Getty Images

Grousset frappe fort et prend place sur le sprint

Grousset frappe fort et prend place sur le sprint
Par AFP

Le 15/12/2019 à 21:35Mis à jour Le 15/12/2019 à 21:41

CHAMPIONNATS DE FRANCE PETIT-BASSIN - Avec un temps de 46''10 sur le 100 m, soit près d'une seconde devant son premier poursuivant, Maxime Grousset a éclaboussé la finale de la distance reine pour s'adjuger le titre de champion de France en petit bassin, dimanche lors de la dernière journée à Angers.

Maxime Grousset a fait fort. Avec un chrono de 46''10 sur le 100 m et même en l'absence des cadors tricolores du sprint français --Florent Manaudou, Mehdy Metella ou Clément Mignon--, le nageur d'Amiens a tout de même impressionné avec un chrono supérieur de 44 centièmes à celui établi la semaine dernière aux championnats d'Europe à Glasgow où il n'avait terminé que quatrième. "Je voulais égaler, confirmer, mais c'est encore mieux que tout ce que j'espérais", a déclaré tout sourire Maxime Grousset après sa performance qui lui promet de beaux lendemains et des ambitions légitimes en grand bassin pour les JO de Tokyo.

A tout juste 20 ans, il a gagné plus d'une seconde en une seule année sur la distance. "L'entraînement et l'acharnement ça paie, je me déchire tous les jours", a-t-il expliqué. Son aîné de 11 ans Jérémy Stravius, arrivé deuxième, n'a pas pu résister à la puissance du nageur d'Amiens et termine à 92 centièmes derrière lui.

Il est vrai que Stravius, 31 ans, venait tout juste de remporter le 50 m dos avec ses coulées infinies dont se sont délectés les spectateurs d'Angers, dans un chrono de 23 sec 05 qui lui aurait offert une médaille d'argent à Glasgow. "C'est un temps correct qui confirme ma bonne forme cette semaine", a commenté Stravius qui a nagé sa dernière course en championnat de France petit bassin pour sa 16e et dernière participation. C'est son troisième titre ce week-end après le 100 m papillon et le 200 m brasse.

Aubry mois frais, Bonnet se rassure

David Aubry, qui chassait son propre record de France sur 1.500 m a manqué de fraîcheur sur la fin de course mais remporte néanmoins lui aussi son troisième titre, après le 400 m et le 800 m. Après le 100 m samedi, Theo Bussière s'est offert le 50 m dimanche devant Antoine Viquerat qui avait lui triomphé vendredi sur le 200 m brasse.

Avec un chrono sous les quatre minutes (3'59''80), la tête de pont de la natation féminine française, Charlotte Bonnet, a remporté le 400 m dames, après avoir triomphé sur le 200 m et pris la deuxième place sur le 100 m, distance où elle a été sacrée championne d'Europe à Glasgow. "Faire des temps pas loin de mes meilleurs, ma façon de nager et d'aborder les courses pendant le week-end tout cela m'a rassuré", a déclaré Charlotte Bonnet qui sort d'une année difficile où elle a longuement traîné une blessure.

Lara Grangeon, stakhanoviste de la natation qui a enchaîné les courses sur quatre jours, a fini son marathon avec un nouveau titre sur 200 m dos qu'elle décroche après ceux sur le 200 m papillon, le 800 m nage libre et le 400 m 4 nages. La relève française s'est également manifestée à Angers avec notamment Naële Portecop qui, à 16 ans, a remporté son premier titre de championne de France sur le 100 m papillon.