de sa série (21''83), le médaillé d'argent du 100m nage libre est en barrages face au Brésilien, Bruno Fratus. A 20h30, il devra s'arracher pour obtenir son ticket pour la finale.
Quelques minutes après, Mewen Tomac a lui dû se contenter de la cinquième place du 200m dos. Le jeune Français (20 ans) n'a pas pu se mêler à la lutte pour le podium, malgré une course bien gérée. Mais prend date pour l'avenir dans une finale remportée par Ryan Murphy où il a su améliorer son record personnel (1'56''35). "Je pensais que le podium irait moins vite que ça, a reconnu le natif d'Evreux au micro de France 4. Il faut encore travailler. Mais je suis content, je fais ma course. C'est ma première finale. Donc j'étais très existé. J'ai peut-être laissé un peu trop de plumes là-dedans." Une finale pour apprendre en clair. Et à deux ans de Paris 2024, ce n'est pas anodin.

Henique et Wattel, vivement vendredi

Si les Français ont pris la septième place de la finale du relais 4x200 m loin des Etats-Unis, la journée bleue n'a pas été que déceptions. Si Florent Manaudou a craqué, sa co-capitaine a ainsi elle répondu présent. La finale du 50 m papillon s'annonce même palpitante pour le clan tricolore. Car Mélanie Henique et Marie Wattel ont un joli coup à jouer. Jeudi, Henique a bluffé son monde en dominant largement sa série (25''41). Partie comme une bombe, elle s'offre le troisième temps des demies derrière la Suédoise Sarah Sjostrom et l'Américaine Torri Huske, alors qu'elle en a gardé sous le pied sur la fin.
A ses côtés ce vendredi, il y aura Marie Wattel. Septième place de la finale du 100m nage libre quelques minutes avant, la nageuse de 27 ans, vice-championne du monde du 100 m papillon, a parfaitement réagi en prenant le sixième temps des demie (25''56). Et peut rêver d'une autre médaille à Budapest.
Championnats du monde
Le podium se refuse encore à eux : Olivier et Muller échouent à la 4e place
29/06/2022 À 16:56
Championnats du monde
Van Rouwendaal sacrée sur 10 km, Muller quatrième
29/06/2022 À 09:45