AFP

De retour sur le sol français, Yannick Agnel retrouve les joies de nager

De retour sur le sol français, Agnel retrouve les joies de nager
Par AFP

Le 17/11/2014 à 20:53Mis à jour Le 17/11/2014 à 21:16

Loin de Baltimore et de l'entraînement militaire de Bob Bowman, Yannick Agnel retrouve le plaisir de nager à Mulhouse avec Lionel Horter.

Épanoui et choyé à Mulhouse, le champion olympique et champion du monde de natation Yannick Agnel s'est lancé dans une nouvelle aventure sous la houlette de Lionel Horter, avec les JO de Rio 2016 en ligne de mire. "Le challenge c'est Rio dans deux ans": l'objectif est fixé, Horter est aux manettes. Et pour Agnel, c'est "un régal" de s'entraîner avec Horter: "On fonctionne vraiment bien" ensemble, "c'est une belle relation et le début d'une belle aventure".

En rejoignant début octobre l'ancien directeur technique national (DTN) de la natation française Lionel Horter, au centre d'entraînement et de formation à la natation de haut niveau de Mulhouse, Yannick Agnel s'est lancé à la reconquête de son meilleur niveau. "L'entraînement se passe plutôt bien, tant sur le plan tactique que technique", a affirmé lundi à Mulhouse le nageur de 22 ans, à trois jours des championnats de France petit bassin.

"Ça va de mieux en mieux dans l'eau. Je sens que quand je nage, la technique est différente, je suis moins à la Rambo", remarque le champion du monde (2013) et champion olympique (2012) du 200 m nage libre.

Après un an et demi dans l'un des temples de la natation mondiale, à Baltimore (États-Unis), le talentueux nageur français avait préféré quitter Bob Bowman, le mentor de Michael Phelps. Agnel avait rencontré de grosses difficultés avec la méthode de l'entraîneur américain, qui privilégiait l'intensité à la technique. Épuisé, il avait souffert à l'Euro-2014 de Berlin, en août dernier, décrochant laborieusement le bronze du 200 m libre.

Lionel Horter DTN France

Lionel Horter DTN FrancePanoramic

"Le plaisir de nager, je l'avais un peu perdu l'année dernière, mais absolument pas depuis que je suis ici", en Alsace, confie le Nîmois de naissance. À Mulhouse, "je suis épanoui", affirme Agnel. "Les gens sont super accueillants et adorables (...) et je suis choyé, comme un prince".

"Il est plus efficace, il fait les choses de manière très juste, maintenant il va falloir faire ça progressivement en compétition", ajoute l'entraîneur. Selon lui, le roi du 200 m libre est entouré par une équipe d'encadrement qui "essaie de créer un courant positif pour qu'il puisse travailler dans la sérénité pendant les nombreux mois qu'il y a encore jusqu'à l'objectif de Rio". Horter, 49 ans, a vu passer du beau monde dans ses bassins comme Laure Manaudou en 2008, Amaury Leveaux et Roxana Maracineanu, dont il a fait la première championne du monde française en 1998.

"Yannick est un nageur simple à entraîner, car il est intelligent et motivé. Il a confiance en lui, c'est un battant", souligne son coach. En avril 2013, Agnel s'était séparé dans la difficulté de Fabrice Pellerin, qui le dirigeait depuis sept ans à Nice. Le centre d'entraînement de Mulhouse est "sa quatrième structure, les choses s'additionnent, il s'agit de les mettre en phase, sans les mettre en confrontation, pour essayer d'être le plus performant possible", précise Lionel Horter. Cette période de changement d'entraîneurs était "déstabilisante", reconnaît Agnel, mais c'est celle "où j'ai appris le plus de choses, où j'ai rencontré le plus de gens et celle où finalement je suis le plus épanoui".

0
0