Comment vous sentez-vous avant d'attaquer vos Mondiaux ?
Clément Noël : Je me sens bien, on s'est bien préparés ces derniers temps, j'ai décompressé du mois de janvier un peu long. On a fait plusieurs entraînements, à plusieurs endroits, avec plusieurs conditions différentes. Je me sens bien physiquement et dans la tête. On a pu décompresser, être un peu plus à la maison, refaire du physique, on se serait presque cru à l'automne. J'étais quand même content de repartir sur les skis, en mode course. Les coupures de deux semaines, ça peut être long, mais quand on arrive ici on ne peut pas ne pas être en mode motivé.
Mondiaux
Un mois d'arrêt pour Holdener, blessée aux mains
06/10/2021 À 10:43
En quoi cette compétition est différente de la Coupe du monde ?
C.N : A chaque course, même en Coupe du monde, tout est remis à zéro. On peut être très nul celle d'avant et gagner la course suivante. Tout le monde aura la même chance au départ, en fonction des dossards bien sûr. Un mec comme Daniel Yule, qui a fait un début de saison moyen, il pourrait très bien être sur le podium dimanche. C'est encore plus marqué sur les Championnats du monde, une course différente où l'état d'esprit sera différent pour tout le monde. On ne va pas cacher que c'est la course la plus importante de la saison, c'est ça qui fait que c'est particulier. On sait que c'est le grand évènement de l'année, qu'on a encore plus envie de réussir, c'est une motivation supplémentaire, comme dit Victor (Muffat-Jeandet), un supplément d'âme.
Comment vivez-vous cette saison moins bonne que les deux précédentes ?
C.N : C'est toujours intéressant d'avoir des phases bonnes et des moins bonnes, on en apprend beaucoup sur la façon d'aborder les choses, sur comment rester calme et ne pas s'affoler ni s'énerver. Je l'ai plutôt bien pris. Les erreurs font toujours se relever plus fort comme on dit avec des phrases faciles. Je ne suis pas encore complètement relevé, mais forcément quand on a vécu des déceptions et qu'on a pas l'habitude, on ne sait pas comment réagir. Vivre les déceptions, ça force à réagir et ça forge le caractère."

Clément Noël

Crédit: Getty Images

Mondiaux
De Val d'Isère 2016 aux Mondiaux 2021 : "L'abandon n'a jamais été une option" pour Faivre
06/03/2021 À 10:04
Mondiaux
Du briefing à l'émotion de La Marseillaise : Les dessous du titre mondial de Faivre sur le géant
06/03/2021 À 09:48