Getty Images

Ophélie David : "J'ai pris un uppercut en pleine poire"

Ophélie David : "J'ai pris un uppercut en pleine poire"

Le 20/02/2018 à 18:21

JO PYEONGCHANG 2018 - Vingt-quatre heures après sa rupture du ligament croisé du genou gauche survenue à l'entraînement, Ophélie David s'est confiée pour la première fois. Le moral de la doyenne des Bleus remonte. Un peu.

A 41 ans, Ophélie David espérait enfin accrocher ce podium olympique qui manque à son incroyable palmarès. Malheureusement, une chute survenue à l'entraînement lundi a tout gâché et une rupture du ligament croisé antérieur du genou gauche est venue doucher les espoirs de médaille de la skieuse de l'Alpe-d'Huez.

"Je suis triste mais ce n'est pas grave, a confié David à notre consoeur Sophie Greuil. Je suis triste parce que j'imaginais, parce que je rêvais d'un point final beaucoup plus bas. Je suis triste parce que je fais le deuil d'un rêve. Mais ce n'est pas grave parce que j'aurai pu chuter beaucoup plus lourdement, plus gravement." L'optimisme. Toujours. La marque de fabrique de celle qui s'était classée 4e, au pied du podium il y a quatre ans à Sotchi. "Hier (lundi), j'ai laissé exprimer tout mon chagrin après avoir pris un uppercut dans la poire."

Ophélie David

Ophélie DavidGetty Images

La rééducation avec sa fille Lilou ?

Ce mardi, la Française, qui s'aide de béquilles pour se déplacer, est allée faire un peu de "shopping pour ramener des souvenirs" puis a dit au revoir à "ses camarades". Au programme également une première séance de kiné pour débuter les soins et enfin, le Club de France pour boucler la boucle et tourner la page. Depuis l'annonce de sa blessure, la doyenne des Bleus à Pyeongchang a reçu de nombreux messages de soutien : "Cette chaleur, cette solidarité atténuent vraiment ma douleur. Parfois mêmes, des athlètes ou des entraîneurs arrivent avec des larmes et alors, c'est moi qui suis à la limite de les réconforter."

Avec David, le fatalisme est de mise : "La blessure en elle-même est typique pour un skieur. La nuit dernière, j'ai dû prendre des cachets mais le genou n'est pas trop gonflé. Je peux presque déjà faire une extension complète. Maintenant, c'est juste une question de quelques mois", ajoute-t-elle à Sophie Greuil. Le verre à moitié plein. Toujours. C'est mercredi matin que David doit s'envoler pour la France et Grenoble. Direction la clinique des Cèdres pour être opérée vendredi selon l'envoyée de la spéciale de la station de l'Alpe-d'Huez. "Comme ma fille Lilou s'est aussi fait les croisés du genou gauche à Noël, nous espérons aller ensemble faire notre rééducation", ambitionne la Française. Et de conclure : "Je suis de moins en moins triste, parce que ce n'est finalement pas grave."

0
0
Nouvelles vidéos