Getty Images

Pour la (probable) der du combiné, Pinturault, Muffat-Jeandet et Hirscher veulent écrire l'histoire

Pour la (probable) der du combiné, Pinturault, Muffat-Jeandet et Hirscher veulent écrire l'histoire

Le 12/02/2018 à 17:31

JO PYEONGCHANG 2018 - Victorieux des deux seuls combinés de la Coupe du monde cet hiver, Alexis Pinturault et Victor Muffat-Jeandet seront favoris à l’or, mardi, dans une discipline où les Bleus attendent une médaille depuis 70 ans. Mais gare à Marcel Hirscher.

À choisir, Alexis Pinturault et Victor Muffat-Jeandet auraient sans doute préféré voir le programme respecté à la lettre. Que la descente messieurs, et plus encore le géant dames de Tessa Worley, se soient tenus comme prévu, respectivement dimanche et mardi. Mais le vent a entraîné leur report. Et c’est donc au combiné messieurs, si la météo le permet, d’ouvrir le bal alpin dans ces Jeux Olympiques de Pyeongchang. De quoi rajouter un peu de pression pour les deux Français.

En plus d’assumer leur étiquette de favoris, ils auront donc la charge de lancer l’équipe de France alpine sur de bons rails. Chez les messieurs, le combiné est assurément la meilleure chance pour les Français. Même si, paradoxalement, c’est l’épreuve qui leur a le moins souri dernièrement. Hormis l'argent de Julien Lizeroux à Val d'Isère en 2009, les Bleus n'y ont remporté aucune médaille (mondiale ou olympique) depuis plus de 30 ans.

Vidéo - Hirscher, Fourcade, Shiffrin... : les 15 stars qui vont marquer Pyeongchang

02:32

70 ans de disette

Aux JO, il faut remonter à 1948 pour trouver trace d’un Français sur le podium du combiné messieurs. Cette année-là, à Saint-Moritz, Henri Oreiller avait remporté le titre et James Couttet pris la 3e place. L’épreuve avait ensuite été retirée du programme olympique avant d’être réintégrée en 1988. Luc Alphand a manqué le coche de peu à Calgary (4e). Tout comme Jean-Luc Crétier (6e) qui a ensuite fini 4e à Albertville en 1992.

Depuis, il n'y a eu qu'un seul top 10 à se mettre sous la dent (8e place de Pierrick Bourgeat en 2008). Il est plus que temps de corriger la mire puisque le combiné disparaitra sans doute du programme olympique après Pyeongchang, au profit de l’épreuve parallèle. C’est la dernière chance. Et elle est en or tant les Bleus ont des arguments solides.

Dans le sillage de Pinturault, ils dominent la discipline depuis une demi-décennie, avec en point d'orgue un triplé historique à Kitzbühel en janvier 2016 (Pinturault devant Muffat-Jeandet et Mermillod-Blondin). Cet hiver, les deux combinés au programme de la Coupe du monde ont été remportés par Pinturault à Bormio, et par Muffat-Jeandet à Wengen, où son compatriote ne s'est pas aligné. Vainqueur du petit globe l'an passé, Pinturault surfe sur une série de huit podiums en 11 courses (dont six victoires).

Tout en retenue, Alexis Pinturault célèbre sa victoire lors du combiné de Bormio, en Italie, le 29 décembre 2017

Tout en retenue, Alexis Pinturault célèbre sa victoire lors du combiné de Bormio, en Italie, le 29 décembre 2017Getty Images

La meilleure chance de décrocher l'or pour Pinturault

Seul hic, Pinturault a toujours coincé dans les grands championnats. Le constat s’étend au-delà du simple combiné. Et Il s’était caractérisé par un cinglant zéro pointé lors des derniers Mondiaux. Au total, le Français le plus prolifique dans l’histoire de la Coupe du monde (21 victoires) n’a que deux petites médailles à son palmarès, à chaque fois de bronze en géant (JO 2014 et Mondiaux 2015). En combiné, il avait abandonné à Sotchi. Et aux Mondiaux, ses quatre tentatives ont toutes été ponctuées d’un échec.

À Pyeongchang, il mise avant tout sur le combiné pour décrocher cet or qui lui fait défaut. "J'attaque tout de suite par ma meilleure chance de médaille. L'objectif, c'est l'or", déclare celui qui sera également aligné en slalom, au Team Event et en géant. Cette dernière est sa discipline fétiche. Mais malgré une victoire à Val d'Isère en décembre, il éprouve plus de mal cet hiver, pour preuve sa 9e place lors de sa dernière course avant les Jeux, à Garmisch. "Le mois de janvier ne s'est pas très bien passé. Avec des hauts et des bas. Mais je n'oublie pas ce que j'ai réalisé par le passé. Je me raccroche à ça", rappelle le Français de 26 ans. Avant les Jeux, il est allé se ressourcer "quatre jours pleins" sur l'île japonaise d'Okinawa. "Le but, c'était de couper, récupérer et remettre du jus".

Muffat-Jeandet, l'homme en forme

Muffat-Jeandet est sur une toute autre dynamique. Ces dernières semaines lui ont particulièrement souri avec une première victoire en carrière à Wengen (12 janvier) et un retour au premier plan en slalom (4e à Kitzbühel). "J'arrive avec un statut, convient le skieur de Val d'Isère âgé de 28 ans. Le jour de la course, tout le monde sera bien à fond, ça va être un combiné relevé, il ne faudra pas calculer. Déjà, il faut que je sois concentré sur la descente. Depuis le début je me fais vraiment plaisir sur cette descente, je ne la trouve pas trop facile non plus."

Victor Muffat-Jeandet s'est montré à son aise lors des entraînements de descente aux JO de Pyeongchang

Victor Muffat-Jeandet s'est montré à son aise lors des entraînements de descente aux JO de PyeongchangGetty Images

La piste de Jongseon semble bien lui convenir. Lors des trois entraînements, il s'est à chaque fois montré le plus rapide des spécialistes du slalom. Notamment devant Pinturault et Marcel Hirscher, lui aussi en quête de son tout premier titre olympique, le seul qui manque à son immense palmarès.

You're using a browser with settings that do not support playback of this video.

Click the link below to view supported browsers and find out about other options available to view this content.

Eurosport Supported Browsers

Vidéo - Alphand, Stojko, Malysz, Poirée... Ces champions qui n'ont jamais eu l'or olympique

00:49

Hirscher la joue profil bas

Sextuple vainqueur de la Coupe du monde, l’Autrichien participe rarement au combiné. Mais le Salzbourgeois a néanmoins remporté l'or aux Mondiaux 2015 et l'argent en 2017, précédé d'un centième de seconde par le Suisse Luca Aerni, qui sera une nouvelle fois un client.

"Les favoris sont (Alexis) Pinturault et (Victor) Muffat-Jeandet, estime Hirscher, qui préfère la jouer profil bas malgré son statut. Après les entraînements, les espérances (de podium) sont plutôt basses. Il faut déjà que je sois dans les 30 premiers de la descente pour avoir un bon dossard en slalom, et ce n'est pas facile". Qu’on ne s’y trompe pas. Même si sa blessure à la malléole cet automne l’a empêché de travailler la vitesse, l’Autrichien sait toujours élever le curseur le jour J. Il sera l’épouvantail de ce combiné. Le plus grand danger pour Muffat-Jeandet et Pinturault.

Hirscher bricht Hermann Maiers Rekord

Hirscher bricht Hermann Maiers RekordEurosport

0
0
Nouvelles vidéos