Passe de 5 historique pour Mikaela Shiffrin ?

Dans la riche et longue histoire des Mondiaux, Mikaela Shiffrin est déjà toute seule. Quatre titres de suite dans la même discipline, personne ne l'a réalisé. Stenmark, Ligety, Aamodt pour les hommes, Goitschel, Hess et Cranz pour les femmes, tous se sont arrêtés à trois. A Cortina d'Ampezzo, Mikaela Shiffrin a l'occasion de faire la passe de cinq en slalom.
Mondiaux
Pinturault au sommet, Worley de retour, Noël vainqueur : Les Bleus arrivent lancés à Cortina
08/02/2021 À 18:36
Il faudra pour ce faire franchir deux écueils. Le premier, son niveau actuel. Bon, excellent même parfois mais pas encore celui d'une reine de la discipline. Victorieuse une fois contre trois à Petra Vlhova, l'Américaine ne partira pas favorite. Elle n'a pas encore tout à fait digéré sa terrible année 2020. Le second, un programme copieux. Comme il est de tradition, le slalom conclura les Mondiaux le samedi 20 février. Avant cela, elle aura disputé le super combiné, le super-G et le géant.

Qui pour briller en super-combiné, absent de la Coupe de monde cette saison ?

C'est un peu l'incongruité de la saison 2020-2021 de ski. Absent de la Coupe du monde, le super combiné sera bien présent aux Mondiaux, où un titre est décerné dans la discipline sans interruption depuis 1954. En 2019, à Are (Suède), Wendy Holdener, qui conservait son titre acquis en 2017, et Alexis Pinturault, par ailleurs quadruple vainqueur du petit globe de la spécialité, avaient décroché l'or. Bis repetita cette année pour le Français ?
Le combiné femmes a été purement et simplement annulé ce lundi à cause des conditions météorologiques et il n'y aura pas de championne du monde de la spécialité. Difficile de dégager une hiérarchie puisque le dernier combiné remonte à pratiquement un an (1er mars) chez les messieurs. On peut néanmoins assez facilement faire de Pinturault un favori logique à sa propre succession. Victor Muffat-Jeandet, Marco Schwarz et Marco Odermatt seront ses adversaires.

Dominik Paris, en forme au meilleur moment ?

Il n'avait plus gagné depuis fin décembre 2019. Une rupture des ligaments croisés avait mis à terre le fantasque Dominik Paris quelques semaines plus tard. Mais vendredi, à Garmisch, Paris a remis ça. Un succès dans la reine des disciplines de vitesse et le voilà qui revient hanter les rêves de ses adversaires. Beat Feuz et Matthias Mayer pensaient peut-être se jouer le titre à deux. C'était compter sans la volonté de l'Italien de 31 ans.
Son succès à Garmisch le propulse immédiatement dans la caste des coureurs qui visent l'or à Cortina. Habituellement réservée aux femmes, la station accueillera les hommes pour ces Mondiaux. Paris a l'habitude de briller à la maison, lui qui a déjà triomphé cinq fois à Bormio, soit le tiers de ses succès en descente en Coupe du monde (15). Pour ses premiers Mondiaux à domicile, le médaillé d'argent de 2013 a sans doute une idée derrière la tête.

Lara Gut, la maudite enfin titrée ?

Elle pourrait bien être la skieuse de ces Mondiaux. Sur la forme du moment, aucune femme ne peut rivaliser avec Lara Gut. Victorieuse des trois derniers super-G, discipline dans laquelle elle s'avance en favorite unique, la Suissesse est aussi montée sur la deuxième marche du podium en géant à Plan de Corones (26 janvier) et en descente à Crans-Montana (23 janvier). A chaque fois, 27 petits centièmes la séparaient de la victoire. Un rien, ou presque, donc.

