On ne savait pas réellement où il en était. A dire vrai, lui non plus. Ce samedi, c’est un vrai message d’espoir qu’a finalement envoyé Florent Manaudou dans le bassin du centre aquatique de Tokyo. Le champion olympique de Londres s’est offert le deuxième temps des demi-finales, dominant par ailleurs la sienne. Mieux, c’est avec le meilleur chrono de sa saison que le Français a bouclé son 50m (21"53). Alors, forcément, c’est avec un grand sourire qu’il s’est présenté en zone mixte.
"C'est hyper serré, je suis deuxième, et le huitième est deux dixièmes derrière moi, c'est un peu ce qui était prévu, a-t-il résumé avant de dresser clairement une hiérarchie sur la distance. Caeleb (Dressel, meilleur chrono en 21.42, NDLR) a fait une bonne course en ayant fait un 100 m papillon avant et en ayant un relais après. Je pense qu'il sera devant demain (dimanche en finale, NDLR)".
Tokyo 2020
Tel maître, tel chien : Dressel a fait de son animal de compagnie une fusée dans la piscine
13/08/2021 À 15:53

21"53 pour rassurer son monde : l'excellent chrono de Manaudou en vidéo

Dressel devant, lui derrrière ?

Mais, parce que le 50m nage libre est un formidable sprint où la moindre erreur se paie cash, le Français ne part surtout pas vaincu d’avance, même face à la machine américaine : "Une course, ce n'est jamais gagné (d'avance), il faut qu'il aille la chercher comme nous, il a le droit aussi de faire des erreurs parfois, j'espère que ça sera demain pour nous".
Reste qu’avant d’espérer les défaillances des autres, Manaudou veut surtout éviter la sienne. C’est en ce sens que cette demi-finale peut être un formidable déclic. Car "Flo" a pris un pied pas possible, ce qui n’était pas arrivé si fréquemment récemment. "J'ai envie de me régaler demain, je suis hyper content franchement, je ne pensais pas être à cette place-là il y a quelques semaines, a-t-il décrypté. Je suis content d'avoir fait mon meilleur temps depuis mon retour, à quelques centièmes près. Je suis content de vivre une cinquième finale olympique".

Florent Manaudou à Tokyo en 2021

Crédit: Getty Images

Je ne suis pas revenu pour souffrir
Ce plaisir, au cœur de son projet de retour, l’a longtemps fui ces derniers mois. Son championnat de France fin 2020 l’avait frustré, son dernier 50m avant Tokyo avait vu Maxime Grousset le battre. L’inquiétude était réelle mais le plan de Manaudou était déjà en place. "J'ai décidé de lâcher prise après les Championnats de France parce que c'était trop compliqué, que je ne suis pas revenu pour souffrir, ni dans l'eau ni en dehors, a-t-il expliqué ce samedi. Quand j'ai voulu revenir, c'était pour vivre des émotions, mais cette année, elle a été pleine d'émotions négatives et pas simple à gérer".
Mais sa préparation achevée, Manaudou n’avait qu’une idée en tête. Ou plutôt deux. Plonger et nager, ne penser à rien d’autre pendant 20 secondes. "Je me suis dit: 'Nage, ne réfléchis pas trop, on verra ce que ça donne', a-t-il révélé avant de se projeter sur la finale de dimanche. J'aimerais bien abaisser encore un petit peu ce chrono demain, et pourquoi pas rêver d'un petit podium. Honnêtement, on peut faire médaille en 21"4"', ou 6e ou 7e en 21"5"'demain. Ça va se jouer à pas grand-chose." Un pas grand-chose qui peut faire naître un grand bonheur.
Tokyo 2020
Manaudou: "J'aimerais beaucoup faire les Jeux dans mon pays"
07/08/2021 À 16:15
Tokyo 2020
De gros espoirs mais surtout une énorme déception pour Olivier
04/08/2021 À 23:24