Difficile d'assumer un statut de favori. Amélie Cazé a trouvé la solution. Elle réfute cette étiquette. "Je ne suis pas la favorite, encore une fois. Je fais partie des favorites. Je ne me mets pas cette pression-là sur les épaules. Elle ne me sert à rien. Si j'arrive à donner le meilleur de moi-même, il y aura un résultat. Mais si je commence à vouloir faire un résultat, il n'y aura rien" , insiste la Française, qui est tout de même double championne du monde en titre de la spécialité. A 23 ans, elle dispute ses deuxièmes JO, après une discrète 12e place à Athènes en 2004.
Depuis, elle a incontestablement changé de dimension au niveau international. "Aux yeux de la presse, je pars sans doute favorite. Mais, quand on connaît le pentathlon, on ne raisonne pas ainsi. Chez nous, la vérité d'un jour n'est pas celle du lendemain" , a-t-elle confié à Reuters. Parmi ses principales adversaires figurent la Hongroise Zsuzsanna Voros, tenante du titre, alors que l'Américaine Sheila Taormina, 39 ans, sera alignée pour la première fois sur la discipline après avoir été championne olympique de natation en 1996 et sélectionnée en triathlon aux JO 2000 et 2004.
La France attend depuis 1984
Pékin 2008
Cazé, la touche-à-tout
04/08/2008 À 17:45
La prudence d'Amélie Cazé tient aussi au fait que le format du pentathlon aux Jo est légèrement différent de celui des Mondiaux ou des Championnats d'Europe. L'épreuve se déroule sur une seule journée, sans éliminatoire la veille. Il n'y a donc pas de mise en route tranquille possible. Mais dans une délégation française si pauvre en médailles d'or, Cazé est très attendue. "Un podium serait déjà remarquable pour moi" , tempère-t-elle. Ce serait la première médaille olympique individuelle de la France en pentathlon moderne dont l'épreuve féminine est entrée au programme à Sydney en 2000. Le seul podium tricolore date de l'épreuve par équipes, à Los Angeles, en 1984. Depuis, malgré quelques fortes individualités (Joel Bouzou, Sébastien Deleigne), la France a toujours fait chou blanc.
Introduit aux JO de 1912 par le baron Pierre de Coubertin, le pentathlon moderne comporte cinq épreuves: le tir au pistolet, l'épée, une course de natation, un parcours d'obstacles en équitation et une course à pied. A l'origine de ce sport, on trouve le périple d'un officier de liaison en difficultés en territoire ennemi. Alors qu'il s'est retrouvé sans cheval, le valeureux militaire a dû se battre avec son pistolet et une épée, traverser une rivière pour enfin porter son message après une longue course à pied. Depuis, de nombreux militaires ont fait du pentathlon moderne leur sport de prédilection. Le plus célèbre d'entre eux est le général américain George Patton, qui a terminé 5e des Jeux en 1912 à Stockholm.
Pékin 2008
Cazé termine 9e
22/08/2008 À 12:12
Pékin 2008
Cazé 4e provisoire
22/08/2008 À 11:57