Gut est bien la reine du super-G : son nouveau succès en vidéo

La leader du général de la Coupe du monde peut espérer un titre dans trois disciplines au moins (descente, super-G et géant). La voir repartir de Cortina bredouille de titre serait une petite surprise et sans doute une immense déception pour elle. Double médaillée d'argent à Val d'Isère en 2009, à 17 ans seulement (!), Gut court après un premier titre mondial depuis. Elle a raflé trois fois l'argent et deux fois le bronze mais jamais l'or.

Pinturault, Worley, Noël… Combien de chances de médailles pour les Bleus ?

Ces Mondiaux tombent à pic pour les Bleus ! Sur la première partie de saison, jusqu'au 30 décembre, Alexis Pinturault (deux victoires) et Tessa Worley (une 3e place) avaient offert à la France trois podiums. Depuis début janvier, ce chiffre grimpe à 10 ! Alexis Pinturault et Tessa Worley, qui a gagné en géant, sont toujours là mais Clément Noël (un succès et deux podiums) et Johan Clarey (2e à Kitzbühel) se sont montrés au bon moment.

Un passage de feu pour un succès indiscutable : Revivez la 2e manche de Worley

Si glaner une médaille en vitesse (descente et super-G), en slalom et en super-combiné chez les femmes paraît illusoire, les Bleus ont des arguments à faire valoir dans toutes les autres disciplines. Worley en géant, Clarey en vitesse, Pinturault sur trois courses (géant, slalom, super-combiné), Noël en slalom et Muffat-Jeandet au moins en combiné, autant de chances de podiums pour la France qui aura aussi une belle occasion sur l'épreuve par équipes.

Sans Goggia, les Italiennes prophètes en leur pays ?

Les Italiennes mènent deux classements de spécialité cette saison : Goggia en descente et Bassino en géant. Détail ? Loin de là à l'approche de Mondiaux à la maison pour les Transalpines. Pour trouver la trace d'une Italienne titrée aux championnats du monde, il faut remonter à… 1997 ! A Sestrières, dans la Botte donc, Deborah Compagnoni (slalom et géant) et Isolde Kostner (super-G) avaient décroché trois titres sur cinq. Depuis, plus rien.
A Cortina d'Ampezzo, l’Italie devra néanmoins se passer de Soffia Goggia blessée au genou. Bassino et les autres peuvent-elles tout de même mettre fin à la disette ? En descente, Soffia Goggia, vainqueure des quatre dernières courses, était la favorite numéro un avant sa blessure. Marta Bassino a elle remporté quatre des six géants de la saison. Ajoutez à cela une Federica Brignone en dessous de son niveau de la saison dernière mais toujours placée (4 podiums) et une Elena Curtoni qui peut créer la surprise et vous obtenez un possible renouveau italien chez les femmes.

Qui pour succéder au duo Hirscher-Grange en slalom ?

Sauf miracle pour Jean-Baptiste Grange, il devrait y avoir un nouveau champion du monde de slalom le 21 février prochain pour la clôture des Mondiaux. Un nouveau puisque toute une génération, ou presque, a dû se soumettre au joug d'un duo, Jean-Baptiste Grange, champion du monde 2011 et 2015, et Marcel Hirscher, titré en 2013, 2017 et 2019. L'ogre autrichien à la retraite, le Français, bien moins fort que dans ses belles années, la porte s'ouvre.
Ils sont sept à avoir gagné en slalom cette saison chez les hommes. Les piquets courts sont la discipline la plus ouverte et si Marco Schwarz et Henrik Kristoffersen ont tous les deux doublé, ils n'avancent pas pour autant en favoris incontestables. En janvier, le mois du slalom, Strasser, Schwarz (x2), Feller, Foss-Solevaag, Noël et Kristoffersen se sont imposés. Tout est possible.
Mondiaux
De Val d'Isère 2016 aux Mondiaux 2021 : "L'abandon n'a jamais été une option" pour Faivre
06/03/2021 À 10:04
Mondiaux
Du briefing à l'émotion de La Marseillaise : Les dessous du titre mondial de Faivre sur le géant
06/03/2021 À 09:48