4 décembre 2005 - La révélation

C’est à domicile que Ted Ligety grimpe sur le premier de ses 52 podiums en coupe du monde. A Beaver Creek, derrière Giorgio Rocca et Stéphane Tissot, il prend la 3e place dans la discipline qui l’a révélé un an plus tôt aux Mondiaux Juniors (2e) : le slalom. Les piquets demeurent en effet sa spécialité à 21 ans. C’est entre ceux-ci qu’il avait marqué ses premiers points sur le circuit, le 29 février 2004 à Kranjska Gora (23e). Et qu’il récoltera aussi ses trois premiers podiums.

Mondiaux
Un bilan excellent mais des "valeurs sûres" en berne : les drôles de Mondiaux de l’équipe de France
21/02/2021 À 19:02

Stéphane Tissot et Giorgio Rocca accompagnent Ted Ligety pour son premier podium en coupe du monde, le 4 décembre 2005 à l'occasion du slalom de Beaver Creek

Crédit: Getty Images

14 février 2006 - La surprise turinoise

Pour ses premiers Jeux Olympiques, à Turin, Ted Ligety se présente dans la peau d’un tout petit outsider au départ de la première épreuve, le combiné, une discipline dont il n’a pris que trois départs en coupe du monde avec deux 10e places comme meilleur résultat. Vingt-deuxième après la descente, à 2”20 de Peter Fill, il explose le slalom (meilleur temps au cumul des deux manches avec 53 centièmes d’avance sur Jean-Baptiste Grange) pour décrocher le titre olympique à la stupeur générale, devant Ivica Kostelic (0”53) et Rainer Schoenfelder (+1”32). A 21 ans, le jeune Ted est déjà maître de l’Olympe.

Ted Ligety, champion olympique du combiné en 2006

Crédit: Getty Images

5 mars 2006 - Naissance d’une vocation

Trois semaines après Turin, toujours sur son nuage, il remporte sa première victoire en coupe du monde. Pas en combiné. Ni en slalom. Mais en géant. Sa nouvelle vocation. En Corée du Sud, à Yongpyong, le futur site des Jeux Olympiques 2018, il s’impose devant deux Scandinaves, Fredrik Nyberg et Kalle Palander. C’est une surprise là encore. Ted Ligety, qui porte le dossard 18, n’avait marqué qu’à deux reprises des points dans la discipline en sept départs (8e à Solden et 13e à Adelboden).

C'est à Yongpyong, en 2006, que Ted Ligety remporte la première victoire de sa carrière.

Crédit: Getty Images

Saison 2008 - Le premier globe

Sans victoire lors de l’hiver 2006-2007, Ligety retrouve le sommet la saison suivante en remportant les deux derniers géants à Bormio et Kranjska Gora. Ce rush final lui permet de dominer Benjamin Raich et remporter le premier de ses cinq petits globes dans la discipline (2008, 2010, 2011, 2013 et 2014). Le début d’un long règne.

En 2008, Ted Ligety remporte le premier de ses cinq petits globes en géant. Il en remportera un 6e, en combiné.

Crédit: Getty Images

18 février 2011 - Champion du monde, enfin

Quatre ans après sa 4e place à Are, deux ans après le bronze de Val d’Isère, Ligety remporte l’or à Garmisch-Partenkirchen. Une victoire sur le fil, huit centièmes seulement devant Cyprien Richard, son grand adversaire dans la course au globe cet hiver-là. L’Américain n’était pourtant pas en pleine confiance en arrivant en Allemagne. Car après un triplé en ouverture de l’hiver, il avait peiné à Adelboden (28e) et Hinterstoder (13e). Mais l'Américain sait répondre présent le jour J. Il le prouve à nouveau.

En 2008, Ted Ligety remporte le premier de ses cinq petits globes en géant. Il en remportera un 6e, en combiné

Crédit: Getty Images

28 octobre 2012 - La boucherie de Solden

2”75 d’avance sur Manfred Moelgg, plus de trois secondes sur Marcel Hirscher. Ted Ligety inflige une claque monumentale à la concurrence en ouverture de l’hiver, sous les flocons de Solden. C’est le 9e plus grand écart dans l’histoire du ski masculin, le plus important depuis plus de trois décennies. Et le tout sur une manche, la seconde, puisque l’Américain n’était que 2e après le premier run, coincé dans un trio de tête qui se tenait en 16 centièmes. Le ton est donné pour une saison de géant qu’il écrasera avec six victoires. Sa technique est sublimée par la nouvelle réglementation des skis. Plus rien ne résiste au roi du carving.

2012 Sölden Ted Ligety

Crédit: AFP

Mondiaux 2013 - Un triplé en forme d’apothéose

Les Mondiaux de Schladming constituent le chef d’oeuvre de celui qu’on surnomme “Schred”, le “déchiqueteur”. Il remporte pour commencer le super-G devant Gauthier de Tessières. Cinq jours plus tard, il s’offre le combiné. Et il ne manque pas la passe de trois lors du géant, écrasant la première manche avant de résister au retour de Hirscher lors de la seconde. Ligety marque l’histoire. Il n’est que le 3e skieur à remporter trois titres dans un même grand championnat, après les légendes Toni Sailer et Jean-Claude Killy.

Super-G, combiné et géant : Ted Ligety a raflé trois médailles d'or lors des Mondiaux 2013 de Schladming. Sans doute le chef d'oeuvre de sa carrière

Crédit: Getty Images

19 février 2014 - La consécration olympique

Il aurait été incongru que la carrière de Ted Ligety ne soit ponctuée d’aucun titre olympique dans sa dicipline fétiche. Passé à côté à Turin (abandon) et Vancouver (9e), l’Américain prend sa revanche à Sotchi en remportant le géant devant deux Français, Steve Missillier et Alexis Pinturault. Huit ans après l’or surprise en combiné à Turin, l’Américain devient le premier skieur masculin de son pays à détenir deux titres olympiques.

Ted Ligety, le roi du carving, est enfin champion olympique de géant à Sotchi

Crédit: Getty Images

13 février 2015 - Un 5e sacre pour entrer dans la légende

A Beaver Creek, devant les siens, il devient le premier skieur de l’histoire à remporter trois titres mondiaux consécutifs en géant en s’imposant devant Marcel Hirscher et Alexis Pinturault, les deux autres titants de la discipline sur la décennie. C’est sa 5e médaille d’or aux Mondiaux, un total que seulement 15 skieurs ont atteint dans l’histoire.

Ted Ligety lors du géant des Mondiaux 2015

Crédit: AFP

25 octobre 2015 - La 25e et dernière victoire

Huit mois après son dernier titre mondial, Ted Ligety s’impose en ouverture de la saison à Solden. Ce sera sa 25e victoire en coupe du monde, la 24e en géant, l’exception à son palmarès étant le combiné de Wengen 2014. Il n’y en aura plus derrière. Les blessures ne cessent ensuite de le miner (rupture des ligaments croisés, opération pour atténuer son mal de dos…). Ligety revient à chaque fois. Mais sans jamais retrouver la magie d'antan. Au cours des cinq derniers hivers, il ne monte qu’une seule fois sur la boîte. Sa 3e place au géant de Garmisch-Partenkirchen, le 28 janvier 2018, restera son dernier baroud d’honneur. Trois avant sa retraite.

Avant les Jeux, Ligety a retrouvé le parfum des podiums

Mondiaux
Et les espoirs de Noël se sont envolés...
21/02/2021 À 15:03
Mondiaux
Malgré la pression, Pertl s'offre une inattendue médaille d'argent : sa 2nde manche en vidéo
21/02/2021 À 14:09