Getty Images

DAKAR - Nasser Al-Attiyah (Toyota) remporte son 3e Dakar, Sébastien Loeb (Peugeot) sur le podium

Al-Attiyah un peu plus dans l'histoire, Loeb encore sur le podium
Par AFP

Le 17/01/2019 à 17:19Mis à jour Le 17/01/2019 à 17:46

DAKAR 2019 - Nasser Al-Attiyah (Toyota) a remporté ce jeudi le troisième Dakar de sa carrière, après 2011 et 2015. Sébastien Loeb (Peugeot) termine sur le podium, derrière Nani Roma (Mini).

Nasser Al-Attiyah (Toyota) tient une place de plus en plus grande dans l'histoire du Dakar. Ce jeudi, à Lima, le Qatarien a remporté l'épreuve pour la troisième fois de sa carrière, après ses sacres en 2011 et 2015. Leader du général au soir de la première journée, il a finalement devancé l'Espagnol Nani Roma (Mini) de 46'42 et le Français Sébastien Loeb (Peugeot) de 1h54'18.

Largement en tête avant la 10e et dernière étape, Al-Attiyah s'est contenté, à Lima, d'une 12e place à 9 minutes de l'Espagno Carlos Sainz (Mini), tenant du titre, histoire d'assurer un nouveau sacre, le premier de Toyota. Avec trois victoires d'étapes, "Nasser" a dominé la course de bout en bout mais il a, surtout, su passer entre les gouttes de ce Dakar péruvien. Au contraire de ses principaux rivaux, qui ont été contraint à l'abandon (Peterhansel, 9e étape) ou à la faute (Loeb, Sainz, De Villiers...).

Stéphane Peterhansel sur le Dakar 2019

Stéphane Peterhansel sur le Dakar 2019Getty Images

Trois Dakar donc, mais aussi trois équipes. Et deux copilotes. Après s'être imposé au volant d'une Volkswagen puis d'une Mini, c'est avec Toyota qu'al-Attiyah l'a emporté. Une première pour le constructeur japonais. Un succès construit autour du Qatari, spécialiste des dunes, et de son copilote français Matthieu Baumel.

Loeb, forte tête

Car le parcours de ce 'Pérou Dakar' semblait tracé pour le pilote Toyota. "Il y a de grandes dunes, on peut perdre beaucoup de temps en s'ensablant ou en cherchant des points de passage... La faute est très facile à faire. Il faut savoir lire le terrain, l'appréhender", avait prédit l'expérimenté Stéphane Peterhansel (Mini), trente participations et treize succès. Bien vu. Dans une course telle que le Dakar, il faut parfois faire le moins de faute possible pour s'imposer.

A ce petit jeu, al-Attiyah a survolé la compétition : l'Espagnol Carlos Sainz (Mini) et le Sud-Africain Giniel de Villiers (Toyota) ont explosé dès la 3e étape. Peterhansel a alterné le bon et le moins bon avant d'être contraint à l'abandon à la 9e et avant-dernière étape, privé de son copilote David Castera blessé. Le Néerlandais Bernhard ten Brinke (Toyota) et le Français Cyril Despres (Mini) n'ont jamais vraiment été dans le coup...

Sébastien Loeb lors de la 6e étape du Dakar 2019

Sébastien Loeb lors de la 6e étape du Dakar 2019Getty Images

Seul Sébastien Loeb (Peugeot) a un temps tenu tête au Qatari. Mais le nonuple champion du monde des rallyes a manqué de constance : s'il a remporté quatre étapes, l'Alsacien a aussi enchaîné les galères, crevant à trois reprises sur une même spéciale après une polémique liée à une erreur sur le roadbook de la 3e étape. Bref, "Nasser", comme on l'appelle affectueusement sur le bivouac, a survolé la compétition, laissant son dauphin à près d'une heure.

0
0