Vendredi, à l’issue du premier de ses deux succès à Adelboden, nous nous étions demandés s’il s’agissait du plus beau de sa carrière. Vaste débat parmi la bonne trentaine déjà amassée. Mais il aura fallu 24 heures à peine pour se poser à nouveau la question, vu la nouvelle démonstration réalisée par Alexis Pinturault. Peut-être peut-on s’accorder à dire que l'enchaînement sur deux jours est le plus marquant de sa carrière.

Adelboden
214 points en trois courses, Wengen annulé : ça ressemble à la voie royale pour Pinturault
11/01/2021 À 17:45

Mais vu qu’on aime bien les questions sans réponse évidente, voici la suivante : a-t-il déjà été aussi dominant en géant ? La lecture de son palmarès dit déjà la rareté de la faste période que le Français traverse : remporter trois géants consécutifs (avec celui d'Alta Badia le 20 décembre), ça ne lui était arrivé qu’une fois, en 2016. Cette année-là, il était même allé jusqu’à 4 succès, une série qu’il tentera d’égaler le 27 février prochain, à Bansko.

"Quelque chose d'assez remarquable"

Difficile de comparer les deux époques, évidemment. D’un côté, on pourrait avancer que la concurrence était d’un autre niveau avec la présence de Marcel Hirscher. Mais de l’autre, Pinturault n’a jamais créé autant d’écarts qu’en ce moment... En géant, il avait certes déjà repoussé la concurrence à plus d’une seconde. C’était en 2016, à Hinterstoder, au cours de la fameuse série - et sur Hirscher s’il vous plaît. Mais cela restait un cas isolé, jamais réédité. Là, à Adelboden, il a réussi cet exploit deux fois en deux jours. collant 1”04 puis 1”26 à Filip Zubcic.

Les cinq victoires de Pinturault par plus d’une seconde d’écart

ÉpreuveDateÉcartPremière victime
Slalom de Val d'Isère15 décembre 20191"44 Andre Myhrer (SUE)
Géant d'Adelboden9 janvier 20211"26Filip Zubcic (CRO)
Combiné de Wengen18 janvier 20131"15Ivica Kostelic (CRO)
Géant d'Hinterstoder28 février 20161"14 Marcel Hirscher (AUT)
Géant d'Adelboden8 janvier 20211"04Filip Zubcic (CRO)

Toutes disciplines confondues, parmi ses 33 victoires qui le hissent à hauteur de Bode Miller, son record du plus grand écart reste issu du slalom de Val d’Isère le 15 décembre 2019. Ce jour-là, il avait repoussé Andre Myhrer à 144 centièmes. Ses deux succès d'Adelboden se hissent néanmoins dans le top 5 des victoires les plus larges, où l'on observe qu'un carnage n'est jamais loin quand son dauphin est un Croate.

Comment Pinturault a remporté un 3e géant de suite : la fin de course en vidéo

"Je suis très fier de ma performance sur les deux jours", savourait Pinturault après le podium. "Adelboden est une grande classique. Si on doit citer un géant à gagner, c'est celui-là." Il mesurait la chance de s'y imposer deux jours de suite, une opportunité offerte par ce calendrier chamboulé par le covid, sans doute unique dans une carrière. "D'avoir gagné deux fois aussi, c'est quelque chose d'assez remarquable. C'est pour ça que je suis fier de moi."

Surfer sur cette dynamique en slalom

On aimerait bien lui remettre un géant dans les pattes dès dimanche, mais il faudra patienter un peu avant de le revoir fouetter les portes et ses adversaires. Le prochain géant sera celui des Mondiaux de Cortina d’Ampezzo (19 février), huit jours avant la reprise de la coupe du monde à Bansko, qui accueillera alors deux géants en deux jours (tiens, tiens). Pour l'heure, le voilà en position de remporter ce petit globe qui le fuit depuis toujours (trois fois 2e, cinq fois 3e). Nouveau porteur du maillot rouge, il possède 40 points d'avance sur l'ancien leader Marco Odermatt, impeccable depuis le début de l'hiver (jamais au-delà du top 4 en six épreuves).

Pinturault : "Quelque chose d'unique!"

D’ici Bansko, et dès dimanche, Pinturault aura d’autres chats à fouetter avec notamment cette place de leader au général à conserver et même conforter. Avec 115 points de marge sur Aleksander Kilde Aamodt et 174 sur Marco Odermatt, le skieur de Courchevel n’a jamais semblé aussi bien placé pour aller chercher ce gros globe qu’on lui promet depuis bientôt une décennie. Cette indispensable régularité, dont il fait enfin preuve cet hiver, sera mise à l’épreuve lors des trois semaines à venir.

Six slaloms sont prévus d’ici le 31 janvier, un marathon entre les piquets entrecoupé par le seul super-G de Kitzbühel, s’il juge bon d’y participer. Ils peuvent lui donner l’occasion de creuser l’écart sur Kilde et Odermatt, qui ne s’alignent pas dans la discipline et n’auront dans le même temps que trois descentes et un super-G au programme. Mais en cas de panne, gare au retour d'Henrik Kristoffersen. Méconnaissable en géant, le Norvégien est toujours aussi redoutable en slalom. Vu les 600 points à gagner d’ici la fin du mois, ses 304 points de retard ne sont pas encore irrémédiables. Pinturault a idéalement débuté son marathon de janvier. Mais la route vers le Graal ne fait que commencer.

Adelboden
Noël, des couacs aussi inhabituels qu'inquiétants
10/01/2021 À 16:29
Adelboden
Pinturault savoure sa belle moisson à Adel : "Briller sur cette piste était magnifique"
10/01/2021 À 16:22