Getty Images

Super-G, Göstling, Wunderteam : voici Christoph Krenn, la révélation de Beaver Creek

Super-G, Göstling, Wunderteam : voici Christoph Krenn, la révélation de Beaver Creek

Le 02/12/2018 à 01:28Mis à jour Le 02/12/2018 à 10:46

BEAVER CREEK - Sixième du Super-G, samedi, l'Autrichien Christoph Krenn a signé son acte de naissance au plus haut niveau. Spécialiste du Super-G, le skieur de 24 ans a grimpé les échelons avec efficacité depuis trois saisons.

Eurosport Player: Regardez toute la saison en LIVE

Voir sur Eurosport

Dans la liste interminable des skieurs autrichiens, voici Christoph Krenn. Sixième surprise du Super-G, samedi soir aux Etats-Unis, le skieur a signé le meilleur résultat de sa jeune carrière en Coupe du monde avec une certaine autorité. Lancé chez les grands lors de la saison 2016/2017, l'Autrichien a réussi un petit exploit en allant chercher ce résultat avec le dossard 35 sur le dos. Il y a eu des performances beaucoup plus marquantes dans l'histoire de la Coupe du monde, mais personne ne lui enlèvera cette 6e place, qui avait des airs de podium (qu'il a manqué pour 5 centièmes). Obtenu dans le contexte de marche ou crève qui règne au sein de la surpuissante Wunderteam, Krenn a pris son créneau avec culot.

Avant cette sixième place, Krenn n'avait jamais accroché un Top 20 chez les grands. En neuf sorties en compétition de vitesse, son meilleur résultat n'était d'ailleurs qu'une modeste 22e place obtenue lors de la descente de Kvitfjell disputée la saison dernière en Norvège. Krenn, Spécialiste de Super-G, avait terminé quatre fois dans le Top 30 en vitesse avant ce qu'on peut qualifier d'acte de naissance. Des chiffres intéressants dans le fond qui ont renforcé son résultat aux Etats-Unis. Vu sa progression depuis un an, celui-ci devait arriver. En ski, on appelle ça la course déclic.

Une ascension saine

Le skieur s'est montré terre-à-terre après cette superbe performance, surtout que les sensations étaient très positives malgré son échec à Lake Louise une semaine plus tôt lors du Super-G. "Je m'étais bien débrouillé là-bas jusqu'à ma sortie lors de la course. Cette fois j'ai réussi à faire un run complet", a-t-il déclaré après la course. "Je suis ravi de ce résultat."

Parvenu à monter en équipe A (l'antichambre de l'équipe nationale) cette saison après ses bons résultats en Coupe d'Europe en 2017/2018, l'homme aux deux succès en Coupe d'Europe – il a obtenu les deux chez lui à Reiteralm en 2016 et 2017 – sortait d'une saison accomplie à l'échelon inférieur. Une marque de qualité, mais pas une référence pour le très haut niveau. Référence en Super-G chez les jeunes en Autriche, Krenn a remporté deux fois le titre national juniors dans la spécialité (2016, 2017) avant de grimper les échelons en équipe nationale seniors où il a été intégré en 2016. Contrarié par une blessure au genou survenue il y a deux ans en Italie, son début de carrière n'a cependant pas connu de coup d'arrêt brutal.

Issu de la génération 1994, la même que le Norvégien Adrien Smiseth Sejersted, champion du monde juniors de descente en 2014, Nils Allègre 13e de la course samedi, le Suisse Gilles Roulin et le Suédois Felix Monsen – Krenn a rattrapé le retard qu'il avait sur certains athlètes de sa génération avec ce résultat. Son objectif d'intégrer à temps plein l'antichambre de l'équipe seniors a lui été réalisé en un temps presque record. Son titre européen en Super-G lui a offert un billet dans l'équipe de Super-G cette saison. Krenn, c'est une progression saine et désormais récompensée. Son excellent stage au Chili avec l'équipe d'Autriche lui a ouvert d'autres portes en ce début de saison.

Göstling, terre de champions

Touche-à-tout, sportif plus accompli - il pratique le VTT, le Trial et la moto - Krenn, rapidement repéré par l'équipementier Head qui l'a intégré à son équipe de champions, a aussi la particularité d'être originaire de Göstling an der Ybbs, une ville située en Basse-Autriche et connue pour être un vivier de champions. Parenté avec Katharina Gallhuber, médaillée de bronze en slalom lors des derniers Jeux Olympiques de Pyeongchang, Krenn a suivi les pas d'autres champions issus eux aussi du Nord-Est de l'Autriche : Rainer Herb, Andreas buder, Thomas Sykora (médaillé de bronze en slalom aux Jeux de Nagano 1988) et Kathrin Zettel (championne du monde du combiné à Val d'Isère en 2009 et médaillée de bronze en slalom à Sotchi il y a quatre ans). Terre de technique, l'Est du pays compte désormais un champion qui aime la vitesse.

Formé dans le prestigieux club de Göstling-Hochkar, l'un des plus réputé et titré en Autriche, Krenn a toujours eu la tête au ski, une discipline au statut religieux dans cette partie du pays, au point d'être pratiqué en parallèle de la scolarité. "Le ski est très important chez moi", soulignait-il samedi. Avec Krenn, l'Autriche a probablement assuré son avenir lointain en Super-G. Il lui restera à continuer de gravir les marches pour se faire une place aux côtés des patrons de la discipline Max Franz, Mathias Mayer, Vincent Kriechmayr et consorts. Minutieux, il s'est récemment entouré d'Andreas Mistelbauer-Obernberger, un scientifique du sport qui révolutionné son approche de la préparation physique (il accompagne aussi Marc Digruber, le spécialiste de slalom). Réussir en ski alpin, pas une mince affaire en Autriche. Krenn, doit certainement être amoureux de ce sport ou fou. Ou les deux.

Christoph Krenn lors du Super-G de Beaver Creek
0
0