Getty Images

Sur la Streif, Paris est vraiment magique

Sur la Streif, Paris est vraiment magique

Le 25/01/2019 à 13:08Mis à jour Le 25/01/2019 à 14:04

KITZBÜHEL - Dominik Paris a remporté vendredi la descente de l'année sur la mythique Streif de Kitzbühel. L'Italien, déjà vainqueur en 2013 et 2017, a devancé Beat Feuz (+0"20) et Otmar Striedinger (+0"37) pour signer sa douzième victoire en Coupe du monde. Le premier Français, Johan Clarey, a pris la 11e place, devant Adrien Théaux.

Dominik Paris a encore dompté la Streif. Pour la troisième fois de sa carrière, l'Italien a remporté la descente de Kitzbühel ce vendredi. C'est également sa troisième victoire de l'hiver après son doublé à Bormio (descente et super-G), et sa 12e en carrière. Il a devancé de 20 centièmes Beat Feuz, encore frustré sur la piste autrichienne. Derrière ce duo royal, le podium est complété par l'inattendu Autrichien Otmar Striendinger (+0''37). Johan Clarey est le meilleur Français du jour (11e à 1''21).

Vidéo - Impressionnnant de bout en bout, Paris a finalement dominé Feuz

03:07

Feuz s'incline... sur le même écart que l'an dernier

Feuz pouvait pourtant y croire. Irrésistible sur le long plat du milieu de tracé, le champion du monde de descente, dossard 7, a signé une performance majuscule en repoussant le leader provisoire Josef Ferstl à 0''90 alors que le top 3 se tenait en 0''07. Il avait assommé la course. Mais pas définitivement.

Dossard 13, Paris a été le seul à pouvoir limiter les dégâts face au dossard rouge dans la partie médiane. Le mano a mano a été superbe au fil des intermédiaires. Au dernier inter, le Transalpin n'affichait que deux centièmes d'avance. Mais il a fini très fort pour l'emporter finalement pour 20 centièmes. Une marge un peu cruelle pour Feuz, qui s'était incliné sur le même écart l'an dernier face à l'Allemand Thomas Dressen, absent cette fois-ci, comme les Norvégiens Aksel Lund Svindal et Kjetil Jansrud, blessés de dernière minute. Au total, c'est la troisième fois que le Suisse se classe 2e de la descente autrichienne.

Striendinger, le rayon de soleil autrichien

L'Autriche n'a pas réussi à trouver un successeur à Hannes Reichelt, dernier vainqueur de la descente il y a cinq ans. Mais elle a décroché un podium. Il était pour le moins inattendu. Dossard 27, Otmar Striendinger s'est élancé après tous les favoris. Mais il y avait encore la place pour venir prendre la 3e place, ce rang étant alors occupé par Christof Innerhofer (+0''93). Après un haut moyen (+0''54 au 2e inter), il a repris par la suite deux dixièmes sur Paris. Une fin de parcours magistrale qui lui permet de signer son deuxième podium en carrière, cinq ans après une 2e place lors le super-G de Beaver Creek.

Striendinger a profité de la luminosité qui venait de s'améliorer. Une chance qu'ont su saisir aussi son compatriote Daniel Danklmaier (5e avec le dossard 41) et l'Italien Matteo Marsaglia (10e avec le dossard 47). La course a été marquée par des chutes de neige prononcées en début de course alors que les prévisions annonçaient du beau temps.

Clarey, Théaux et Raffort aux portes du top 10

Côté français, c'est une nouvelle fois Johan Clarey qui a signé le meilleur résultat. Le skieur de 38 ans pensait tenir son sixième top 10 de l'hiver. Mais il lui a finalement été enlevé après le passage de Marsaglia. Il se classe finalement 11e (+1''21), juste devant Adrien Théaux (12e, +1''23) et un épatant Nicolas Raffort (14e, +1''45). Le natif de Sallanches, 27 ans, était lancé vers le top 10 avant de perdre beaucoup de temps dans le schuss final. Qu'importe, c'est quand même son meilleur résultat en carrière. Ce qui n'est pas rien sur la Streif.

0
0