Getty Images

Le budget voté, le programme sport en recul de 8.1%

Le budget voté, le programme sport en recul de 8.1%
Par AFP

Le 14/11/2018 à 08:47

L'Assemblée nationale a voté dans la nuit de mardi à mercredi en première lecture le budget de la "mission sport, jeunesse et vie associative", dénoncé par des députés comme faisant la part belle aux élites au détriment du sport amateur.

L'Assemblée nationale a voté mercredi le budget de la "mission sport, jeunesse et vie associative". Les crédits de l'ensemble de la mission ont été portés à 998,8 millions d'euros pour 2019 (+ 4,1% soit 39,7 millions d'euros supplémentaires). Mais, avec 319,2 millions d'euros, le programme dédié au sport connaît lui un recul de 8,1%. Ceci notamment en raison de la forte réduction du budget consacré à la promotion du sport pour le plus grand nombre (-44,9%).

Les crédits du développement du sport de haut niveau connaissent en revanche une hausse de 4,6% tout comme le budget consacré aux Jeux olympiques et paralympiques de 2024 (+ 35,9% avec 65,2 millions d'euros). Enfin, le budget du dernier programme dédié à la jeunesse et à la vie associative, rattaché au ministère de l'Éducation nationale, connaît également une augmentation de 8,9% avec 614 millions d'euros.

Budget préservé

La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, a défendu devant les députés "un budget préservé" pour les sports, justifiant la baisse des crédits de son ministère (- 2,4% avec 515 millions d'euros de budget) par "des ajustements techniques". "Ce budget permettra de répondre aux ambitions que je porte pour le sport en France", a-t-elle assuré le décrivant comme "fidèle aux objectifs du président de la République: réussir les Jeux olympiques et développer le nombre de pratiquants, avec l'objectif d'atteindre 3 millions supplémentaires d'ici 2022".

"L'un des outils majeurs" de cette politique "sera la création au premier trimestre 2019 d'une agence unique en charge de la haute performance, du haut niveau et du développement des pratiques", a expliqué Roxana Maracineanu. La ministre a précisé que le nouvel organisme bénéficiera d'un budget de 350 millions d'euros pour 2019, en intégrant les crédits du CNDS (centre national pour le développement du sport).

" Vous favorisez les JO au détriment de la pratique quotidienne du sport"

Plusieurs députés ont dénoncé des choix favorisant les élites au détriment du sport de tous les jours. "Vous favorisez les JO au détriment de la pratique quotidienne du sport", a lancé Muriel Ressiguier (LFI), Béatrice Descamps (UDI-Agir) regrettant des choix faits "au détriment du sport amateur". "La France s'est engagée sur les JO et j'ai défendu cette candidature parce que je pense qu'elle peut être un facteur de développement de la pratique sportive", a défendu la rapporteure et ancienne ministre des Sports Marie-George Buffet (PCF).

Des drapeaux pour soutenir la candidature de Paris aux JO 2024.

Des drapeaux pour soutenir la candidature de Paris aux JO 2024.Getty Images

"Mais oui, on est devant un paradoxe : on a obtenu les JO et le budget des sports baisse depuis deux ans", a-t-elle constaté. "N'essayons pas de piquer de l'argent consacré à l'organisation des JO, l'Etat s'est engagé sur 1 milliard d'euros, il faut les maintenir. Mais nous pouvons nous battre tous ensemble pour augmenter les crédits du sport pour tous", a-t-elle lancé.

0
0