Décidément, il est insaisissable. Depuis le début de la saison, alors que sa polyvalence aura dû être un atout majeur dans la course gros globe de cristal, Alexis Pinturault n'arrive vraiment pas à enchaîner, quelle que soit la discipline. Vainqueur en géant à Sölden, il ne s'est ensuite même pas qualifié pour la seconde manche en slalom à Levi, une première - hors chute - depuis cinq ans. Le skieur de Courchevel arrivait donc revanchard ce week-end aux Etats-Unis. Et nul doute qu'il en est reparti frustré.
Sur une "Birds of Prey" où il est loin d'être particulièrement à l'aise (un seul podium en carrière), Pinturault avait pourtant idéalement lancé son week-end. Vendredi, le Français a rappelé à tout le monde que sa polyvalence dépassait le cadre de la technique en prenant une belle 4e place lors du Super-G. Parti avec de l'envie et un engagement de tous les instants, il a parfaitement su maitriser les pièges du tracé américain pour signer son meilleur résultat dans la discipline depuis sa victoire à Lenzerheide en mars 2014. De quoi effacer, pensait-on, le raté de Levi et reprendre sa marche en avant dans la course au gros globe de cristal. Mais ça n'a pas duré.

Pinturault n'a pas fait d'erreur mais il a manqué de vitesse

Beaver Creek
Ford, star à domicile
08/12/2019 À 20:41

Quatre ans en enfer à Beaver

Ce géant dominical était pourtant l'occasion idéale de confirmer son succès à Sölden et faire le trou au classement de la discipline. Et aussi, pourquoi pas, de prendre la tête du général. Il n'aura fait ni l'un, ni l'autre. Après avoir multiplié les fautes en première manche (16e), Pinturault n'a pas réussi à redresser la tête en seconde et a dû se contenter de la 17e place de l'épreuve. Son pire résultat en géant hors chute depuis mars 2014 et sa 18e place à Kranjska Gora. Une autre époque. Cette déception confirme toutefois une tendance qui s'affirme année après année comme une évidence : "Pintu" n'aime pas Beaver Creek. Ses quatre dernières saisons, le Français n'est tout simplement jamais rentré dans le top 10 ! Une anomalie pour un skieur qui n'a manqué que huit fois le top 10 en Coupe du monde en géant depuis cinq ans. Une mauvaise opération, surtout.

Première manche plus que compliquée pour Pinturault...

Car Alexis Pinturault ne cesse de perdre du terrain dans la course aux globes, du général comme de la spécialité. Avec seulement 14 points marqués ce dimanche, le Tricolore laisse du même coup la tête et le dossard jaune de leader du géant au vainqueur de Beaver Creek, Tommy Ford (150 pts). Rien d'inquiétant à ce niveau, même s'il laisse aussi revenir de sérieux concurrents comme Zan Kranjec (110pts) et surtout Henrik Kristoffersen (93pts), qui a aussi fait la bonne opération en vue du général. Favori avec Pinturault à la succession d'Hirscher, le Norvégien a repris 66 points au Français ce dimanche et le devance désormais (193 pts à 164) dans un classement toujours dominé par l'Autrichien Matthias Mayer (233 pts). Avec les qualités supérieures de Kristoffersen en slalom, c'est - déjà - une très mauvaise nouvelle. Bien sûr, tout n'est pas à jeter ce week-end pour le Tricolore, à l'image de son Super-G. Mais il y a de quoi en ressortir frustré. Très frustré
Beaver Creek
Ford en tête, Pinturault loin du compte
08/12/2019 À 17:45
Beaver Creek
De la justesse et un Golden Eagle parfaitement géré : Ford a signé la manche parfaite
08/12/2019 À 17:28