Monté 10 fois sur le podium en Coupe du monde depuis deux ans, pour trois victoires en géant, sa spécialité, Filip Zubcic s'impose à 28 ans (il fêtera ses 29 le 27 janvier) sur le tard comme une référence du cirque blanc, et tente de faire oublier Janica et Ivica Kostelic, ses glorieux aînés.
"Ca veut dire beaucoup pour moi de venir de Croatie. Des journalistes avaient dit qu'après la retraite d'Ivica Kostelic le ski allait mourir en Croatie. Mais j'ai toujours cru en moi, en ma capacité d'atteindre le top niveau. Je suis fier de l'avoir fait", expliquait-il à l'AFP début décembre à Val d'Isère. "Je suis au top en géant, j'aimerais mettre mon slalom au top aussi", prophétisait-il, deux jours avant de décrocher son premier podium dans la discipline (3e derrière le Français Clément Noël et le Suédois Kristoffer Jakobsen).
Après la course féminine de mardi, "Zubo" aura l'occasion de briller à domicile mercredi sur les pentes du Sljeme, là où sa maman Jasla, skieuse pour l'ex-Yougoslavie, lui avait appris à skier enfant. La course est restée une affaire de famille dans la petite cellule Zubcic: sa soeur Tamara, prometteuse chez les jeunes, est assistante-coach et son père Tomislav, par ailleurs gérant d'une auberge de jeunesse dans la capitale croate, voyage régulièrement avec son fils pour gérer la logistique. En plus d'un technicien, son coach Marko Suman le suit depuis 14 ans.
Mondiaux
Un mois d'arrêt pour Holdener, blessée aux mains
06/10/2021 À 10:43

Inflexible, Zubcic a coiffé Faivre pour la victoire : sa seconde manche du géant

"Travail acharné"

"J'ai commencé à m'entraîner sérieusement à 6 ans et demi. On partait en Autriche avec mon club pour l'entraînement (à quelques heures de route). Je ne crois pas dans le talent, seulement dans le travail acharné", assure le vice-champion du monde de parallèle. "Ma force principale ? Je suis un combattant, à 100%, je ne lâche jamais. Je suis très bons dans les conditions difficiles. Plus jeune je n'ai jamais raté un entraînement, peu importe les conditions. Si une course est annulée à cause de la mauvaise météo, je vais m'entraîner pour subir quand même cette météo."
A Pékin (4-20 février), Filip Zubcic rêve d'une première médaille olympique pour sa 3e participation (12e du combiné en 2018), dans la foulée des 10 podiums de Janica et Ivica Kostelic (dont quatre titres pour Janica). Une récompense qui arriverait sur le tard pour ce champion qui a pris son temps.
"J'ai eu de très bons résultats à 20 ans, puis j'étais souvent autour de la 20e place. Je ne sais pas pourquoi c'est venu comme ça (il y a deux ans). Peut être que j'ai grandi, j'ai arrêté de me mettre trop de pression. Je laisse aller. Il faut du feeling, pas seulement bourriner. C'est aussi à cause de ça que je perdais les saisons d'avant, j'étais trop agressif, je perdais du temps quand la piste n'était pas très raide et glacée. Techniquement on a aussi changé des choses avec les skis, mais je suis persuadé que c'est dans la tête", analyse-t-il. Un état d'esprit à confirmer à Zagreb, où il avait pris la 5e place l'hiver dernier.

Boe, Shiffrin, Pinturault, Kim... Les 10 stars attendues des JO de Pékin, à J-100

Mondiaux
De Val d'Isère 2016 aux Mondiaux 2021 : "L'abandon n'a jamais été une option" pour Faivre
06/03/2021 À 10:04
Mondiaux
Du briefing à l'émotion de La Marseillaise : Les dessous du titre mondial de Faivre sur le géant
06/03/2021 À 09:48