Getty Images

Hirscher : "Certains jours, on n'est pas à la hauteur"

Hirscher : "Certains jours, on n'est pas à la hauteur"

Le 22/02/2018 à 04:47Mis à jour Le 22/02/2018 à 05:32

JO PYEONCHANG 2018 - Marcel Hirscher, qui est sorti durant la première manche du slalom olympique dont il était le grandissime favori, s'est montré fataliste après son échec qui l'a empêché de rentrer encore un peu plus dans l'histoire. L'Autrichien a estimé avoir "très mal skié" et n'avoir "aucune confiance sur ce genre de neige".

Il a raté son rendez-vous avec l'histoire. Sorti durant la première manche du slalom olympique dont il était le grandissime favori, Marcel Hirscher ne deviendra pas le troisième skieur alpin doré à trois reprises dans la même édition après Toni Sailer et Jean-Claude Killy. Après cette petite claque, l'Autrichien oscillait entre déception et fatalisme : "Qu'est-ce que je dois dire ? J'ai déjà été plus triste que ça. Quand, de toute façon, ça ne va pas du début à la fin, alors c'est plus simple à surmonter".

Sextuple lauréat du classement général de la Coupe du monde, Marcel Hirscher n'avait en effet pas de bonnes sensations pour ce slalom. "Je n'avais absolument aucune confiance sur ce genre de neige. J'ai vraiment très mal skié", a expliqué le vainqueur du slalom géant et du combiné avant d'en remettre une couche sur les conditions peu idéales à son goût : "L'entraînement ici était déjà tellement difficile, que l'on voulait renoncer après chaque passage. En course, bien sûr que j'ai essayé d'accélérer, j'ai pris des risques", a-t-il ajouté.

Marcel Hirscher sur le slalom aux Jeux 2018

Marcel Hirscher sur le slalom aux Jeux 2018Getty Images

" J'ai besoin d'une médaille d'or en slalom. On verra ça dans quatre ans"

Sa sortie à mi-parcours a surpris tout le monde. Le maître actuel de l'alpin, double champion du monde de slalom (2013 et 2017), n'avait en effet pas connu une telle mésaventure depuis bien longtemps. La dernière fois qu'il était sorti sur un slalom ? C'était le 14 février 2016, sur la piste japonaise de Yuzawa Naeba. Soit 21 slaloms de rang. En gros, c'est un petit peu nouveau pour lui. Pas de quoi cependant le perturber outre mesure : "Lorsque l'on est présent depuis dix ans, ça peut aussi arriver que l'on ne soit pas en mesure de réaliser sa meilleure prestation", a déclaré l'Autrichien, qui a confirmé qu'il ne participerait pas à l'épreuve par équipe samedi.

Ses Jeux 2018, il les avait de toute manière déjà réussis. Avant de venir en Corée du Sud, le skieur d'Annaber ne comptait "qu'une" médaille olympique, l'argent en slalom, décrochée à Sotchi 2014. Ses deux sacres sur ses deux premières courses lui ont donc permis de corriger une anomalie. "En Autriche, tout le monde me disait: 'Belle carrière, mais il manque une médaille d'or olympique'. La rengaine, maintenant, on l'efface !", se réjouissait-il après sa victoire dans le combiné. Son passage à Pyeonchang lui a permis de remettre les pendules à l'heure et d'entrer encore un peu plus au Panthéon de l'alpin. Alors, cette chute sur le slalom ne gâchera pas ses Jeux 2018 : "Cela peut aussi arriver, ça fait partie du jeu, du sport. Certains jours on gagne, et d'autres on n'est pas à la hauteur", a-t-il conclu fataliste.

Une question s'impose maintenant. A 29 ans, cet échec peut-il pousser ce champion d'exception à poursuivre jusqu'à Pékin 2022 ? Histoire de corriger une autre anomalie . "J'ai besoin d'une médaille d'or en slalom. Non, je rigole. On verra ça dans quatre ans", a glissé l'Autrichien. Il ne ferme donc totalement la porte. Jusque-là, il avait pourtant sous-entendu qu'il n'irait pas aussi loin. Cet échec pourrait donc peut-être faire le bonheur de ses fans, qui ne seraient pas mécontents de voir leur ogre préféré continuer plus que prévu. Et si c'était un mal pour un bien ?

0
0
Nouvelles vidéos