Getty Images

Les adieux dorés de Javier Fernandez

Les adieux dorés de Fernandez
Par AFP

Le 26/01/2019 à 23:16Mis à jour Le 27/01/2019 à 07:59

CHAMPIONNATS D'EUROPE - Pour sa dernière compétition internationale, Javier Fernandez a décroché un septième titre européen consécutif sur la glace de Minsk ce samedi. Des adieux en or pour l'un des meilleurs patineurs de l'histoire du continent.

Des adieux en or: le patineur Javier Fernandez a quitté la scène internationale samedi à Minsk avec un septième titre consécutif de champion d'Europe à 27 ans, rentrant un peu plus dans la légende de la discipline. Main sur la glace pour une dernière sortie sous les acclamations du très sportif public de la Minsk Arena, l'Espagnol a profité au maximum de ses derniers instants au plus haut niveau en compétition, samedi en fin d'après-midi.

"J'étais un peu triste, parce que ça fait 21 ans que je m'entraîne pour les compétitions. C'était le temps de m'arrêter. Je patinerai à d'autres occasions, mais plus en compétition. Et en même temps, j'étais content. J'ai eu une grande carrière et j'ai pu accomplir beaucoup plus que je ne le pensais", a expliqué Fernandez en conférence de presse. En s'installant dans le "kiss and cry", le double champion du monde (2015 et 2016) avait le sentiment du devoir accompli: deux quadruples sauts sont passés, un somptueux Salchow et un en combinaison avec un triple saut boucle piquée.

Derrière la légende Ulrich Salchow

Pour son unique compétition cet hiver, et avec seulement trois semaines d'entraînement dans les jambes, Fernandez a montré qu'il était parmi les tous meilleurs, grâce à son interprétation de "L'homme de la Mancha", thème qui lui avait permis de prendre le bronze l'an passé aux JO de Pyeongchang derrière les Japonais Yuzuru Hanyu --son partenaire d'entraînement à Toronto, tous les deux élèves du Canadien Bryan Orser-- et Shoma Uno. Il n'avait plus qu'à attendre le verdict des juges --qui l'ont logiquement placé en tête du programme libre (179,75), devant le Russe Alexander Samarin (177,87)-- et le passage du dernier concurrent, Mikhail Kolyada, en tête après le programme court jeudi, avant de pouvoir jubiler.

A 23 ans, le Russe n'a absolument pas résisté à la pression mise par Fernandez et s'est raté sur son libre, en multipliant les chutes et ne passant qu'un seul quadruple saut. "Je pense que quand j'étais plus jeune patineur, il y a sept ans, je ne savais même pas si j'allais remporter mon premier titre européen", a souligné Fernandez, excluant tout retour à la compétition à l'avenir.

Il restera derrière le Suédois Ulrich Salchow, décuple champion du monde et sacré à neuf reprises aux Championnats d'Europe. Mais c'était une autre époque et un autre siècle, puisque Salchow avait remporté ces titres au basculement entre le XIXe et le XXe siècle. "Après ce que j'ai accompli, j'espère que j'ai pu écrire l'histoire de ce sport, et on verra dans 20 ans si certaines personnes me reconnaissent. Peut-être pas. Mais je suis fier de ce que j'ai réalisé", a-t-il estimé. "Tout le monde a sa propre histoire et peut réussir. J'espère pouvoir encore développer encore plus le patinage artistique chez moi en Espagne", a-t-il conclu.

0
0