On pouvait difficilement espérer meilleure entame de Mondiaux pour l’équipe de France et Alexis Pinturault. Sur l’inédite piste du Vertigine, le skieur de Courchevel a profité d’un tracé très technique et très piégeux (6 abandons après 16 dossards) pour s’offrir au meilleur des moments son premier podium dans la discipline depuis plus de six ans. Longtemps deuxième, le Tricolore se contente finalement de la médaille de bronze (+ 0''38), derrière le revenant allemand Romed Baumann (2e, +0''07). Vice-champion du monde il y a deux ans, Vincent Kriechmayr se pare cette fois du plus beau des métaux et devient le 4e Autrichien à être sacré dans la discipline.
Comme Lara Gut-Behrami chez les dames, il était favori après ses deux succès récents à Kitzbühel et Garmisch-Partenkirchen. Et, comme la Suissesse, il a parfaitement assumé son statut. Pourtant, la tâche était loin d’être facile pour Kriechmayr. Parti avec le dossard 5, l’Autrichien ne savait pas trop à quoi s’attendre après la sortie de piste, au même endroit à la réception du Vertigine Jump, des trois premiers skieurs (Walder, Meillard et Caviezel). Mais lui a été très juste, avec une réactivité parfaite pour vite mettre son ski en dérive et se lancer dans un virage droit que bien peu ont "autant" réussi. Derrière, Kriechmayr a su faire parler sa qualité de glisse pour s'offrir son premier titre mondial, à 29 ans. Mais l’Autrichien s’est fait peur, bien après sa course. La faute à la performance stratosphérique de Romed Baumann.
Mondiaux
Un mois d'arrêt pour Holdener, blessée aux mains
06/10/2021 À 10:43

Podium pour Pinturault, 31 Super-G plus tard

Parti avec le dossard 20, l’Allemand a complètement raté son haut de parcours, concédant plus de six dixièmes à Kriechmayr sur la partie technique initiale. Mais le vétéran de 35 ans en est ressorti avec beaucoup de hauteur et de vitesse, au point de reprendre la grande majorité de son retard et de faire passer un frisson dans le dos de l’Autrichien. Mais Baumann échoue finalement à la 2e place à sept centièmes de Kriechmayr. Une petite revanche pour l’Autrichien, 2e à neuf centièmes aux Mondiaux d’Äre. La grande performance de l’Allemand prive finalement Alexis Pinturault de la médaille d’argent mais le Français, extraordinaire, se pare malgré tout d’une breloque de bronze que l’on n’attendait pas forcément.

Pinturault, podium improbable mais divine surprise : son super-G en vidéo

Souvent juste dans la discipline mais jamais sur le podium depuis plus de six ans et un total de 31 Super-G, le Tricolore a rappelé à tous le champion et l’homme des grands rendez-vous qu’il est en sortant sa meilleure performance au meilleur des moments. Très juste sur la partie haute, le skieur de Courchevel a été tactiquement parfait sur le Vertigine Jump où ses qualités de géantistes lui ont permis de bien tailler la trajectoire pour ressortir avec un maximum de hauteur. Forcément moins à l’aise en glisse, Pinturault a ensuite bien limiter la casse sur le bas pour aller décrocher sa troisième médaille de bronze aux Mondiaux, après les deux acquises en géant. Celle-ci est plus inattendue mais tout aussi savoureuse et lance parfaitement ce qui sera, espérons-le, une moisson de médailles pour le Tricolore.

Meilleure perf’ en Super-G pour Bailet

Deuxième à Äre il y a deux ans, Johan Clarey n’a pas réussi à rééditer sa performance et a très vite abandonné. Pas dans un bon jour, Nils Allegre n’a lui non plus pas su saisir sa chance (21e, + 1’’93), au contraire d’un formidable Matthieu Bailet. Parti avec le dossard 26, le Niçois a légèrement souffert à la réception du Vertigine Jump mais il n’a rien lâché et ses qualités de glisse lui ont permis de faire jeu égal avec Kriechmayr sur la seconde partie du tracé. Suffisant pour aller chercher une belle 7e place (+ 0’’72), le meilleur résultat de sa carrière dans la discipline. Pas de quoi le satisfaire totalement, vu sa réaction dans l‘aire d’arrivée. Ça promet pour la descente, sa discipline préférée.
Mondiaux
De Val d'Isère 2016 aux Mondiaux 2021 : "L'abandon n'a jamais été une option" pour Faivre
06/03/2021 À 10:04
Mondiaux
Du briefing à l'émotion de La Marseillaise : Les dessous du titre mondial de Faivre sur le géant
06/03/2021 À 09:48