L’histoire était écrite depuis bien longtemps. Invaincue en slalom aux Mondiaux (quatre titres en quatre courses) mais également championne du monde de Super-G à Äre il y a deux ans, elle était aussi devenue le 2 décembre 2018 la première skieuse, hommes et femmes confondus, à s’être imposé dans chacune des sept disciplines ayant existé de la Coupe du monde. Sa capacité à s’imposer sur tous les terrains la destinait à gagner en combiné, l’épreuve habituée à sacrer la polyvalence. D’ailleurs, rien ne dit que cela n’aurait pas pu être le cas plus tôt. Si elle n’a pas plus gagné dans la discipline et ne compte aucun globe, c’est avant tout parce qu’elle ne participait ce lundi qu’au 6e combiné de sa carrière ! Pour désormais deux succès avec celui acquis à Crans-Montana en 2017.

Shiffrin était injouable : son slalom qui lui a rapporté son premier sacre en combiné

Le destin impose parfois de terribles épreuves avant d’accéder au Graal et ce n’est pas Mikaela Shiffrin qui vous dira le contraire. Non pas qu’elle en ait véritablement connu sur les skis, malgré une blessure au genou en décembre 2015. Mais l’Américaine sort sans nul doute possible de l'année la plus pénible de sa carrière, après sa mort de son père en février 2020. Un évènement qui l’a énormément touché et qui a même un temps laissé craindre la fin de sa carrière. "Je me suis demandé si cela valait la peine d'être loin de la maison aussi souvent, avait-elle dit avant Sölden en novembre dernier. Le sport, qui est ma passion, m'éloigne des gens que j'aime".
Jasná
Des doutes, des sursauts avant la renaissance finale : Shiffrin is "back"
06/03/2021 À 16:09

Discrète en Coupe du monde, "gloutonne" aux Mondiaux

Mais Shiffrin ne pouvait en rester là. Parce qu’elle aime trop le ski. Pour son père aussi. "Je ne pense pas que mon père aurait voulu que j'arrête", avouait-elle alors, même si elle se savait incapable cependant de viser le gros globe du général. "Je ne me sens pas préparée pour faire toute la saison de façon compétitive", assurait-elle en décembre. Le mot-clé était "toute". Car l’Américaine a parfaitement préparé ses Mondiaux.
Ce ne sont pourtant pas ses résultats en Coupe du monde cette saison qui devaient la mettre dans des bonnes conditions, avec "seulement" deux victoires et deux podiums, loin de la razzia à laquelle elle nous habitue depuis son arrivée sur le circuit. Mais l’Américaine reprenait peu à peu confiance en elle et en son ski. "Je sais que je suis capable de skier vite, et que si je skie vite, je serai en capacité de gagner des médailles", prévenait-elle il y a une semaine.

Une faute qui coûte le titre mais une nouvelle médaille : Shiffrin a encore été excellente

Montée en puissance sans faire de bruit, Mikaela Shiffrin a retrouvé son meilleur niveau au meilleur des moments, sur les Mondiaux, cette épreuve dont elle est toujours repartie avec un titre (au moins). Passée tout près de conserver sa couronne en Super-G où sa faute sur le bas lui coûte le titre, elle ne s’est pas manquée sur le combiné, alors qu’elle n’avait encore jamais participé à l’épreuve aux Mondiaux ! Plus à l’aise en vitesse que ses rivales, l’Américaine y a forgé les bases de son succès avant d’assommer la concurrence en slalom, où l’on a retrouvé une skieuse conquérante et attaquante. Et dire qu’elle n’était pas sûr d’y participer…

Mieux que Ligety, la 2e place All-Time en ligne de mire

"Je suis contente que l'on ait mis le combiné sur mon programme de ces Mondiaux, plaisantait-elle en zone mixte. C'était clairement un slalom difficile, avec une piste très bien préparée, un vrai slalom... C'était intimidant cette surface (particulièrement glacée), une vraie bataille mais je me sentais très bien à l'entraînement ces derniers jours". Et ça s’est vu. Avec ce nouveau titre, Mikaela Shiffrin récolte donc sa 6e médaille d’or aux championnats du monde (en cinq éditions). Elle était la skieuse américaine - quelque soit le sexe - le plus médaillée de l’histoire (8, désormais 9), mais elle devient à l’occasion de ce combiné l’Américaine la plus titrée de l’histoire. Elle faisait déjà mieux que l’autre superstar Lindsey Vonn (2), elle dépasse désormais Ted Ligety et ses cinq sacres (3 en géant, 1 en combiné et en Super-G). Quelques jours après la retraite de celui-ci, et un an et 13 jours après le décès de son père, le symbole est fort. Le meilleur est peut-être encore à venir.

L'Américaine Mikaela Shiffrin sur le Super-G du combiné des Mondiaux 2021 de Cortina d'Ampezzo

Crédit: Getty Images

On aurait presque tendance à l’oublier vu son extraordinaire polyvalence, mais Shiffrin reste une technicienne avant tout. Ses épreuves de prédilection restent le géant et le slalom, deux épreuves qu’il reste encore à disputer dans ces Mondiaux. Rien ne dit que l’Américaine s’y imposera à chaque fois, ou montera même sur un seul podium. mMais l’espoir est permis pour la skieuse de Vail, quadruple championne du monde en titre de slalom et vainqueur du géant de Courchevel cette saison. Avec deux titres supplémentaires, elle rentrerait définitivement dans l’histoire en devenant la 6e skieuse de l’histoire à glaner trois titres sur une même édition et deviendrait la deuxième skieuse, hommes et femmes confondus, la plus titrée de l’histoire avec huit sacres, derrière les 12 de Christl Cranz. Et dire qu’elle ne fait pas le parallèle… Comme l’avait dit l’entraineur de basketball Rudy Tomjanovich au sujet de ses Houston Rockets en 1995 : "Il ne faut jamais sous-estimer le coeur d’un champion…". Visiblement, l’expression se décline aussi bien au féminin. Même quand le cœur de la championne est brisé.
Mondiaux
Horaires, favoris, courses : le nouveau programme des Mondiaux 2021 de ski alpin à Cortina d'Ampezzo
04/02/2021 À 15:14
Zagreb
Shiffrin devra lâcher les chevaux en deuxième manche : son premier run timide en vidéo
03/01/2021 À 13:21