Getty Images

Un collectif en puissance et la France retrouve des couleurs

Les Bleus ont retrouvé des couleurs

Le 19/12/2018 à 18:25Mis à jour Le 19/12/2018 à 19:37

SAALBACH – Depuis une semaine, le ski masculin tricolore a retrouvé de sa superbe. Son talentueux groupe de géant vient d'enquiller cinq podiums en trois épreuves, avec quatre skieurs différents. Et, ce, avec un leader pas encore à son meilleur niveau. Tour d'horizon des états de forme tricolores, à moins de deux mois des championnats du monde d'Are.

Il y a quatre jours, à la veille du géant d'Alta Badia, le bilan du ski tricolore était aussi vierge de succès qu'il l'est encore ce mercredi. Pourtant, la dynamique au sein du groupe France a changé du tout au tout depuis. Avec cinq podiums en trois épreuves, dont trois en deux géants, impossible d'avoir un avis aussi pessimiste qu'alors sur l'état de santé du ski français. Tour à tour, quatre des cinq membres (non blessés) de l'équipe de France de géant sont montés sur un podium. Alors que plus de la moitié des géants (4/6) précédant la semaine mondiale ont eu lieu, et si les Bleus n'ont pas encore retrouvé leur stratosphérique niveau de 2015-2016 et 2016-2017, tous les signes sont encourageants. Pour tous. Ou presque.

Thomas Fanara se la joue "Retour vers le futur"

Pour sa dernière saison en Coupe du monde, il assure vouloir prendre "un max de plaisir". Pas sûr qu'il en prenait énormément en début de saison, lorsqu'il enchaînait deux résultats loin de ses standards. Mais, comme souvent, Fanara s'est retrouvé sur la Gran Risa. Même malade, le skieur de Praz-sur-Arly sait comme personne (à part Hirscher) gérer la mythique piste italienne, et ses mises en dérives exceptionnelles ont une nouvelle fois régalé. Ce mercredi, il a confirmé sur la difficile piste de Saalbach, réussissant à maintenir le cap malgré un géant "monstrueux" (2'50'' pour le vainqueur !). Deux top 5 la même saison, cela ne lui était plus arrivé depuis 2015-2016, sa meilleure sur le circuit. Il y avait même gagné son unique victoire en Coupe du monde, à Saint-Moritz. De bon augure ?

Résultats cette saison : 21e à Beaver Creek, 18e à Val d'Isère, 2e à Alta Badia (géant) et 5e à Saalbach

Vidéo - Des fautes mais de l'envie : la belle seconde manche de Fanara qui le propulse à la 2e place

01:43

Enfin deux manches pour Faivre

Depuis son succès en 2016 à Val d'Isère, on attend toujours plus de Mathieu Faivre, capable, dans ses bons jours, de se hisser au niveau des tous meilleurs, Hirscher ou Kristoffersen compris. Pourtant, jusqu'à cette semaine, difficile de nier la catégorie d'écart avec l'Autrichien évidemment, mais même avec le Norvégien, pourtant en retrait en géant cette saison. Peu à l'aise globalement, le skieur d'Isola peinait à sortir deux manches pleines, malgré plusieurs remontées et une place constante dans le top 15. A Saalbach, le Niçois y est enfin parvenu. Cela ne fut pas parfait, loin de là, avec des fautes aussi rageantes que prometteuses dans la course à la victoire. Mais, ce mercredi, malgré une piste plus que compliquée, Faivre est redevenu ce qu'il n'a jamais vraiment cessé d'être : un candidat à la victoire.

Résultats cette saison : 7e à Beaver Creek, 10e à Val d'Isère, 13e (géant) et 14e (parallèle) à Alta Badia et 3e à Saalbach

Vidéo - Faivre a cravaché pour décrocher une belle troisième place

01:54

Muffat-Jeandet, le déclic à trouver

S'il fallait pointer le vilain petit canard de cette semaine fantastique du ski français, Victor Muffat-Jeandet serait bien malgré lui désigné. Non que le Français ait des résultats indignes. Mais "Totor" nous a habitué à tellement mieux dans le passé que le voir tourner autour d'un top 10 a quelque chose de frustrant. A Levi, il avait sorti une première manche de slalom de haut niveau avant de fauter peu avant l'arrivée de la deuxième. Depuis, le Tricolore manque de confiance dans son ski. Pourtant, il ne semble pas manquer grand-chose au skieur de Val d'Isère. A Alta Badia, malgré son retard monumental (+ 3''33) sur Hirscher, Muffat-Jeandet s'offre un top 10 à une demi-seconde du podium. Aux côtés de Zan Kranjec, vainqueur ce mercredi à Saalbach et dont le résultat sur la Gran Risaé était alors le meilleur résultat de la saison. Le Slovène a su avoir le déclic. Pourquoi pas le Tricolore ?

Résultats cette saison : 10e à Beaver Creek, 14e à Val d'Isère, 9e (géant) et 21e (parallèle) à Alta Badia et 13e à Saalbach

Victor Muffat-jeandet lors de la seconde manche du slalom de Levi (2018)

Victor Muffat-jeandet lors de la seconde manche du slalom de Levi (2018)Getty Images

Favrot, confirmation attendue

Des quatre Français à être monté sur le podium ces derniers jours, il est de loin celui que l'on attendait le moins. Pour ainsi dire, on ne l'attendait pas du tout et lui non plus d'ailleurs. Sa 2e place sur le géant parallèle, derrière l'intouchable Marcel Hirscher, faisait suite à sa belle qualification pour la seconde manche du géant de la veille, sa première (et seule) de la saison. S'il n'avait pas su égaler sa meilleure performance en géant (17e à Garmisch-Partenkirchen l'an dernier), Favrot a tout bousculer lundi. Sortir Loïc Meillard, 3e ce mercredi à Saalbach, Henrik Kristoffersen , vice-champion olympique du géant et ses compatriotes Mathieu Faivre et Alexis Pinturault : voilà une performance sur laquelle s'appuyer pour lancer sa saison.

Résultats cette saison : DNQ à Beaver Creek et à Val d'Isère, 18e (géant) et 2e (parallèle) à Alta Badia et DNF1 à Saalbach

Thibault Favrot

Thibault FavrotGetty Images

Pinturault, oui mais…

N'allez pas chercher ailleurs la tête d'affiche du ski tricolore, le leader du groupe technique de cette équipe de France. D'un point de vue du palmarès comme des résultats récents, Alexis Pinturault est l'homme le plus fiable du ski français. C'est d'ailleurs le seul à compter deux podiums cette saison, des résultats que les Bleus ne réussissent pas si souvent. Lui y est parvenu pour la huitième saison consécutive. Mais, comme souvent depuis un an lorsque l'on évoque son cas, le skieur de Courchevel laisse un goût d'inachevé. Celui qui tenait tête à Hirscher en géant est encore dans toutes les têtes mais pas encore devant nos yeux. Petit à petit, le natif de Moûtiers se rapproche de son meilleur niveau mais il est encore loin de celui qui a remporté quatre géants de suite début 2016. Et on attend toujours son retour.

Résultats cette saison : 14e à Beaver Creek, 4e à Val d'Isère, 3e (géant) et 3e (parallèle) à Alta Badia, 7e à Saalbach

Alexis Pinturault lors du géant de Beaver Creek le 2 décembre 2018

Alexis Pinturault lors du géant de Beaver Creek le 2 décembre 2018Getty Images

0
0