Getty Images

Mondiaux Are 2019 - Alex Pinturault décroche la médaille d'or en combiné alpin en Suède

Pinturault tient enfin son sacre

Le 11/02/2019 à 16:47Mis à jour Le 12/02/2019 à 00:59

MONDIAUX 2019 - Alexis Pinturault tient enfin son premier grand titre en carrière. A 27 ans, le skieur de Courchevel a décroché l'or en combiné alpin, lundi, en Suède, après avoir tiré son épingle du jeu lors de la manche de slalom, disputée en nocturne sur la piste d'Åre. Le Slovène Stefan Hadalin a pris l'argent (+0"24), l'Autrichien Marco Schwarz (+0"46) a pris le bronze.

Cette fois-ci, il le tient ! Après de multiples médailles aux Mondiaux et aux Jeux Olympiques, Alexis Pinturault a enfin décroché le titre mondial en remportant, lundi, le combiné alpin des Mondiaux d'Äre. Le skieur de Courchevel a été impérial sur un slalom tracé par l'entraîneur tricolore, pour s'offrir son premier titre international en individuel. En tête après la descente, Dominik Paris n'a rien pu faire sur une piste marquée et a manqué le podium. Le Slovène Stefan Hadalin se pare lui d'argent, tandis que l'Autrichien Marco Schwarz prend la médaille de bronze.

Michel Vion tient enfin son successeur. Depuis l'actuel président de la Fédération Française de ski en 1982, aucun Tricolore n'avait décroché l'or en combiné, Julien Lizeroux apportant en 2009 la seule médaille (d'argent) sur la période. Une hérésie dans une discipline historiquement favorable aux Français (5 skieurs titrés) et qui leur sourit si souvent en Coupe du monde. Trente-sept ans d'attente suffisaient largement. Mais les Tricolores pourront dire merci à Fabien Munier.

Vidéo - Rapide, tactique, léger : Pinturault a skié comme un grand pour décrocher le Graal

01:28

Aucune chance pour les descendeurs

L'entraîneur tricolore, désigné pour tracer la manche de slalom, aura fait un magnifique travail pour favoriser les desseins des techniciens. Car, au terme d'une descente assez moyenne, les 23e et 24e places des meilleures cartes françaises Victor Muffat-Jeandet et Alexis Pinturault, repoussés derrière Marco Schwarz et à plus d'une seconde et demie du leader Dominik Paris, créaient quelques inquiétudes au staff tricolore. Et ce n'est pas le format encore raccourci de ce combiné (1'08" pour la descente, 38'' pour le slalom) qui devait les rassurer, d'autant que certains descendeurs comme Dominik Paris (4e de la discipline aux Mondiaux 2017) pouvaient nourrir de réelles ambitions. Ils se trompaient.

Périlleux, le tracé de Fabien Munier, rapide mais avec plusieurs ruptures de rythme, des doubles et des sorties très tournantes, s'est révélé être un enfer pour les descendeurs et l'usure rapide de la piste a contribué à détruite la moindre parcelle d'espoir de médaille. C'est donc entre slalomeurs, partis tôt en seconde manche, que tout s'est joué. Premier parti, Stefan Hadalin a bien cru réaliser le même coup qu'Aerni en 2017 (sacré après avoir été 30e de la descente) mais le Slovène, bien que meilleur temps du slalom, a vite buté sur Alexis Pinturault.

Vidéo - Même en étant leader, c'était mission impossible pour Paris : sa manche de slalom en vidéo

01:37

Une fin de semaine sans pression

Très solide, engagé de haut en bas, le Français n'a jamais tremblé, lui que l'on a souvent critiqué pour ça. Et c'est dans la pente, où il s'est montré particulièrement précis en vrai technicien qu'il est, et sur une neige qui avait lustré pour rajouter encore un peu de difficulté, que le skieur de Courchevel a fait la différence. Surfant sur son excellent début d'année dans les disciplines techniques, il alors pris la tête devant Hadalin. Avec une marge (0''24 d'avance) qui laissait songeur vu les skieurs à suivre.

Restait alors à tenir. Face à Muffat-Jeandet d'abord, qui n'a jamais réussi à se lâcher (6e, + 0''81). Face au vainqueur du combiné de Wengen surtout. Mais, peu à son aise (+ 0''46), Marco Schwarz a dû se contenter de la médaille de bronze. Et, quand le tenant du titre Luca Aerni est passé à côté (8e, + 1''02), le titre s'est doucement teinté de bleu-blanc-rouge.

Il a fallu attendre l'arrivée de Dominik Paris, formidable dans des conditions impossibles (9e, + 1''51 soit 3'' de perdues en slalom), pour l'officialiser mais le titre lui était acquis depuis de longues minutes. Une médaille d'or autour du coup, Pinturault peut déjà se tourner vers le reste de la semaine. En slalom comme en géant, il faudra compter. Surtout qu'il a déjà réussi ses Mondiaux.

Vidéo - Pinturault : "Ça fait des années que je tourne autour et ça a payé au meilleur des moments"

01:45
0
0