Getty Images

Moral au beau fixe pour la vitesse tricolore

Moral au beau fixe pour la vitesse tricolore

Le 01/12/2018 à 16:43

BEAVER CREEK - Un peu plus d'un an après la mort à l'entraînement de David Poisson à Nakiska, l'équipe de France masculine de vitesse vit l'un de ses meilleurs débuts de saison. Si aucun succès, ni même podium, n'est encore venu le récompenser, les Tricolores ont de quoi espérer pour les semaines à venir.

En décembre dernier, au moment de se rendre à Beaver Creek, le groupe de vitesse français est encore sous le choc de la mort accidentelle de David Poisson, victime d'une chute mortelle à Nakiska, près de Lake Louise, au Canada. Un traumatisme qui a suivi les Tricolores toute la saison, malgré quelques performances notables (4e et 5e du Super-G de Beaver Creek, 3e du Super-G de Kvitjell). Un an plus tard, le ski français connaît son meilleur début de saison en vitesse depuis trois ans. En seulement trois épreuves, les Tricolores ont déjà connu quasi autant de top 5 (3) que sur toute la saison passée (4).

Déjà cinquième de la descente de Lake Louise le week-end dernier, Johan Clarey a remis ça à Beaver Creek (5e), son meilleur résultat dans la station du Colorado depuis 2011 (4e). C'est la première fois que le vétéran tricolore (37 ans) s'offre deux top 5 dans la même saison depuis 2015/2016, où Clarey avait pris la 4e place à Kitzbühel et la 5e à Saint-Moritz. De retour à son meilleur niveau, le skieur de Tignes savoure. "C'est une très bonne course pour moi, explique-t-il. J'ai peut-être été un peu trop facile, un peu trop propre sur les lignes. C'est ce qui me coûte le podium je pense. Mais ça fait deux courses vraiment très solides avec Lake Louise. Il me manque juste d'être un brin plus agressif pour faire le podium." Ce vendredi, il ne lui aura manqué que 0''18 pour renouer avec un podium qui le fuit depuis Kitzbühel, en 2017. "Mais Je suis content d'être avec 'Adri' (Théaux) dans le top 5", poursuit Clarey.

Adrien Théaux, excellent 4e de la descente de Beaver Creek en 2018

Adrien Théaux, excellent 4e de la descente de Beaver Creek en 2018Getty Images

Théaux retrouve les sommets en descente

Car, contrairement à Lake Louise, Johan Clarey n'a pas été le seul Français à briller. Joli quatrième (+ 0''21), longtemps sur le podium provisoire, Adrien Théaux a un temps pensé enfin retrouver les joies du podium en descente. Un podium qu'il n'a plus connu depuis sa victoire à Santa Caterina en décembre 2015, le dernier succès d'un Français sur une épreuve de vitesse en Coupe du monde. Malgré la frustration, le skieur de Val Thorens veut d'abord retenir le positif. "C'est sûr qu'il y a quelques regrets, de la frustration parce que c'est encore une quatrième place et que je les collectionne, racontait-il à l'arrivée. Mais c'est bien mieux qu'à Lake Louise. Là, je suis satisfait de ma descente même si je fais deux fautes : une grosse en haut et une sur le bas qui me coûte un peu. Mais ça reste une très belle descente. Le ski est là et je suis content". Et il a bien raison.

Après deux descentes et un Super-G, les Français ont toujours eu au moins un représentant dans le top 7, après n'y être parvenu que quatre fois l'an dernier en seize épreuves. Un vrai mieux qui représente aussi le meilleur début de saison français depuis la saison 2015-2016. Cette année-là, après un Lake Louise encourageant (Fayed 4e de la descente, Théaux 9e du Super-G), les Bleus étaient montés sur le podium de trois descentes consécutives, à Beaver Creek (3e), Val Gardena (2e) et donc Santa Caterina, pour le dernier triomphe tricolore en vitesse. De quoi espérer pareille saison ? "C'est de bon augure pour la suite de la saison, estime à juste titre Johan Clarey. J'espère que ça va se confirmer dès le Super-G demain". Entre Clarey, Théaux et le retour à la compétition après une grosse blessure de Giraud-Moine, la vitesse française voit vraiment la vie en rose. Ne manque finalement plus qu'un podium. Le Super-G de Beaver Creek en attend un français depuis 2014 et la 3e place de Pinturault. Alors, c'est pour demain ?

Vidéo - Une course solide mais un podium raté de peu : la descente de Théaux en vidéo

01:32
0
0