10e : Anna Van der Breggen (Pays-Bas- Cyclisme)
9e : Rafael Nadal (Espagne - Tennis)
8e : Johannes Boe (Norvège - Biathlon)
7e : Novak Djokovic (Serbie - Tennis)
6e : Robert Lewandowski (Pologne - Football)
5e : Primoz Roglic (Slovénie - Cyclisme)
4e : Tadej Pogacar (Slovénie - Cyclisme)
3e : LeBron James (Etats-Unis - Basketball)
2e : Armand Duplantis (Suède - Athlétisme)

1. Lewis Hamilton (Grande-Bretagne)

Sport : Formule 1
Nombre de points : 234
Nombre de citations : 25
Meilleur classement : 1er
Classement 2019 : 5e
Sportifs de l'année 2020 - Monde
Federer, Phelps, Bolt, Djokovic... Notre palmarès des "Sportifs de l'année"
30/12/2020 À 13:17

Pourquoi lui ?

Parce qu'en l'absence de Jeux Olympiques et d'Euro de Football, reportés en raison de la crise sanitaire, le Britannique a quand même donné à cette saison de Formule 1 une dimension extraordinaire en battant le record de 91 victoires de Michael Schumacher et en égalant les sept titres mondiaux de l'Allemand. Ce n'était pourtant pas gagné avec un championnat lancé en juillet, pour 17 épreuves au lieu de 22, dans le cadre restreint de l'Europe quand d'ordinaire un tour du monde est indispensable pour crédibiliser un titre, à part quelques extras de fin de partie au Moyen-Orient.
Cette incertitude aurait pu remettre en question la suprématie affichée ces dernières années par l'Anglais, profiter à la concurrence, il n'en fut rien : on a vite réalisé que le patron était toujours là, toujours prêt à laminer son fébrile coéquipier Valtteri Bottas, et dominer grâce à sa Mercedes mais pas seulement.

Lewis Hamilton (Mercedes) au Grand Prix de Toscane 2020

Crédit: Getty Images

Il avait promis l'hiver dernier qu'il serait une véritable "machine" pendant cette campagne rythmée par une cadence infernale, et peu de victoires lui ont effectivement échappées. Porté par une équipe qui en a fait son pilote-roi depuis 2017, il a remporté 11 des 17 courses du championnat (et encore il a manqué un Grand Prix), soit un ratio de 64% que seuls Michael Schumacher en 2004 (72%) et Sebastian Vettel en 2013 (68%) ont surpassé.
Et preuve que la force de l'habitude n'avait rien à voir là-dedans, l'Anglais s'est imposé sur tous les circuits nouveaux ou inscrits au calendrier à l'improviste : Mugello, Nurbürgring, Portimao, Imola et Istanbul. C'est sur ce dernier tracé qu'il a d'ailleurs signé la plus magistrale de ses victoires de la saison, et l'une des plus belles de sa carrière, en triomphant des éléments - le froid, une piste humide - et de la patience qu'aucun autre de ses rivaux n'aura eue. Ce jour-là, beaucoup auraient pu l'emporter mais c'est encore lui qui est sorti du lot.
Inlassablement couvé par son patron Toto Wolff, il a mis fin en coulisses au fantasme ferrariste en clamant haut et fort que Mercedes était son "équipe de rêve". Normal, Mercedes est au coeur de la plus garnde épopée que la Formule 1 n'aie jamais connue, mais pas seulement. Le firme à l'Etoile avait devancé avant même le début du Championnat son désir de dépasser son rôle de star des circuits en repeignant en noire ses Flèches d'argent en plein mouvement "Black lives matter". La marque l'a ensuite accompagné dans ses engagements visant à promouvoir les droits essentiels comme la diversité, l'égalité des chances, la justice, le respect de chacun.
Fatigué après le Grand Prix d'Emilie-Romagne, il a laissé penser qu'une retraite était possible en soufflant : "Je ne sais pas si je serai là l'an prochain". Avant de réalisant qu'à 35 ans il avait encore quelques belles années à passer sur les circuits. Et que rester sur le devant de la scène sportive était la meilleure solution pour parler de tout ce qu'il voulait changer en son sein et en dehors.
https://i.eurosport.com/2020/11/17/2938409.jpg

Son année en 5 dates

20 juin : il crée la Commission Hamilton avec le soutien de l'Académie royale britannique d'ingénierie afin de favoriser la diversité dans les métiers du sport automobile en ouvrant des possibilités d'étudier les sciences, les technologies et les mathématiques.
2 août 2020 : Victime d'une crevaison dans le dernier tour à Silverstone, il gagne sur trois roues.
15 novembre : il remporte son 7e titre mondial au Grand Prix de Turquie
30 novembre : suite à un test positif au Covid-19, il respecte un isolement de dix jours. Forfait pour le Grand Prix de Sakhir, il est remplacé par George Russell (Williams).
11 décembre : il officialise Sébastien Loeb comme pilote de son équipe X44 d'Extrême E, un championnat de rallye-raid électrique ayant vocation à sensibiliser le public sur la sauvegarde de la planète.
Sportifs de l'année 2020 - Monde
Federer, Phelps, Bolt, Djokovic... Notre palmarès des "Sportifs de l'année"
30/12/2020 À 13:17
Sportifs de l'année 2020 - Monde
Duplantis, l'année de tous les records
29/12/2020 À 10:56