Panoramic

"Sun Yang, il pisse violet…" : Quand Lacourt se lâche

"Sun Yang, il pisse violet…" : Quand Lacourt se lâche

Le 09/08/2016 à 06:04Mis à jour Le 09/08/2016 à 10:43

JO 2016 – Camille Lacourt a échoué dans sa quête de médaille olympique lundi, en terminant 5e de la finale du 100m dos. Le Marseillais a salué trois des quatre nageurs qui l'ont battu, avant de s'en prendre au dopage dans son sport, et notamment aux Chinois.

Camille Lacourt ne sera donc jamais médaillé olympique. Champion du monde, champion d'Europe, oui. Mais le podium olympique lui aura échappé jusqu'au bout. Seulement 5e de la finale du 100m dos lundi soir à Rio, le Français a échoué dans sa dernière quête. Sans regrets, si ce n'est de voir, parmi les quatre nageurs qui l'ont devancé, la présence de Jiayu Xu, médaillé d'argent entre les Américains Ryan Murphy et David Plummer. Ajoutant Mitch Larkin aux deux dossistes US, il a tiré "un coup de chapeau à trois des nageurs qui m'ont devancé".

Petite phrase pleine de sous-entendus qui, quelques instants plus tard, ne l'étaient plus du tout au micro de nos confrères de RMC. "Ça me déplait d'être battu par un Chinois", a-t-il pesté. Puis, sur un ton plus acerbe encore, Lacourt s'est lâché : "En même temps, je vois le podium du 200m libre, ça me donne envie de vomir. Voir des gens qui ont triché sur un podium, ça me dégoûte. Sun Yang, il pisse violet…" Sun Yang, vainqueur du 200 mètres nage libre au cours de la même soirée, et qui a été suspendu pour dopage à la suite à un contrôle positif en 2014.

Le nageur français Camille Lacourt dans le bassin olympique de Rio

Le nageur français Camille Lacourt dans le bassin olympique de RioAFP

" Je suis triste, mais je n'ai rien à regretter"

Camille Lacourt a donc habillé la natation chinoise pour l'hiver, même si Xu, à ce jour, n'a jamais subi le moindre contrôle positif. Mais le Marseillais estime que son sport file un mauvais coton en matière de dopage. "Je suis quand même très triste de voir mon sport évoluer de cette façon, a-t-il ajouté. Avec deux-trois dopés dans chaque finale. Ils ont qu'à faire une Fédé de chargés qui s'amuseront entre eux (…) J'espère que la FINA va vite réagir, parce que ça devient triste."

Pour autant, son coup de gueule n'est pas une posture pour justifier son absence sur le podium. Lacourt sous-entend que sa vraie place était quatrième, ce qui, au fond, n'aurait pas changé grand-chose. "Ils (Harris, Plummer, Larkin) étaient plus forts que moi ce soir, je n'ai pas de souci avec ça, assure-t-il. Je suis triste évidemment, mais je n'ai rien à regretter, j'ai bossé comme un chien. Mais ce soir, j'ai pioché dans le deuxième 50, il m'en manque un peu. Je n'aurai jamais de médaille olympique mais j'aurais tout fait pour l'avoir."

De notre envoyé spécial à Rio, Laurent Vergne

0
0