Depuis combien de temps jouez-vous au poker ? D’où vient votre engouement pour ce jeu ?
J’ai découvert le poker en 2004. Un soir, je tombe sur Eurosport et il y a une émission de poker. Je suis littéralement scotché. Je regarde ça jusqu’à 5 heures du matin. Je décide de m’inscrire sur Club Poker et sur un forum qui s’appelle « Suisse Poker Tour ». Je commence à faire des petits tournois sur Internet ou entre amis. Il pouvait m’arriver de faire deux heures de voiture pour jouer un tournoi à 50 euros. Entre 2004 et 2013, j’ai surtout joué en Cash Game. A partir de 2013, j’ai eu plus de temps et je me suis mis à faire des tournois. En fait, je me suis pris au jeu. Je suis un joueur de Cash Game qui a mal tourné.
A quoi ressemble la scène poker en Suisse ?
Poker
Erik Seidel, le collectionneur de bracelets WSOP
21/09/2021 À 16:26
En Suisse, la communauté poker existe et elle est plutôt dynamique mais l’offre est assez limitée. Il y a très peu de casinos avec en général une table de Cash Game ouverte. Il y a quelques années, il y a eu un Barrière Poker Tour à Montreux qui fut un formidable succès et depuis… Depuis plus de trois ans, une ligue amateur appelée « Infinite Players » organise des tournois freeroll sur le modèle de RedCactus. Certains joueurs franchissent ensuite le pas dans des tournois Live en casino, notamment à Divonne. De plus le poker revient, via le casino Barrière du Jura avec lequel Goto-live est partenaire.
Pouvez-vous nous parler de « Go To Live ». Comment est né le projet ?
Le projet a été lancé en août 2019. L’idée m’est venue, il y a 5 ans environ, alors que j’étais venu jouer un tournoi associatif en France. J’ai été très surpris de constater le très bon niveau de ses joueurs qui ne jouent pas d’argent. Ils n’ont rien à envier aux joueurs qui disputent des tournois à middle buy-in. Beaucoup de ces joueurs récréatifs qui jouent dans ces clubs associatifs travaillent leur jeu. Ces joueurs ne vont pas jouer en casino ou en club. Ils n’en ont pas vraiment les moyens. C’est là que l’idée m’est venue. J’ai cogité pendant plusieurs années. Je veux permettre à ces bons joueurs de venir jouer des tournois en argent réel. D’où le nom de « Go to Live ».
Comment la plateforme fonctionne ? Quel premier bilan pouvez-vous dresser ?
Le but de la plateforme est de connecter les casinos ou les clubs de jeux avec les joueurs. Notre site permet aussi de bénéficier d’un sponsoring pour participer à des tournois. Les débuts sont prometteurs. En cinq mois d’existence, la fréquentation du site est assez importante et surtout en progression. De nombreux clubs amateurs s’inscrivent. Il existe un programme d’affiliation.
Votre site dispose aussi d’un agenda qui répertorie les tournois ?
Oui, nous disposons aussi d’une rubrique Travel qui permet aux joueurs de trouver des tournois qui leur ressemble au niveau du Buy-in et de la localisation. Nous souhaitons aussi répertorier les tournois amateurs. Pour les clubs associatifs, c’est l’occasion d’assurer une belle visibilité à leur événements. Un WPT sera présenter à côté d’un freeroll. Cet onglet Travel s’adresse à tous les joueurs, les amateurs comme les pros. L’idée est de créer un agenda qui centralise les tournois avec une carte interactive. Je veux créer quelque chose qui n’existe pas pour le moment. Mon objectif en 2020 est de rassembler sur mon site la totalité des tournois dans le monde : du freerol au High Rollers. Aujourd’hui, une centaine de tournois sont référencés.
Récemment, vous avez aussi annoncé un partenariat avec Loïc Xans pour un documentaire. Pouvez-vous nous en dire plus ?
Effectivement, je vais m’associer à ce projet de documentaire porté par Loïc Xans. Durant une année, le vidéaste va suivre les clubs amateurs à travers la France. La sortie est prévue pour l’automne 2020. C’est un projet inédit qui s’annonce palpitant.
Vous jouez au poker depuis plus de dix, quelles évolutions avez-vous pu constater ?
A mes débuts, c’était assez facile de faire de l’argent. Le niveau des joueurs a considérablement augmenté. La technique des joueurs n’est plus la même. Aujourd’hui, les joueurs arrivent à beaucoup varier leur jeu. Quelques joueurs comme Davidi Kitai ou Fedor Holz sont vraiment redoutables.
Quel est votre plus beau souvenir de poker ?
Sans trop réfléchir, je dirais la table finale du WPT Annecy en 2013. J’étais en table télévisée. J’étais extrêmement stressé. Je me disais « qu’est-ce que tu fais là ? ». Au final, j’ai terminé 8e mais ça reste un formidable souvenir.
Quelles sont vos destinations poker fétiches ?
San Rémo est un lieu que j’aime. Il y a un peu l’ambiance de la Côte d’Azur. Et puis, c’est là-bas que j’ai réalisé mon plus gros gain en Live. Sinon, Las Vegas est vraiment la Mecque du poker. En 2016, j’ai vraiment passé un séjour formidable avec un Deep run sur le Colossus avec une 130e place avec plus de 20.000 joueurs au départ. J’ai aussi eu l’occasion de découvrir récemment Macao et ce fut une expérience intéressante.
www.goto-live.com/fr
Poker
Victor Choupeaux s’impose sur un tournoi en Floride
06/08/2021 À 10:50
Poker
Grosse affluence en perspective pour les WSOP 2021
22/07/2021 À 10:59