C'est une journée marquée sous le joug des Slovènes. Après Ilka Stuhec sur le Super-G dames, c'est Zan Kranjec qui a levé les bras chez les messieurs. Placé après la première manche du géant de Saalbach-Hinterglemm, le skieur de Novinar a résisté à la pression et aux conditions climatiques lors de la deuxième pour s'offrir son premier succès en Coupe du monde. Il est accompagné sur le podium par le Suisse Loïc Meillard (+0''19) et par le Français Mathieu Faivre (+0''50), point d'orgue de la belle prestation d'ensemble des Tricolores.
Décidément, ce géant de Saalbach nous aura réservé des surprises. Les écarts monumentaux de la première manche (qualification à 4''69 !) n'ont finalement été qu'une mise en bouche. Tour à tour, la plupart des favoris ont vu leurs espoirs s'envoler sur une piste qui a très vite marquée, rendant les prises de risques suicidaires. Trop audacieux, les deux premiers du run initial, Mats Olsson et Manuel Feller, sont ainsi sortis et, s'ils ont évité pareil destin, Marcel Hirscher (6e, +0''77) et Henrik Kristoffersen (8e, +0''88) sont complètement passés au travers. Une opportunité que les seconds couteaux ne pouvaient laisser passer.

Seulement sixième, Hirscher a subi la piste comme jamais

Saalbach-Hinterglemm
Désormais roi d'Autriche, Hirscher fait encore mieux que la saison passée
20/12/2018 À 17:38

Les Français confirment leur bonne forme

Habitué des places d'honneur (9 top 10 en Coupe du monde, 4e des JO), Zan Kranjec a su déjouer tous les pièges. Le stress lié à sa 4e place en première manche, un haut de tracé à l'envers, en étant très bas sur la ligne… Mais le Slovène ne s'est jamais affolé et a fait la différence au plus fort de la pente. C'est là que Loïc Meillard a fini par rendre les armes pour quelques centièmes alors qu'il avait encore une demi-seconde d'avance au dernier intermédiaire. Mais la piste de Saalbach-Hinterglemm ne permet aucun relâchement, même physique.
Et il fallait pourtant être sacrément costaud pour tenir le choc sur les presque trois minutes de course. Il n'aura pas manqué grand-chose aux Français pour décrocher leur première victoire de la saison mais tous ont fini par baisser pavillon. Coupable d'une grosse faute sur la partie plate, qui lui aura couté une seconde, Mathieu Faivre pourra avoir des regrets malgré sa 3e place (+0''50). Un constat également valable pour Alexis Pinturault (7e, +0''83), fautif sur le premier tracé. Troisième du deuxième run, Thomas Fanara nous a lui offert ce qu'il fait de mieux : une remontée (de 11e à 5e) avec le plaisir en ligne de mire. Il a bien raison. Après tout, il n'y avait pas grand-chose à faire face à ce Kranjec-là.