AFP

Mondiaux Schladming: Marion Rolland: "Je n'ai pas toujours cru en moi"

Rolland: "Je n'ai pas toujours cru en moi"
Par Eurosport

Le 10/02/2013 à 16:54Mis à jour Le 10/02/2013 à 20:17

A la recherche d'une première victoire en Coupe du monde, Marion Rolland a touché le Graal à Schladming lors de la descente des Mondiaux, dimanche. Les JO de Vancouver oubliés, reboostée mentalement, la Française débute, à 30 ans, une nouvelle carrière.

Eurosport Player: Regardez toute la saison en LIVE

Voir sur Eurosport

Marion Rolland, 30 ans. David Poisson, 30 ans. Gauthier de Tessières, 31 ans. Ne cherchez plus : A Schladming, les fusées bleues ont décidé de faire parler l'expérience pour briguer les podiums et les récompenses. Ce dimanche, la skieuse des Deux-Alpes n'a pas dérogé à la règle et est venue ajouter son nom à cette liste des trentenaires. Tout en haut. Sa descente sur les neiges verglacées de Styrie restera un modèle du genre, son émotion dans la légende du ski tricolore.

Sur la Planai, Rolland a joué avec nos nerfs. Les siens ont lâché juste après l'arrivée. A raison. De la poussée à la sortie du portillon jusqu'au mur final, le dossard 22 a survolé l'épreuve. En avance à tous les intermédiaires, la Française a pris tous les risques pour parvenir à ses fins. Pour décrocher - enfin - cette première victoire qu'elle attendait depuis toujours et qui lui avait tendu les bras en mars dernier, ici-même à Schladming, sa nouvelle terre d'adoption."Je savais qu'il fallait rester concentrée, ne rien lâcher même si les sensations n'étaient pas vraiment là (aux entraînements). J'avais vraiment envie d'aller la chercher, cette médaille", a-t-elle avoué, les larmes à peine séchées.

"Ce qui m'est arrivé à Vancouver, c'est la vie"

Reuters

"C'est beaucoup de travail depuis Vancouver. Depuis l'année dernière, je savais que j'étais capable de remettre les pieds sur un podium. Je le refais aujourd'hui (dimanche) : c'est juste génial et parfait", reconnait celle qui n'a pas oublié sa mésaventure en Colombie-britannique et les railleries qui en sont nées. "Ce qui m'est arrivé à Vancouver, c'est la vie. Il peut arriver ce genre de choses pas spécialement drôles. Mais avec beaucoup de travail et avec le soutien de pas mal de monde, on arrive à faire de belles choses. Je n'ai pas tout le temps cru en moi, mais aujourd'hui, je suis allée la chercher. Ça efface tout".

Petite-fille d'Antonin Rolland, cinquième du Tour de France en 1955 et porteur du maillot jaune pendant 12 jours, Marion Rolland connaît à son tour un destin doré. Comme pour David Poisson samedi, ce triomphe doit lui permettre de devenir une autre skieuse, d'entrevoir, la trentaine entamée, le début d'une seconde carrière, et, de facto, de jouer avec les meilleures à chaque sortie. C'est le minimum qui lui sera demandé désormais, nouveau statut oblige.

0
0