SPORTIFS FRANÇAIS 2021

10. Antoine Dupont (Rugby) - 45 points
9. Perrine Laffont (Ski acrobatique) - 59 points
8. Romain Cannone (Escrime) - 61 points
7. Ludovic Fabregas (Handball) - 62 points
6. Earvin Ngapeth (Volley) - 92 points
5. Sébastien Ogier (Rallye WRC) - 108 points
4. Julian Alaphilippe (Cyclisme) - 186 points
3. Alexis Pinturault (Ski alpin) - 192 points
2. Fabio Quartararo (Moto) - 206 points
1. Clarisse Agbegnenou (Judo) - 241 points

1. CLARISSE AGBEGNENOU

Sportifs de l'année
Palmarès Monde : Djokovic égale (encore) Federer avec un 3e sacre
29/12/2021 À 11:36
Sport : Judo
Nombre de points : 241
Nombre de citations : 25
Meilleur classement : 1re (17 fois)
Classement 2020 : -

Pourquoi elle ?

En cette année olympique, les places étaient chères. Surtout quand, en dehors de l'arène des Jeux, plusieurs champions français ont marqué l'histoire du sport tricolore dans leur discipline respective, qu'il s'agisse d'Alexis Pinturault, Fabio Quartararo ou encore Julian Alaphilippe. La concurrence était rude, mais Clarisse Agbegnenou a finalement mis tout le monde d'accord, et ce de façon assez nette.
Sur les 25 membres de la rédaction ayant pris part au vote, 17 l'ont placée en première position. C'est donc avec une marge confortable que la judokate termine tout en haut de notre classement. Un petit évènement, puisque c'est la première fois depuis 2006 et la victoire d'Amélie Mauresmo (qui avait remporté cette année-là deux titres du Grand Chelem) qu'une femme est sacrée par la rédaction d'Eurosport.
Clarisse Agbegnenou possédait déjà un palmarès d'exception mais il lui manquait encore la consécration ultime, ce titre olympique qui lui avait filé sous le nez en 2016 à Rio. L'argent n'avait alors pas vraiment fait son bonheur. Depuis, elle survolait sa catégorie des -63kg et était invaincue en grand championnat. Mais tout ce qu'elle avait accompli ces cinq dernières années, voire depuis le début de sa carrière, devait prendre sens au Japon cet été. Ce n'était peut-être pas sa dernière chance (elle compte bien rempiler jusqu'à Paris en 2024), mais c'était la plus belle, la plus nette, tant elle avait dominé son sujet.
Cette médaille d'or, elle la méritait autant pour ce qu'elle est actuellement que pour ce qu'elle a accompli au fil des ans. Mais un titre olympique ne se gagne pas au mérite. Elle devait aller le chercher, en supportant peut-être autant le poids qui pesait sur ses épaules, celui d'une forme d'obligation de la victoire, que celui d'une concurrence à sa botte. Bien sûr, Tina Trstenjak, son adversaire en finale, sa grande rivale, la championne olympique en titre, n'était pas n'importe qui. Mais la battre dans le combat pour l'or n'en fut que plus beau. La cerise sur le gâteau.

Agbegnenou en or : revivez sa victoire historique en vidéo

Au-delà du titre, et même des titres, puisqu'elle s'était imposée aux Championnats du monde au mois de juin avant de contribuer activement au sacre de l'équipe de France dans le Team Event à Tokyo, il restera de la consécration de Clarisse Agbegnenou une émotion incomparable et peut-être une des images de l'année : une fois l'or en poche, elle a fondu en larmes sur le tatami, comme une digue qui s'ouvre après avoir retenu trop longtemps le stress et la pression.
Sur son visage se mesurait alors la somme d'efforts consentis, ces milliers d'heures à souffrir, à se préparer, pour se matérialiser en l'espace d'une poignée de minutes. C'est cela, une vie de champion, où les rêves sont précaires et hypothétiques. Mais quand ils prennent vie, comme pour Clarisse Agbegnenou ce 27 juillet 2021, leur force a quelque chose d'incomparable, même pour nous, qui ne les appréhendons que de loin.

"Clarisse Agbegnenou est une machine, elle ne laisse rien au hasard"

Son année en 5 dates

9 juin : A Budapest, elle s'octroie son 5e titre de championne du monde. Elle remporte ses cinq combats par ippon et termine par un succès en finale sur la Slovène Andreja Leski.
5 juillet : Clarisse Agbegnenou est désignée porte-drapeau de la délégation française à Tokyo pour la cérémonie d'ouverture, en compagnie du gymnaste Samir Aït-Saïd.
27 juillet : Quatre jours après la cérémonie d'ouverture, la judokate de Champigny fait chavirer la France en décrochant l'or olympique dans la catégorie des moins de 63 kg après avoir pris sa revanche en finale sur Tina Trstenjak. Elle a désormais tout gagné.

Après l'or, la Marseillaise pour Agbegnenou, main sur le coeur

31 juillet : Deuxième médaille d'or pour Agbegnenou, cette fois dans l'épreuve par équipes, où elle apporte un point en finale en battant la championne olympique des 70kg, soit la catégorie de poids supérieure à la sienne, la Japonaise Chizuru Arai.
29 septembre : Sur le plateau de l'émission C à Vous, sur France 5, elle révèle avoir frôlé la mort dès la naissance. Née grande prématurée avec son frère jumeau, elle n'avait que peu de chances de survivre. "J'étais dans le coma.Ils (les médecins) ont dit à mes parents : 'Il faut la débrancher, c’est compliqué.' Mes parents ont dit : 'Non, non, non. C’est une battante, elle va se battre.' Ils ont attendu quelques semaines, quelques jours, et ils sont revenus avec des spécialistes et ont dit : 'Bon, elle ne revient pas, on va la débrancher…', et à ce moment-là, je me suis réveillée."
Sportifs de l'année
Djokovic, toujours plus haut, toujours plus grand
29/12/2021 À 11:00
Sportifs de l'année
Palmarès France : Clarisse Agbegnenou première femme sacrée depuis 2006
29/12/2021 À 10:14